Orange

couv22521926Titre original : Orange

Nombre de tomes : 5 (terminé)

Auteur : Ichigo Takano

Éditeur : Akata

Année de publication : 2014

Nombre de pages : 221

Genre : Manga, Shojo

Prix : 7€95

 

Résumé :Un matin, alors qu’elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu’elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu’elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu’elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les évènements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d’assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c’est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…

Critique : Ce petit manga en 5 tomes, attendait sagement depuis fort longtemps dans ma bibliothèque que je me lance dans son histoire. Mais je vous préviens, si vous commencer ce manga, assurez-vus que vous avez tout les tomes ; car une fois commencé, on devient accro c’est certain ! Bref je vous aurais prévenu, sans plus attendre, voici mon avis.

Tout d’abord je dois dire que les différentes couvertures m’ont beaucoup charmées. Les couleurs sont douces, on s’attend à une histoire toute mignonne. Et c’est bien évidemment le cas.

Le résumé m’a vraiment intrigué. Cette histoire de lettre du future écrite par le personnage principal dix ans après est vraiment étrange. Dès les première pages on est confronté à ce mystère. Naho reçoit cette lettre juste avant d’aller en cours. Elle n’a pas le temps de la lire puisque, pour une fois, elle est en retard. Lorsqu’elle commence sa lecture, elle se rend compte que c’est exactement les évènements qui se passe dans sa vie. Elle crois d’abord à un canular puis se rend compte que c’est impossible. Sa moi du future, lui demande de changer ses actions pour ne plus avoir de regrets. Mais dans tout cela, il y a Kakeru, le nouveau qui est fort mystérieux et dont Naho n’est pas indifférente.

Même si le manga est destiné à un public de jeune fille car on découvre la vie quotidienne d’une  lycéenne lambda avec une belle histoire d’amitié entre plusieurs personnages, il diffère par la pointe de fantastique qui inclue la notion de mondes parallèles et de voyages dans le temps va attribuer une originalité à l’univers.

Par le biais du voyage dans le temps, le livre propose une réflexion intéressante : s’il nous était possible d’écrire à notre moi du passé qu’est ce qu’on lui demanderait de changer ? Bien sur, il faut avoir en tête que si l’on modifie le passé, le future n’existera probablement plus comme on le connait ou un future parallèle sera créé. Les personnages du manga le découvrent petit à petit.

Ce que j’ai aimé dans le personnage de Naho, c’est que malgré son manque d’assurance elle reste dynamique et ne se laisse pas abattre par les évènements. C’est une jeune femme qui se soucis avant tout des autres et particulièrement de Kakeru. De plus, malgré certaines recommandations écrites dans sa lettre, elle va faire le choix de ne pas toutes les suivre. Chacune des actions provoquent chez le lecteur tantôt des fous rire, tantôt des larmes.

J’ai juste un petit point négatif à propos du manga : les passages ou on découvre les personnages 10 ans plus tard est assez difficile à comprendre au début. Pour ma part je me suis un peut perdue.

En bref ce manga n’est pas du tout nian nian et l’histoire n’est pas simple. Je vous le recommande vivement si vous voulez une petite histoire pleine d’émotions et originale pour la fin d’année.

Et si vous souhaitez avoir un autre avis, je crois que Missgourmande a elle aussi succomber au charme Naho, Kakeru, Suwa et tout les autres… C’est par ICI !

 

 

Orange

Je reviens aujourd’hui vous parler non pas d’un auteur mais d’une série. Je pense que vous connaissez tous, au moins de nom, le manga Orange tant il a fait parlé de lui.

 

 

A la base, je ne suis vraiment pas mangas et quand j’ai reçu le premier tome de cette série, j’avoue que je l’ai laissé un petit peu croupir dans un coin de ma bibliothèque. Et puis un beau jour je me suis lancée car j’avais quand même l’impression que l’histoire allait être vraiment touchante.

C’est l’histoire de Naho, jeune lycéenne, qui va recevoir une lettre de sa moi du futur. La personne qu’elle est devenue dix ans plus tard, rongée par la culpabilité et le remords,  lui a écrit pour lui donner une multitude de conseils et de mises en garde à suivre. Et toutes ces précieuses indications tourne autour du nouveau, Kakeru, qui ne laisse pas Naho indifférente. Même si, de prime abord, elle ne va pas croire à la véracité de ces lettres en voyant les prédictions se produire elle n’aura pas d’autres choix que de changer d’avis.

