Quête noire

Half bad 3

Titre de la série : Half bad

Titre : Quête noire

Numéro du tome : 3

Auteur : Sally Green

Éditeur : Milan

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 374

Genre : Fantastique

Prix : 16.90

 

 

Résumé : L’Alliance des sorciers libres a été dispersée. Comme tous ses compagnons, Nathan se cache. Mais il ne renonce pas à la guerre, sa guerre. Une amulette secrète lui donnerait le pouvoir de sauver l’Alliance. Nathan part à sa recherche, au risque de s’y perdre, et de perdre tout ce qu’il aime.

Critique : Nous voilà pour la dernière chronique de la saga Half bad (vous pouvez retrouver mes critiques du tome 1 et du tome 2 ici et ici). Et je préviens de suite qu’il va y avoir des spoilers donc toi, oui toi, qui n’a ni lu le tome 1 ni le tome 2 passe rapidement ton chemin.

Dans ce troisième tome, on retrouve Nathan qui vient tout juste de voir mourir son père et ce à cause d’Annalise. Il vient d’acquérir tous les nombreux pouvoirs que Marcus avait passé sa vie à chercher. Et il n’a qu’une idée en tête c’est retrouver l’ancienne élue de son cœur afin d’en savoir plus sur son geste mais surtout afin de se venger. Il va alors commencer à délaisser ce qui reste de l’Alliance ainsi que ses anciens amis.

C’est avec beaucoup d’émotions que je viens vous parler du dernier tome des aventures de Nathan. J’ai tellement adoré cette saga que je n’étais pas prête à ce qu’elle se finisse tout de suite. Mais les meilleures choses ont toujours une fin. Et là encore ce dernier tome est juste un énorme coup de cœur. La plume de Sally Green est toujours aussi précise et incisive. Les pages se tournent et ne se ressemblent pas. Et personne, je dis personne ne peut arriver à déterminer comment cette quête se terminera.

Nathan est devenu beaucoup plus sombre depuis le début de cette saga. Il est toujours aussi imprévisible, brutal et têtu. Il ne s’écoute que lui-même. C’est un personnage que soit on adore soit on déteste. En tout cas moi j’ai choisi le premier camp. Et on ne peut pas parler de Nathan sans parler de Gabriel qui a lui aussi beaucoup changé depuis le tout début de l’histoire. Tous les deux ont gagné en maturité. Leur relation va atteindre un point culminant dans ce roman. Et Gabriel, toujours fidèle à lui-même, est l’incarnation de la gentillesse. Après, beaucoup de personnages secondaires mériteraient d’être évoqués comme Arran, Célia et même Ledger. Sally Green a vraiment réussi un coup de chef en arrivant à construire autant de personnages si différents et tous aussi intéressants.

Half bad reste une série que j’ai commencé réellement par hasard et sans en attendre beaucoup et elle se sera révélée un énorme coup de cœur. L’intrigue est originale, tous les personnages sont fouillés et l’écriture est parfaite. Et je vous dirai que la fin est très surprenant mais conclut à merveille cette superbe saga.

 

11Note 5_5

 

 

 

Publicités

Le chasseur et la reine des glaces

Le chasseur et la reine des glaces

 

Titre : Le chasseur et la reine des glaces

Réalisateur : Cedric Nicolas-Troyan

Acteurs principaux : Chris Hemsworth, Charlize Theron, Emily Blunt et Jessica Chastain

Nationalité : Américaine

Durée : 1H54

Date de sortie : 20 avril 2016

Genre : Action; Aventure; Fantastique

 

 

