La vérité sur Alice

La vérité sur alice.jpg

Titre : La vérité sur Alice

Auteur : Jennifer Mathieu

Éditeur : Pocket

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 204

Genre : Drame

Prix : 16.90

 

Résumé : « Les gens ne deviennent pas méchants du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation, et ils seront capables du pire.  » Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une traînée. Tout le monde le sait. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs du lycée. On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée… Tout le monde a sa Vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, son admirateur secret…
Quelle sera la vôtre ?

Critique : Voici un livre dont j’attendais impatiemment la sortie. Pourquoi? Parce que l’auteure a voulu traiter d’un sujet d’actualité mais d’une façon originale.

C’est l’histoire d’Alice qui subit un véritable enfer au lycée. On l’accuse de nombreuses choses. Mais sont-elles réelles? Ou n’est-ce que des rumeurs? On va suivre son histoire, non pas à travers son regard, mais par ceux de quatre protagonistes.Et on va pouvoir découvrir qui est vraiment Alice, ce qu’elle a réellement fait et pourquoi a t’elle été choisie pour être la personne la plus détestée de son lycée?

On sait tous qu’en ce moment le harcèlement scolaire est un sujet d’actualité autant que dans les politiques et les médias mais aussi dans les romans jeunesse.  Ici, l’auteure a voulu partir sur une narration complétement différente. On ne va pas suivre les ressentis du personnage principal qu’est Alice mais celui de quatre autres protagonistes qui la harcèlent plus ou moins. On va pouvoir y découvrir les raisons de ce harcèlement, savoir si les bourreaux ont eu à un moment des remords, la raison de leurs agissements…L’auteure a su mettre en place une palette de personnages tous plus intéressants les uns que les autres et qui font vraiment bien réfléchir car à un moment dans notre vie nous avons tous endossé le ou les rôles d’un de ces personnages.Nous aurons droit quand même d’entendre durant le tout dernier chapitre les pensées d’Alice.

Le point négatif de ce roman est au niveau de l’écriture. C’est écrit avec un style vraiment simpliste. J’ai trouvé qu’à de nombreuses reprises l’auteure faisait dans la facilité en essayant de nous donner une sorte d’happy end. Et j’aurais bien aimé avoir quelques pages de plus traitant du regard des adultes comme les professeurs et les parents des bourreaux.

En conclusion, une lecture rapide et facile et qui traite d’un sujet d’actualité mais de façon surprenante. L’auteure a su mettre en place une très bonne analyse psychologique et émotionnelle.

 

8Note 3.5_5

El Capitan S01

510621

 

Titre original : Las aventuras del capitan alatriste

Titre français : El Capitan

Réalisateur : José Manuel Lorenzo

Acteurs principaux : Aitor Luna, Natasha Yarovenko, Marcos Ruiz

Nationalité : Espagnole, allemande

Nombre d’épisodes : 18

Date de sortie : 2013

Genre : Aventure, Drame, Historique

 

Résumé : Madrid, 1623. Les guerres incessantes menées par la dynastie des Habsbourg ont appauvri le pays. Fine lame, Diego Alatriste, surnommé «El capitan», gagne sa vie en protégeant des aristocrates ou en jouant les tueurs à gage. Lors d’un guet-apens visant deux Anglais, il sauve finalement la vie des deux hommes qui ne sont autres que le prince de Galles et le duc de Buckingham. Ceux-ci viennent pactiser avec l’Espagne en œuvrant pour le mariage entre l’infante MarieAnne et le prince, considéré comme «hérétique» par une Église décidée à empêcher cette alliance. Pour les avoir épargnés, Diego s’attire les foudres de monseigneur Emilio Bocanegra, le commanditaire de l’embuscade. Comme si cela ne suffisait pas, il croise l’une de ses anciennes maîtresses, l’actrice María de Castro, alors qu’il vit avec la belle Caridad. Il tente aussi de décourager un jeune orphelin qui l’a choisi pour maître, Íñigo Balboa, fils d’un de ses anciens compagnons d’armes…

Critique : Depuis maintenant septembre je suis plongée dans l’époque médiévale, renaissance grâce à ma découverte d’une association d’escrime artistique (je vous en parlerais dans un autre article). Du coup j’ai cherché des films et séries portant sur ces époques, en voici une.