Cette série est juste un petit bijou d’émotions. Vous allez passer du rire au larmes très souvent. Elle aborde des thèmes forts comme l’amour, l’amitié, le suicide, la maladie, la dépression et le fait de grandir. Elle nous fait réfléchir, nous interroge et nous questionne. Et si nous, nous devions écrire une lettre à notre moi du futur, que lui dirions-nous? Qu’est-ce qui a une réelle importance pour qu’on souhaite changer le cours de choses?

C’est réellement bien écrit. Les personnages ne sont pas naïfs, empotés ou à moitié exploités. Les épisodes se succèdent, et on s’y retrouve. Cela pourrait être nous, à leur place, avec notre bande d’amis. Un témoignage sublime sur la fin de l’adolescence et sur la construction de l’adulte que nous serons.

Je ne peux que vous recommander vivement ce manga. Pour moi, il m’a en quelque sorte, réconcilié avec ce genre-là car je sais maintenant que je peux vraiment trouver des écrits magnifiques sous cette forme.

 

11Note 5_5

 

Yoshiki Tonogai

Bon je reviens vous faire un article dans le même genre qu’un des derniers que j’ai fais, c’est à dire une chronique orientée sur un auteur.

J’ai découverts, il y a maintenant quelques années de cela, l’auteur japonais Yoshiki Tonogai dans une bibliothèque municipale. A la base je ne raffole pas vraiment des genres mangas et bandes dessinées mais les bibliothècaires m’avaient tellement vendu ces livres que j’ai fini par craquer.

J’ai commencé ma découverte de cet auteur par sa série Doubt qui est composée de 4 tomes. C’est l’histoire de cinq adolescents qui se rencontrent car ils sont tous fans d’un jeu qui se nomme « Rabbit doubt ». Le but du jeu est que les moutons démasquent le loup qui se cache parmi eux. Mais pour eux ce jeu va virer au cauchemar car ils vont se réveiller enfermés dans un bâtiment abandonné. Mais surtout avec un cadavre d’une de leurs amis. Ils vont devoir découvrir qui est l’assassin qui se cache parmi eux avant qu’il ne soit trop tard.

Je vous avoue que l’idée me semblait intéressante car je suis une grande fan de thrillers et des jeux psychologiques mais ma grande crainte c’était que ce soit un peu trop sanglant (pour ceux qui n’auraient pas suivi je suis une grande chochotte). Mais au final, malgré la violence, j’ai adoré. Je me suis prise de suite dans l’action. Et quand j’ai eu terminé cette première série, il m’en fallait plus (non, je ne me drogue pas).

 

Donc, suite à ce premier coup de cœur j’ai enchainé avec sa deuxième série Judge, qui venait tout juste de commencer à paraitre. Là c’est l’histoire d’Hiro qui se réveille avec un masque sombre sur la tête et dans un endroit très sombre. En suivant de longs couloirs, il va finir par déboucher dans une ancienne salle de tribunal où d’autres personnes sont présentes. Elles portent tous d’immenses masques sur leurs têtes en forme d’animaux. Tout à coup, une poupée va se mettre à parler et va leur expliquer qu’ils sont tous là pour expier leurs crimes, et que seulement quatre personnes pourront s’en sortir vivants.

Cette deuxième série est un peu plus longue que la première avec 6 tomes et elle est encore plus sombre et machiavélique. Je l’ai juste adoré, je l’ai largement préféré à la première. J’ai eu beaucoup de mal à patienter entre chaque tome. Et ce que j’ai le plus apprécié, c’est qu’à chaque fois que l’on croit avoir compris en fait on se rend compte que l’auteur nous a juste bien manipulé.

 

Enfin, il y a quelques mois, sa dernière sortie a été publiée en France et il s’agit de Secret. Cette saga se compose uniquement de 3 tomes. L’histoire retrace celle de 6 élèves rescapés à un terrible accident de bus où tout le reste de leur classe a péri. Suite à ce drame ils sont tous suivis par un psychologue. Ce dernier va se rendre compte petit à petit que ces 6 élèves cachent des secrets, et pour certains des secrets très sombres comme des meurtres. Il va alors leur lancer un ultimatum: 3 étudiants parmi eux sont des meurtriers et ils ont trois jours pour se dénoncer, passer ce délai c’est lui qui se chargera de la délation. Nous allons alors suivre avec ces 6 personnages bien différents leurs raisonnements et leurs réactions suite à ces révélations.

Au début de ma lecture de cette nouvelle saga j’ai été agréablement surpris. Cependant, pour avoir terminé le troisième tome dernièrement je ne peux juste dire que j’ai été déçue. Peut-être qu’après Judge j’en attendais trop de cet auteur. Mais entre une fin presque heureuse et un dénouement que je trouve bâclé j’en ressors avec beaucoup d’amertume.