Résumé : Il y a fort longtemps, bien avant qu’elle ne tombe sous l’épée de Blanche Neige, la reine Ravenna avait dû assister, sans mot dire, à la trahison amoureuse qui avait contraint sa sœur Freya à quitter leur royaume, le cœur brisé. Celle que l’on appelait la jeune reine des glaces, à cause de son habilité à geler n’importe quel adversaire, s’employa alors à lever une armée de guerriers impitoyables, au fond d’un palais glacé.
Mais au sein même de ses rangs Eric et Sara allaient subir son impitoyable courroux pour avoir enfreint l’interdit : tomber amoureux.
Plus tard, à l’annonce de la défaite de sa sœur, Freya envoie ses guerriers récupérer le miroir dont elle est la seule à pouvoir catalyser les sombres facultés. Des tréfonds dorés de la psyché, elle réussit à ressusciter Ravenna. Les deux sœurs vont alors retourner leur puissance maléfique, décuplée par la rage, sur le royaume enchanté.
Leur armée s’avèrera désormais invincible…à moins que… les deux proscrits qui avaient jadis trahi la règle d’or, subissant l’exil et la séparation, ne parviennent à se retrouver…

Critique : Quand j’ai vu pour la première fois la bande-annonce de ce film j’ai su qu’il fallait que j’aille le voir au cinéma. Je n’avais certes pas vraiment apprécié le premier film mais celui-là me semblait bien plus prometteur.

Au tout début du film, nous sommes plusieurs années avant l’apparition de Blanche-neige. Ravenna est déjà une sombre sorcière et tueuse de rois, mais elle a une sœur Freya, qu’elle aime profondément. Cette dernière, amoureuse et enceinte, n’a pas encore découverts ses pouvoirs et doute d’en avoir. Jusqu’au jour où son amant va assassiner leur petite fille. Freya va alors voir ses pouvoirs se révéler à cause de la douleur et de la fureur qu’elle ressent. Elle devient alors la reine des glaces. Le cœur brisé, elle quitte sa sœur et va construire son propre royaume. Elle ordonne à ses soldats de kidnapper tous les enfants qu’ils trouvent et de tuer leur famille. Elle va ensuite entrainer les petits à devenir de parfaits chasseurs, de valeureux combattants. Elle ne leur demande qu’une seule chose : ne jamais éprouver un sentiment affectueux. Sauf que ses deux meilleurs chasseurs, Eric et Sara, sont amoureux l’un de l’autre.

Le scénario du film est, pour moi, réellement intéressant. J’aime beaucoup l’idée de la  méchante qui se construit dans la douleur et dans la colère alors qu’avant elle était aussi douce qu’un agneau. C’est pourquoi j’ai adoré le personnage de Freya. En une soirée elle va voir son monde s’écrouler, son amoureux ne l’aime pas, pire, il a été jusqu’à assassiner leur propre fille pour ne plus avoir rien à faire avec elle. Elle va alors sombrer dans un monde de chaos. Et pour elle, sa seule façon de s’en sortir, va être de protéger des enfants du même sort qu’elle a subi. Elle va alors tout leur arracher, pour en faire des soldats froids et méthodiques. L’actrice Emily Blunt joue son rôle à merveille, elle est vraiment bluffante.

Pour les autres personnages j’ai été plutôt déçue. L’histoire d’amour entre Eric et Sara est sans saveur. Eric est un personne plat, lisse. Je n’ai pas trouvé en quoi il apportait quelque chose au film. Quand à Sara, certes c’est un peu la femme badass du film et elle est un peu plus intéressante que son chéri. Mais là encore je reste déçue du rendu. J’aurais aimé qu’on aille encore plus loin dans son rôle de femme manipulée et manipulatrice. Quand à Ravenna je n’ai pas compris son grand retour de méchante. Encore qu’on la voit plus jeune, avant son histoire avec Blanche-neige cela peut être intéressant et nous en apprendre plus sur le personnage. Mais de là à la faire revivre juste parce qu’il faut une grande méchante je n’en vois pas l’intérêt. Un méchant ça se crée quand même assez facilement et cela aurait pu rendre un peu plus d’originalité et de saveur à ce film.

Quand au film en général il y a beaucoup d’incohérence au niveau du scénario, mais aussi des explications ou des moments qui passent trop vite. On a l’impression que le réalisateur avait son idée principale du film et qu’il n’a fait que broder autour en pensant que cela passerait. Il n’a pas exploité les bons filons. Et vu la fin du film on peut présumer d’une prochaine suite (avec, je le pressens, encore une fois Ravenna).