Cette série se passe à Madrid dans les années 1600. Afin de créer une alliance et ainsi éviter une guerre, l’Espagne décide de marier la sœur du roi, MarieAnne, au prince de Galle. Diego Alatriste, un ancien capitaine, gagne sa vie en protégeant les nobles ou en devenant un tueur. Le prince de Galle et le duc de Buckingham sont pris dans un guet-apen. Diego finit par les sauver et s’attire la colère de Bocanegra, un prêtre qui ne souhaite en aucun cas l’union d’un hérétique avec une infante d’Espagne. Le capitaine se retrouve mêlé à un grand conflit politique. Il recroise également Maria de Castro une ancienne maîtresse qui a des ennuis. Et pour finir un jeune orphelin décide de se mettre à son service afin de devenir soldat comme son père…

J’ai très vite accroché à cette série. L’intrigue est vite présente : le mariage aura-t-il lieu ? Il y a des rebondissements, et, à plusieurs reprises j’ai été surprise par la tournure que prenait l’histoire.Car oui forcément, le mariage ne se passe pas comme prévu, la religion s’en mêle, certains nobles de la cour du roi ne veulent pas de ce mariage. Du coup des complots se mettent en place, et puis la France vient aussi mettre son grain de sel.

Les acteurs jouent bien. J’avais lu qu’il était préférable de regarder la séries en VO car les doublages étaient quelques fois foireux. J’ai trouvé la série uniquement en français, et au final je n’ai pas été déçue de la VF. De plus les personnages sont forts en caractères. J’ai eu un réel coup de cœur sur Diego et Caridad. Cette dernière est vraiment une femme forte qui à endurer des choses difficiles. Elle gère toute seule une taverne où elle loge gratuitement Diego et Inigo. Malgré qu’elle soit indépendante, on ressent qu’elle a besoin de Diego et qu’elle s’est attaché à lui tout comme à Inigo.

Un seul point négatif, que j’ai découvert à la fin la saison : il n’y aura aucune suite. La série a fait un gros bide en Espagne, du coup les producteurs n’ont pas souhaité tourner la suite. Néanmoins il existe les romans qui sont au nombre de six. Du coup je pense que je vais les lire pour retrouver le capitaine Alatriste.

Pour conclure je vous conseille la série, si vous êtes fan de cape et d’épées.

Note 3.5_5

3h10 to Yuma

18922562

Titre : 3h10 to Yuma

Réalisateur : James Mangold

Acteurs principaux : Russell Crowe, Christian Bale, Peter Fonda

Nationalité : Américaine

Durée : 2h02

Date de sortie : 26 mars 2008

Genre : Western, drame

Résumé : Revenu blessé de la guerre de Sécession, Dan Evans a établi sa famille dans un ranch. La sécheresse a ravagé ses terres, décimé son troupeau et miné la considération que lui portent sa femme et ses enfants, en particulier son aîné Will, âgé de 14 ans. A la suite d’une attaque de diligence, le célèbre bandit Ben Wade passe par la ville de Bisbee où il est arrêté avec le concours fortuit de Evans. Recherché pour ses hold-up et ses meurtres répétés, Wade doit être convoyé vers Contention, à trois jours de cheval, pour embarquer sur un train à destination de Yuma, où se trouve le tribunal fédéral. Contre une prime qui peut sauver son ranch, Dan Evans s’engage dans l’escorte qui doit accompagner le dangereux criminel. Il est bientôt rejoint par son fils Will, fasciné par l’aura du tueur.
Tandis que son gang organise son évasion, Wade engage sur le chemin de Contention un bras de fer psychologique avec ses gardiens, usant à la fois de la peur qu’il leur inspire et de la séduction qu’il exerce sur eux…

Critique : Ayant entendu du bien de ce western je me disais qu’il serait bien que je le vois. Et voilà c’est chose faite.