Pour finir je vous recommande ces deux premières sagas. Elles sont juste captivantes et prenantes. Quand vous saurez les fins, vous vous rendrez compte à quel point ça va vous marquer. Et pour ma part, j’attends impatiemment ces prochains écrits en espérant qu’ils soient bien meilleurs que les derniers.

 

9Note 4_5

Snow illusion

Snow illusion

 

Titre : Snow illusion

Auteur : Ando Icori

Éditeur : Komikku

Année de publication : 2015

Nombre de pages : 192

Genre : Manga ; Josei

Prix : 8.5

 

Résume : Susumu vit dans une petite ville. Un jour, alors qu’il neigeait il rencontre Yuki, une charmante femme apparu de nulle part. Les liens se tissent, ils s’installent ensemble, se marient. Épouse parfaite, vie parfaite jusqu’au jour où il aperçoit un autre homme en train de l’espionner. Des doutes s’installent, la relation se détériore et du jour au lendemain, par temps neigeux, Yuki disparaît… Pour Yuki, la vie va continuer sur le même schéma.
Mais pourquoi disparait-elle du jour au lendemain ? Quel mystère entoure Yuki ?

Critique : C’est en entrant dans une libraire spécialisée dans la bande dessinée et les mangas que j’ai craqué pour cette lecture. La couverture est juste divine et le résume me donnait vraiment envie.

Yuki est une jeune femme étrange, mystérieuse. Elle apparaît en hiver, et fait sa vie souvent avec le premier inconnu croisé. Elle a toutes les qualités qu’un homme recherche. Elle est belle, douce, intelligente, travailleuse, loyale et fait de la vie de son compagnon un parfait bonheur. Mais lorsqu’elle sent que son compagnon lui échappe, elle prend la fuite et les personnes l’ayant connu finisse par l’oublier. Et quelques hivers prochains elle réapparaît et recommence son cycle.

Tout d’abord ce manga est une beauté. La couverture est magnifique, les dessins à l’intérieur sont très bien faits.  Il y a une finesse, une élégance  des traits qui nous font vraiment ressentir de l’émotion. La poésie et le romantisme transparaissent aussi dans ces images.

L’histoire est très belle, même si elle semble simple au premier abord. Elle aborde les thèmes de la quête éternelle de la perfection ainsi que de la souffrance et de la déception en amour qui sont des étapes obligatoires dans un couple. Les hommes dans ce manga sont vus de façon négative. Ce sont des menteurs, des machos, des lâches qui ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent.

Le seul petit bémol c’est la mythologie qu’incarne Yuki et qui n’est pas assez travaillée, exploitée. J’aurais vraiment apprécié d’en savoir plus sur elle.

Un très beau one-shot, que je recommande à tous, de par son style épuré et de par son histoire touchante.

10Note 4.5_5

Le maître des livres

le-maitre-des-livres-manga-volume-1-simple-212891

 

Titre original : Toshokan no Aruji

Titre français : Le maître des livres

Auteur : Shinohara Umiharu

Editeur : Komikku

Numéro de tome : 1

Année de publication : 2014

Nombre de pages : 188

Genre : manga, seinen

 

 

 

Résumé : À la bibliothèque pour enfant « La rose trémière » vous êtes accueillis et conseillés par Mikoshiba, un bibliothécaire binoclard célèbre pour son caractère bien trempé. Mais contrairement à ce qu’il peut laisser paraître, c’est un professionnel de premier ordre. Aujourd’hui encore, adultes comme enfants perdus dans leur vie viennent à lui en espérant qu’il leur trouvera le livre salvateur.

Critique : Voici un manga que j’avais repéré en librairie et que j’ai reçu dans le swap Nouvel an chinois par 3moopydelfy. Je me suis donc mise à le lire assez rapidement. Je vous dévoile mes impressions.

Commençons par les points positifs. Étant une fan des illustrations de manga, j’ai pu admirer tout au long de la BD les dessins. Ils sont simples mais bien travailler, les émotions des personnages sont bien représentées. Lorsque qu’un protagoniste lit une histoire, le dessin est plus doux et les personnages sont pour la plupart sans visage. L’auteur joue avec le décor des bulles, la typographie, les trames de fond des planches en fonction de l’histoire racontée. Je trouve ce procédé assez original. Au début cela me choquait un peu mais je m’y suis habituée assez rapidement. J’ai même finis par être impatiente de découvrir une autre lecture pour voir comment le mangaka allait l’adapter.