Bref, pour conclure à part un personnage que j’ai trouvé intéressant, tout le reste (personnages et film) est complétement fade. Je ne vous invite vraiment pas à aller le voir au cinéma.

 

Note 1_5

Outlander (Série)

481757Titre : Outlander

Réalisateur : Ronald D. Moore

Acteurs principaux : Caitriona Balfe, Sam Heughan, Tobias Menzies

Nationalité : Américaine

Nombre de saison : 2 (pour le moment)

Nombre d’épisodes : 16

Date de sortie : 2014

Genre : Fantastique, Historique, Romance

En production

 

Résumé : Les aventures de Claire, une infirmière de guerre mariée qui se retrouve accidentellement propulsée en pleine campagne écossaise de 1743. Elle se retrouve alors mêlée à des histoires de propriétés et d’espionnage qui la poussent à prendre la fuite et menacent sa vie. Elle est alors forcée d’épouser Jamie, un jeune guerrier écossais passionné qui s’enflamme pour elle et la conduit à être déchirée entre fidélité et désir, étant partagée entre deux hommes dramatiquement opposés et deux vies irréconciliables.

Critique : Missgourmande me parlait souvent de cette saga comme étant super et donnant juste envie d’aller en Écosse (pour retrouver ses critiques littéraires c’est par  pour le tome 1 et ici pour le tome 2).  Le souci pour moi, c’est que chaque tome fait environ mille pages… Si je me lance dedans j’en ai pour environ 10 ans à les lire. Heureusement, j’ai découverts qu’elle est adaptée en série !

L’histoire nous raconte les aventures de Claire, une jeune infirmière mariée qui décide, avec son époux, de refaire leur lune de miel juste après la seconde guerre mondiale. Ils décident de se rendre en Écosse, terre des ancêtres de monsieur. Celui-ci fait des recherches sur sa généalogie. Mais Claire est subitement envoyée en 1743, époque des guerres entre britanniques et écossais. Elle se retrouve mêlée à des conflits politiques, de propriétés, de trahisons…

Je dois dire que les premiers épisodes ne m’ont pas du tout emballés ! Je les ai trouvé mous et la période de l’après guerre n’est vraiment pas une période que j’apprécie que ce soit en roman, film ou même historique. Du coup je n’ai pas été attentive à l’histoire.

Par contre du moment que Claire a été propulsée dans le temps, tout de suite mon attention a été monopolisé. Direct elle rencontre un personnage qu’elle connait bien, mais celui-ci est quelque peu différent… Je ne vous en dis pas plus.  Elle finit par être plus ou moins prisonnière du clan Mackenzie. De là elle doit s’adapté et arriver à gagner la confiance de ces écossais. Elle se lie d’amitié avec Jamie, un jeune écossais au grand cœur. D’ailleurs, celui ci ne reste pas indifférent au charme de Claire et réciproquement. Claire est contrainte de faire un choix entre désir et fidélité envers son mari. Elle est partagée entre deux hommes qui sont profondément opposés.

J’ai vraiment aimé le duo entre Claire et Jamie. Leur histoire évolue continuellement. Même si par moment elle ne comprend pas les us et coutumes, Claire reste forte et arrive rapidement à s’adapter. Elle est intelligente, et prête quasiment à tout pour rentrer chez elle. Quand à Jamie, il est quasiment l’homme parfait ! Il est protecteur, se met sans cesse à la place des autres pour mieux les comprendre et il est bien sur un homme d’honneur qui défend son pays. Leur duo est juste adorable, et m’a parfois fait beaucoup rire.

Cependant je dois admettre que Claire m’a parfois « courre sur le haricot » (pardon pour cette expression). Non mais c’est vrai, elle a la chance de remonter le temps de trouver un protecteur, de vivre une extraordinaire aventure mais non madame se plaint, et n’a qu’une envie c’est de rentrer ! Qu’elle me donne sa place il y a pas de soucis.