L’histoire nous plonge dans une famille assez pauvre qui vit dans un ranch. Le père, Dan Evans est revenu blessé de la guerre de Sécession. Sa terre est ravagée par la sécheresse, entrainant l’anéantissement de son troupeau et le mépris de sa femme et de ses enfants (surtout l’aîné Will). De plus son ranch est sur les futures voies du train ce qui pose problème…

J’ai vraiment été déçue par ce western ! Je m’attendais a retrouver la même ambiance que les plus anciens (l’action qui bat son plein avec quelques notes d’humour par-ci par-là). L’accroche n’est vraiment pas assez poussée. Tout au long du film j’ai eu du mal à me concentrer sur l’histoire qui est je dois dire peu entrainante. Assez rapidement on comprends comment va se finir l’histoire.

Autre chose qui m’a vraiment déplut : les acteurs ! Je n’ai vraiment pas aimé le casting et leur façon de jouer. Pour moi ils n’ont vraiment pas la carrure et la personnalité des cowboys de l’époque (en particulier celui qui joue Byron McElroy, le pseudo méchant).

Enfin le personnage principal a une jambe de bois. Il va falloir m’expliquer comment il arrive à faire tout cela sans avoir mal ni tomber ! Je crois que le réalisateur a un peu oublié à quelle époque se passe l’histoire. La médecine ne pouvait pas être aussi performante.

Je déconseille fortement ce western qui à mon avis n’en est pas un. Les codes ne sont pas respectés et l’histoire est inintéressante. Passez votre chemin sans regret !

 

Papa ou maman

Papa ou maman

 

Titre : Papa ou maman

Réalisateur : Martin Bourboulon

Acteurs principaux : Marina Foïs, Laurent Lafi

Nationalité : Français, belge

Durée : 1H25

Date de sortie : 4 février 2015

Genre : Comédie ; Drame ; Romance

 

Résumé : Florence et Vincent Leroy ont tout réussi. Leurs métiers, leur mariage, leurs enfants. Et aujourd’hui, c’est leur divorce qu’ils veulent réussir. Mais quand ils reçoivent simultanément la promotion dont ils ont toujours rêvée, leur vie de couple vire au cauchemar. Dès lors, plus de quartier, les ex-époux modèles se déclarent la guerre : et ils vont tout faire pour NE PAS avoir la garde des enfants.

Critique : S’il y a bien une comédie que j’avais très envie de voir c’est bien celle-ci avec des parents qui vont faire vivre un enfer à leurs enfants.

L’histoire est simple Florence et Vincent Leroy souhaitent divorcer après plusieurs années de mariage et trois enfants. Toute leur vie fonctionne à merveille, et ils sont pour leur entourage le couple modèle, parfait. Cependant, leur bonne entente va être remise en question quand ils vont recevoir tous les deux une promotion qu’ils ne veulent pas refuser. Ils vont alors entrer en guerre pour savoir qui aura la garde des enfants, et qui du coup refusera son avancement professionnel.

Le gros plus de cette comédie c’est qu’elle a beaucoup de rythme, aucun temps mort. Les actions fortes et les répliques cinglantes s’enchainent et ne nous laissent pas le temps de nous ennuyer. Certaines scènes sont vraiment très drôles, et plus on avance dans le film et plus le comique s’envole.

Le deuxième point positif de ce film c’est le jeu des acteurs principaux c’est à dire Laurent Laffite et Marina Foïs. Leur duo marche du tonnerre, on sent une véritable symbiose entre les deux et ils jouent parfaitement les émotions attachées à leurs personnages.