Concernant les personnages, j’ai eu un coup de coeur pour le bibliothécaire. Il représente à la fois le stéréotype du bibliothécaire qui souhaite le calme absolu et qui à horreur du désordre. Il a un caractère bien trempé et effraie même certaines personnes. Mais également il représente le professionnel par excellence qui adore son métier et qui ne renonce devant rien pour satisfaire ses lecteurs. D’ailleurs pour la plupart ils l’adorent et lui ont même trouvé un joli surnom : Monsieur Champignon ! De plus c’est un homme et cela change de l’ordinaire dans cette profession. En outre, il est assez énigmatique, j’ai eu envie d’en savoir beaucoup sur lui, sur son passé de pourquoi il est devenu bibliothécaire ! (On le découvre un petit peu dans ce premier titre).

Pour moi les autres personnages sont assez secondaires (surtout les autres bibliothécaires). Même Myamoto qui rentre par hasard dans cette bibliothèque pour enfant n’est pas beaucoup intrigant. Voilà un premier point négatif. Ce personnage n’est vraiment pas passionnant. Il m’a même plutôt énervé, il est sans ambition, il ne se bat pas lorsqu’une mère lui dit qu’il est méchant. Il retrouve un peu de vie à la fin du premier tome et dès qu’il se met à lire mais pas assez à mon goût…

Autre point négatif, l’histoire en elle même. Elle est plate et assez annecdotique. Il ne se passe pas grand chose au final dans ce premier opus. On découvre le passé des personnages principaux, mais il est assez prévisible tout comme l’avancée de l’histoire. Il est facile de deviner ce qu’il va se passer par la suite entre les deux protagonistes. A voir si le mangaka saura me surprendre dans les prochains tomes.

Au final ce fut une petite déception pour moi. Le sujet m’a beaucoup intéressé mais l’histoire reste sans trop d’intérêt pour ce premier tome. Je lirai la suite par curiosité  et pour voir si l’intrigue évolue. Je conseille cette lecture aux personnes du milieu des livres ainsi qu’à celles qui sont curieuses de découvrir leur univers.

 

 

5Note 2_5

 

Mirai Nikki

Mirai nikki

Titre: Mirai nikki

Auteur: Sakae Esuno

Éditeur : Casterman

Numéro de tome: 1

Année de publication: 2009

Nombre de pages: 213

Genre: Manga

Prix: 7.95

Résumé: « Yukiteru Amano est un collégien dont le seul passe-temps est d’écrire ce qu’il observe au quotidien dans son téléphone portable. Mais un matin, alors qu’il ouvre son journal intime hi-tech, il découvre que son contenu est déjà tapé. En lisant la suite, il tombe sur la description de son propre décès. Sans sen rendre compte, le jeune garçon vient de s’embarquer dans une course contre la mort… »

Critique: Voici un manga que je ne connaissais pas du tout et que j’ai reçu à Noel. Je me suis donc empressée de le lire pour m’en faire ma petite idée.

L’intrigue est simple. Un jeune homme, Yukiteru Amano, reçoit d’un Dieu qu’il croit irréel (genre c’est son copain imaginaire depuis toujours) un téléphone portable qui lui annonce des faits futurs. Tout roule jusqu’à ce qu’il lise qu’il va bientôt mourir. De là il découvre que d’autres personnes possèdent un téléphone similaire, et qu’ils veulent le tuer.

Malgré un synopsis bateau, l’action et l’intrigue restent très intéressantes. J’ai dévoré ce manga et j’ai hâte de me procurer les autres tomes pour savoir ce qu’il advient de notre héros. En parlant de lui, je l’ai trouvé louche. Je n’arrive pas à dire si pour le moment je l’aime bien ou non. Il est très immature et a des réactions d’enfant, et d’un autre côté il peut se révéler très manipulateur et l’idée de tuer des gens ne l’embête pas trop. A la fin du manga d’autres personnages arrivent, et semblent avoir une place importante dans la suite de l’histoire mais je ne peux pas vous en parler sans trop en révéler.

Ce manga m’a beaucoup fait penser à Death Note de Tsugumi Ohba au niveau de l’intrigue. J’espère juste que cette ressemblance sera de même au niveau du suspense et de la réflexion. Car pour moi le roman Death Note je l’avais beaucoup comparé à une partie d’échec, et il m’était arrivé de devoir relire certains dialogues pour mieux comprendre ce qui se passait.

En tout cas c’est une bonne petite découverte et j’attends la suite pour être plus critique.

9Note 4_5