Je vous ai parlé pour le moment que du côté romantique et historique de cette série. Mais il y a aussi un côté, comment dire… Choquant ? Oui en quelques sortes. Cette série n’est pas une série à l’eau de rose où tout se passe bien. Oh que non ! Il y a de la torture, du sang et des morts (pas autant que Game Of Thrones hein mais quand même). Je ne vais pas dire que j’ai aimé bien sur mais au moins cela dynamise et rend moins nian nian la série.

Bref, je ne peux que vous recommander cette série ! Juste un conseil : ne faites pas comme moi, attendez au moins que la saison 2 soit sortie car l’attente est longue… Ou bien lisez les romans ! =)

 

Le tout nouveau testament

289542

Titre : Le tout nouveau testament

Réalisateur : Jaco van Dormael

Acteurs principaux :  Benoît Poelvoorde, Yolande Moreau, Catherine Deneuve

Nationalités  : Belge, Français, Luxembourgeois

Durée : 1h 54min

Date de sortie : 2 septembre 2015

Genre : Comédie, Fantastique

 

Résumé :Dieu existe. Il habite à Bruxelles. Il est odieux avec sa femme et sa fille. On a beaucoup parlé de son fils, mais très peu de sa fille. Sa fille c’est moi. Je m’appelle Ea et j’ai dix ans. Pour me venger j’ai balancé par SMS les dates de décès de tout le monde…

Critique : Ce film m’attirait depuis que j’avais vu la bande annonce. J’aime beaucoup les films dans lequel joue Benoît Poelvoorde. De plus le sujet en question est très attrayant et promettait une bonne séance de rigolade.

L’histoire débute au domicile de Dieu, à Bruxelles. Sa fille Ea nous raconte sa vie auprès de sa famille. Son père, donc Dieu, est le créateur de toutes choses. Il est dépeint comme un être odieux, imbu de sa personne et qui aime voir « ses créations » souffrir. Quant à sa mère, elle est effacée, sans autorité et tout ce qui l’intéresse c’est le base-ball. Pour son frère, J-C, on sait peu de chose sur son compte, juste qu’il est mort sur Terre. Plus le temps passe, plus Ea n’a qu’une envie c’est de partir et de se venger de son père ; ce qu’elle va finir par faire…

Honnêtement, je pensais rire tout au long du film. Ce ne fut pas vraiment le cas. L’humour est présent (surtout à travers le personnage de Dieu et l’opposition avec sa fille), mais la majeure partie du film est plutôt émouvant. Ea rassemble ses prophètes pour créer un tout nouveau testament. Parmi eux elle découvre la vie humaine, les joies, les déceptions, l’amour…

Le film prend une tournure philosophique avec un brin de folie surtout dans certains personnages. D’ailleurs leur présentation reste assez originale. Chaque prophète est annoncé par un aparté qui nous raconte sa vie et ses problèmes.

Je conseille quand même ce film car il sort des sentiers battus. Mais ne vous attendez pas à une comédie car dans ce film on ne rit pas à chaque réplique.

 

 

Note 3_5

Les cœurs brisés

Les coeurs brisés

 

Titre : Les cœurs brisés

Auteur : Amelia Kahaney

Éditeur : Robert Laffont

Année de publication : 2015

Nombre de pages : 456

Genre : Fantastique ; Aventure

Prix : 17.9

Résumé : Fille de la haute société de Bedlam, ballerine talentueuse, Anthem ne sait pas encore qu’elle sera bientôt arrachée à son cocon doré. Tic… tac… tic…. tac… tic… tac… tic… Elle va payer de sa vie sa passion aussi brève qu’intense pour un jeune homme des bas-fonds… Tac… Et lorsqu’elle se réveille avec un coeur hybride, la rendant capable de prouesses surhumaines, le désespoir laisse vite place à la fureur vengeresse.