Cependant, ce film malgré sa dynamique, son comique et le jeu excellent de ses acteurs entraine un sentiment de malaise. Car nos deux parents sont près à tous les coups bas pour ne pas avoir la garde de leurs enfants (qu’ils ont voulu) au point de les empoisonner intentionnellement, de les frapper au point de leur casser des os…Et si au final « leurs blagues » allaient trop loin, que se passerait-il? Car ils mettent délibérément la vie de leurs enfants en danger, et ils ne s’en soucient pas du tout. Alors soit on voit ce film tel qu’il est c’est à dire une comédie qui critique les relations parentales, le divorce et notre société égoïste soit on le voit comme un film de violences qui incite les parents à malmener leur progéniture pour leurs propres besoins.

Et on en parle de cette fin tellement attendue, évidente? J’aurais apprécié quelque chose de plus mordant, qui reste dans la même thématique que le reste du film.

Je ressors de mon visionnage mitigée, il y a de très bons points mais je ne suis pas trop pour la violence gratuite. Votre avis pourra être vraiment différent du mien, tout dépend de comment on perçoit ce film.

 

Note 2.5_5

50 nuances de Grey

50 nuances de Grey

Titre original : Fifty Shades of Grey

Titre : Cinquante nuances de Grey

Réalisateur : Sam Taylor-Johnson

Acteurs principaux : Jamie Dornan, Dakota Jonhson, Jennifer Ehle

Nationalité : Américain

Durée : 2h05

Date de sortie : le 11 février 2015

Genre : Érotique ; Drame ; Romance

 

Résumé : L’histoire d’une romance passionnelle, et sexuelle, entre un jeune homme riche amateur de femmes, et une étudiante vierge de 22 ans.

 

Critique Missgourmande

Publié le 18 février 2015

Ayant lu et apprécié en partie le livre de 50 nuances de Grey, je me devais d’aller voir comment il allait être interprété au cinéma.

Je ne reviendrai pas sur le synopsis qui est identique à celui du livre. Vous pouvez donc le retrouver ici. Et ça (le fait que le réalisateur n’est pas modifié la trame principale) est déjà un atout positif pour moi. Je déteste quand les interprétations de livres se transforment en tout et n’importe quoi.

J’ai trouvé le jeu des acteurs très bien fait. Dakota Jonhson a très bien retranscrit la candeur et la naïveté d’Anastasia, sa passion pour l’acte sexuel et ses forts sentiments pour Christian. Jamie Dornan a lui aussi très bien joué son rôle, même si dans les moments où il est sensé être furieux j’ai trouvé que cela manquait d’intensité. Leur tandem m’a par contre perturbé. Il y a des moments très beaux, où cela coulait comme une évidence qu’ils soient ensemble, et je trouvais qu’ils formaient un magnifique couple. Et il y a des passages où c’était complètement l’inverse, comme si leur duo était cassé et ne fonctionnait plus. Du coup pour le second film j’espère que cette alchimie sera présente durant tout le film et nous offrira de beaux moments de complicité.

Par rapport aux scènes sexuelles j’ai trouvé que c’était pile ce que j’attendais. Il ne pouvait pas en avoir moins car sinon cela n’aurait pas correspondu au livre. Mais s’il y en avait eut plus cela serait devenu un film pornographique. Ces scènes sont explicites, oui on voit des seins et des fesses (les fesses de Christian sont miam-miam). Après ne jouons pas les pudiques, on sait très bien que lorsqu’on va voir un film qui tombe dans la catégorie érotique on ne va pas voir des petits poneys et des arcs-en ciels. Par contre là encore un petit bémol, la limite d’âge en France a été fixée à 12 ans et je trouve ça un peu jeune par rapport aux scènes qui sont elles très osées.

Par contre le premier grand point positif c’est qu’Anna m’a presque pas énervé. Je l’ai trouvé moins gamine, moins candide que dans le livre.

L’autre point positif c’est la bande son qui est juste magnifique. Je n’arrête pas de m’écouter toutes ces chansons qui sont superbes et qui ont si bien accompagné le film.