Tic-tac-tic-tac-tic-tac ! L’apprentissage d’Anthem ne fait que commencer. L’espoir s’apprête à renaître. Le Syndicat du crime de Bedlam n’a qu’à bien se tenir.

Critique : J’avais très envie de lire ce livre depuis sa parution et je l’ai reçu dans un swap. Depuis qu’il avait rejoint ma PAL il me tardait de le commencer.

Ce livre nous raconte l’histoire d’Anthem et comment son destin va basculer du jour au lendemain. Anthem n’est pas une jeune adolescente comme toutes les autres, elle fait partie d’une des familles les plus puissantes et riches de sa ville. Elle s’entraine depuis son plus jeune âge à la danse classique pour pouvoir rentrer dans des ballets et avoir les premiers rôles. Toute sa vie est réglée comme du papier à musique, et elle ne s’autorise que très peu d’écarts. Et c’est justement un de ces écarts qui va la conduire à devoir changer d’existence. Elle va accompagner sa meilleure amie à une fête dans un des quartiers les plus pauvres de la ville, et va faire la rencontre d’un jeune homme extrêmement charmant, Gavin. Ils vont très vite avoir de forts sentiments l’un pour l’autre et une idylle va naitre entre une nantie et un pauvre artiste romantique. Cette romance cachée va déraper le jour où Gavin est kidnappé et qu’Anthem perde la vie avant de se réveiller avec un cœur hybride.  Elle va alors vite se rendre compte qu’elle est dotée de dons surnaturels et qui vont l’aider dans sa quête de retrouver Gavin et de le sauver.

J’ai adoré le personnage d’Anthem. Une jeune adolescente qui va devoir apprendre très vite à devenir indépendante, courageuse, forte et va se transformer sous nos yeux en une battante et va laisser derrière elle son enfance. Elle a des réactions que, la plupart du temps, je comprends. Elle est humaine, sensée, avec des qualités et des défauts. Et j’ai eu beaucoup d’attachements pour elle et ce qu’elle va traverser. Certains personnages secondaires sont aussi très attachants comme Serge et Ford, et j’espère en savoir plus sur eux dans le tome 2.

La plume de l’auteure est dynamique, fluide et j’ai pris beaucoup de plaisir à la lire. Cependant, j’ai trouvé qu’il y avait trop de facilité dans les dénouements, certaines actions m’ont semblé complètement irréelles. Tous ces dérapages ont fait que par moment je décrochais de l’histoire. J’ai été aussi déçue de ne pas avoir plus d’informations sur ce monde futuriste, sur la famille d’Anthem et sur ce cœur bionique (un peu plus de détails scientifique n’auraient pas fait de mal). Peut-être dans le second tome?

Il y a de nombreux rebondissements pour ce roman mais le principal reste tellement évident, en même temps l’auteure nous donne énormément d’indices, que la fin n’est pas vraiment spectaculaire. Elle est même plutôt plate, cependant elle nous laisse présager de très bonnes choses pour la suite de cette histoire.

En résumé j’ai bien aimé mais sans plus et cela faute de trop de simplicité et de prévisibilité. J’ai quand hâte de lire le second tome même si j’en attends beaucoup de lui.

 

6Note 2.5_5

Le prince d’été

Le prince d'été

Titre : Le prince d’été

Auteur : Alaya Dawn Jonhson

Éditeur : Robert Laffont

Année de publication : 2013

Nombre de pages : 435

Genre : Fantastique; Science-fiction

Prix : 17.9

 

 