Enfin le dernier point positif c’est que ce film m’a fait rire. Durant ma lecture je ne me rappelle pas d’un moment où j’ai pu ne serait-ce qu’esquisser un sourire. Et là dans ce film, au moins durant la première partie je n’ai pas arrêté de rire et de m’amuser des répliques des personnages.

Bref, un film que j’ai apprécié de voir, je n’ai pas vu passer le temps. Après j’ai hâte de voir la suite, ne serait-ce que pour voir comment ils vont introduire les quelques intrigues autres que sexuelles.

Note 4_5

Critique Eilarock

Publié le 20 juillet 2015

J’étais très intriguée par ce film qui a fait beaucoup de bruit. De partout j’entendais divers avis : « c’est un film super ! » Ou alors « Ouaa c’est un vrai navet ». Du coup je l’ai enfin regardé pour m’en faire mon propre avis.

Au niveau de l’histoire, le film nous raconte la rencontre de deux jeunes adultes. D’un côté il  a Christian Grey, un jeune homme riche et de l’autre Anastasia, une jeune femme étudiante et timide. Ils vont se voir pour la première fois lors de l’interview de Christian. Dès le début on remarque qu’Ana succombe sous le charme de Grey. Très vite lui aussi va être attiré, mais ce qu’il recherche chez une femme est un peu différent des attentes d’Anastasia…

J’ai trouvé que le scénario était relativement plat. Il n’y a aucune intrigue, on assiste juste à l’initiation d’une jeune femme vierge au sexe et à l’érotisme. Le seul suspens est qu’Ana est hésitante, elle est sous le charme de Christian, mais ce qu’il lui propose comme relation l’effraie. Tout au long du film on assiste à ses doutes, ses hésitations.

Sur le plan érotique (et c’est le thème principal du film),  j’ai été un peu déçue. Je m’attendais à en voir un tout petit peu plus surtout avec tout le bruit qu’il a fait… « Un peu plus » dans le sens plus de scène car le film dure quand même 2h05 et pour moi il n’y a eut que 10 minutes de scènes vraiment érotiques. Au final je suis restée sur ma fin (ok je passe pour une perverse ^^).

Autre point qui m’a quelque peu dérangé : le jeu des acteurs. Je n’ai pas du tout accroché au duo ! Tout au long du film j’ai trouvé qu’ils jouaient un peu trop la comédie (surtout Dakota Jonhson qui était beaucoup trop naïve et niaise à mon goût). Quand à Jamie Dornan, au début je ne l’ai vraiment pas aimé. Lorsqu’il souriait j’avais l’impression qu’il avait un problème au niveau de la bouche (chirurgie foireuse peut être ?). Mais au fur à mesure que l’histoire avançait,  j’ai commencé à l’apprécier (finalement on s’habitue à tout). On le découvre sous sa vrai nature et il est mystérieux sur son passé. Mais contrairement à Missgourmande je n’ai pas du tout craqué sur lui ! (eh oui ce n’est pas un brun ténébreux ^^).

Pour résumé, je suis vraiment déçue de ce film. Certes c’est une romance et en général ce n’est pas des grands films (sauf Orgueil et Préjugés), mais la c’est vraiment bas. Je lui mets cette note car il y a quand même quelques moments intéressants et un peu amusants.

 

Note 2.5_5

Les nouveaux sauvages

nouveaux sauvages

Titre : Les nouveaux sauvages

Titre original : Relatos salvajes

Réalisateur : Damián Szifron

Acteurs principaux : Ricardo Darín, Oscar Martinez, Leonardo Sbaraglia

Nationalité : Argentin , espagnol

Durée : 2h02

Date de sortie : 14 janvier 2015

Genre : Thriller , Comédie , Drame

 

 

Résumé : L’inégalité, l’injustice et l’exigence auxquelles nous expose le monde où l’on vit provoquent du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les Nouveaux sauvages est un film sur eux.

Vulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros des Nouveaux sauvages franchissent l’étroite frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amour, le retour d’un passé refoulé, la violence enfermée dans un détail quotidien, sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent les pédales et éprouve l’indéniable plaisir du pétage de plombs.

Critique : Comme vous pouvez le lire sur l’affiche, ce film est tordant, à mourir de rire et hilarant. Et en effet, en le regardant je ne m’attendais pas du tout à ça…

Tout d’abord il faut savoir que ce long métrage est en fait une série de petits films avec des personnages différents. C’est un peu comme un roman de nouvelles, on passe d’une histoire à l’autre. J’ai trouvé cela assez sympa et original.

Donc ce film nous raconte des pétages de plombs de différentes personnes. On passe d’un jeune homme psychologiquement fragile à une vengeance de longue date à une profonde injustice à un accident d’une nuit et enfin à une révélation qui fait mal le jour d’un mariage. Bref des situations bien différentes qui demandent un minimum de sang froid. Cependant pour la plupart des personnages ce ne sera pas le cas, ils vont réagir de manière violente voir complètement délirante ! C’est ce que j’ai le plus aimé dans ce film, ce côté complètement déjanté et allumé des personnages.

Parmi les 6 films il y en a deux qui ont beaucoup retenus mon attention. Le premier se nomme La bombe ou Bombita (en espagnol). Il raconte l’histoire d’un père de famille, chargé de faire exploser des bâtiments,et qui va avoir quelques inconvénients pour rentrer chez lui le jour de l’anniversaire de sa fille. Sa femme va lui reprocher d’être très peu présent et va demander le divorce. S’enchaîne alors toutes une multitude de désagrément (voiture en fourrière, bouchons sur le périphérique, licenciement…). Bref il va craquer en beauté ! J’ai aimé ce récit car il montre bien la vie dans les grandes villes. Les gens sont stressés, agressifs, violents. De même, les administrations sont pas mal critiquées aussi : les procédures doivent être respectées et c’est tout ! Je pense que je me saurais retrouvé dans la même situation, j’aurais fait la même chose.

La deuxième histoire que j’ai le plus adoré et celle qui parle d’un mariage. Le titre est  Jusqu’à ce que la mort nous sépare (Hasta que la muerte nos separe). On débarque directement dans la fête du mariage. Le couple est heureux, parents, amis sont tous contents et se réjouissent de cette union. Mais quelque chose interpelle la mariée et là, c’est le drame ! Elle pète un plomb, mais pas comme dans les autres histoires, non elle ne veut tuer personne (enfin presque personne). J’ai vraiment apprécié ce personnage. Au départ on l’a sent fragile et très attachée à son nouveau mari. Puis quand elle apprend cette nouvelle elle change complètement. Sa réaction m’a fait beaucoup rire malgré la situation dans laquelle elle est. Je trouve qu’elle affronte ce moment plutôt bien même si elle pète un cable.

Les autres récits m’ont un peu moins emballés, je les ai trouvé moins crédibles et également moins drôles. Celui avec l’accident provoqué par un jeune issu d’une famille aisée m’a le plus scandalisé ! La fin m’a vraiment choquée ; le pire c’est que c’est surement vrai dans ce milieu.

Bref, cette série de films est très surprenante. Le réalisateur a réussi à mélanger le drame à l’humour ce qui donne un film très explosif. Par contre les âmes sensibles devraient s’abstenir car certaines scènes sont assez choquantes.

Note 4_5

Ma raison de vivre

Ma raison de vivre

 

Titre de la série: Breathing

Titre: Ma raison de vivre

Numéro de tome: 1

Auteur: Rebecca Donovan

Éditeur : PKJ

Année de publication: 2015

Nombre de pages: 544

Genre: Contemporain; Drame; Romance

Prix: 18.90

 

 

Résumé : Et si je ne veux pas être ami avec toi ? Alors nous ne serons pas amis. Et si j’ai envie d’être plus qu’un ami ? Alors nous ne serons rien du tout. Emma a tout fait pour empêcher Evan d’entrer dans sa vie. Non pas parce qu’il la laisse indifférente, bien au contraire, mais parce que personne ne doit savoir. Savoir qui elle est vraiment, quelle est son histoire et, surtout, ce qui l’attend tous les soirs, quand elle rentre chez elle…

Critique: Ma raison de vivre fait partie des livres dont j’ai tellement entendu parler avant sa sortie VF que j’avais hâte de pouvoir le découvrir à mon tour et voir ce que j’allais en penser.

Ma raison de vivre est un livre poignant, bouleversant, déchirant et une fois qu’on l’a fini on ne peut s’arrêter d’y repenser.

Emma est une adolescente solitaire et intello. Les autres élèves la voit toujours en train de travailler ou de faire des activités extrascolaires et elle est toujours entourée par sa seule amie : Sara. Mais tout va changer le jour où un nouveau arrive car Evan avec sa nonchalance, sa spontanéité et sa franchise va faire voler en éclats la carapace qu’Emma s’est construite. Petit à petit ils vont nouer une relation ambigüe et elle va le faire entrer tout doucement dans son univers. Car l’univers d’Emma est sombre, cassé et il se pourrait bien qu’elle aussi soit cassée, brisée.

Bon commençons direct avec mon coup de cœur : Evan. J’ai juste tellement envie de le rencontrer pour de vrai et soit de tomber infiniment amoureuse de lui soit de le remercier pour ce qu’il est et ce qu’il apporte à Emma. Car Evan est le pilier de cette histoire, et va devenir un réel soutien pour Emma. Il est beau, drôle, intelligent mais surtout c’est quelqu’un qui cherche des personnes vraies, naturelles et qui ont une façon d’aborder la vie et de se la représenter de façon originale et intéressante. Et Emma est une jeune fille intéressante déjà parce qu’elle est très mystérieuse. Elle fait tout pour qu’on ne découvre pas ses secrets. dDe ce fait elle s’est coupée du monde et a parfois des réactions assez comiques. Elle est aussi très vive, intelligente, a une force et une volonté de caractère incroyable. Mais surtout elle est attentionnée et tournée vers les autres, elle sait s’oublier pour le bonheur des autres. Après, à certains moments dans le roman j’ai eu du mal avec certaines de ses réactions tant elle pense trop aux autres. Car à trop vouloir s’oublier elle se crée ou s’enfonce encore plus dans ses malheurs. Un autre personnage que j’ai énormément apprécie c’est Sara, la meilleure amie d’Emma. Cette fille m’a fait tellement rire, elle a une joie de vire et une spontanéité incroyables. Et elle essaie, avec le peu de moyens qu’elle a, de protéger Emma et lui faire profiter de la vie. Elle est toujours là pour lui donner de bons conseils, lui redonner le sourire et là faire aller de l’avant. C’est une personne formidable et Emma a beaucoup de chance de l’avoir.

Le thème de ce livre ne m’a pas laissé de glace, et je crois qu’il ne peut laisser personne indifférent. J’ai tellement eu envie de me matérialiser dans l’histoire pour avoir une bonne conversation avec Emma et surtout avec sa tante et son oncle. Durant ma lecture, je suis passée par toutes les émotions. A certains moments j’avais le sourire aux lèvres devant certaines réactions et dialogues d’Evan et Emma. A d’autres j’étais juste écœurée de la violence que subit Emma et en colère contre ses bourreaux.

Cette lecture est un véritable coup de cœur pour moi tant j’ai accroché et surtout il n’y a rien à changer ou à enlever. Je n’ai pu que lire ce livre d’une traite, et la fin est juste à tomber. Comment une auteure peut nous laisser sur ce genre d’événements…Du coup j’attends qu’une chose c’est la sortie du tome 2 en VF afin de vite me le procurer et de vite le lire afin de savoir comment le dénouement du tome 1 se termine.

Un livre que je recommande vivement à tous, et qui je pense m’a marqué à vie.

11Note 5_5