Résumé : Il y a quatre cents ans, le monde tel que nous le connaissons a connu une fin tragique. Désormais, sur la côte de ce que l’on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu’une fois tous les cinq ans, à un Prince d’été dont l’histoire enfiévrera la cité le temps d’une année. Pour June Costa, la vie n’est qu’art.
Ses œuvres géniales (des peintures murales aux hologrammes, en passant par des tatouages lumineux) impressionnent, voire irritent ses professeurs tout autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine pour jouir d’une célébrité instantanée et de tous les privilèges qui vont avec. Un rêve qu’elle n’avait jamais remis en question… jusqu’à ce qu’elle rencontre Enki.
Fraîchement élu Prince d’été, Enki est le garçon dont tout le monde parle à Palmares Três. Mais lorsque June le regarde, elle voit plus loin que ses fascinants yeux d’ambre et sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total, comme elle. Ensemble, June et Enki décident alors de créer un chef-d’œuvre qui restera gravé à jamais dans les annales de Palmares Três, attisant la flamme rebelle qui se lève contre les restrictions anti-technologie qu’impose le gouvernement matriarcal.
Mais June va bientôt tomber profondément et tragiquement amoureuse d’Enki… Or, à l’instar de tous les Princes d’été qui l’ont précédé, Enki va devoir être sacrifié.

Critique : S’il y a bien un livre qui est à lire durant la période estivale c’est bien celui-là vu son titre et le sujet dont il traite.

Nous voilà dans un futur où à cause des hommes il y a eu de grandes catastrophes naturelles qui ont éradiqué une bonne partie de la population. Dans notre Brésil actuel une nouvelle ville a émergé ainsi qu’un nouveau gouvernement. Maintenant ce sont les femmes qui sont au pouvoir, et chaque année un homme qui s’est porté volontaire est choisi pour devenir prince. Et à la fin de l’été il sera sacrifié et désignera la prochaine reine.

Le livre commence en douceur, on nous présente les personnages principaux et le monde dans lequel nous pénétrons. Cependant, malgré un lent démarrage et de bonnes explications j’ai eu beaucoup de mal à comprendre l’univers crée par l’auteur et il se complexifie de pages en pages. Le concept de ce monde reste bon et formidablement original. J’adhère vraiment avec l’idée mais il reste vraiment mal traité. J’ai eu d’énormes difficultés à comprendre (d’ailleurs je n’ai toujours pas compris) les personnages, la ville et le gouvernement mis en place. J’ai vraiment du me forcer pour finir ce livre, malgré l’incroyable talent qu’a l’auteure.

La plume d’Alaya Dawn Johnson est magnifique, elle a un réel talent pour décrire des personnages, des paysages et des émotions. De plus, elle aborde avec finesse de nombreux thèmes plus forts les uns que les autres comme la destruction de notre monde et de notre société, l’homosexualité, la soif de pouvoir, l’art, le sacrifice…

Les personnages principaux sont très bien décrits, j’ai vraiment réussi à me les imaginer par contre je trouve qu’il y a trop de facilités dans les explications de leurs histoires respectives. Et l’intrigue est tellement complexe qu’au final je ne me suis retrouvée dans aucun des personnages, et j’ai fini par me lasser d’eux et les prendre en grippe. Si au début de l’histoire ils incarnent tous des mots puissants comme l’amour, l’amitié, l’art ils perdent de leur superbe tout au long de l’histoire.

En conclusion, un roman avec beaucoup d’originalité et de puissance mais qui se révèle beaucoup trop complexe. Mais l’auteure a beaucoup de talent, et j’aimerais beaucoup lire un autre ouvrage

3Note1_5

Clochette au pays des merveilles

Titre : Clochette au pays des merveilles

Auteur : Didier Crisse et Robi Pena

Éditeur : Le Lombard

Année de publication : 2014

Nombre de pages : 70

Genre : Bande dessinée ; Fantastique

Prix : 10.6

 

Résume : Une nuit à Londres, Clochette croit voir Peter Pan se réfugier dans une vieille librairie. Elle y entre à son tour mais, pas de Peter… Caché, le vieux libraire acariâtre l’observe, puis veut la chasser. Il prend un livre sur le présentoir et le referme sur la fée. Le livre n’est autre qu’Alice au pays des merveilles… Voici Clochette projetée dans ce monde de doux dingues, où sa magie ne fonctionne pas.
Seule Alice, qui vient aussi d’un autre monde, pourra l’aider.

Critique Missgourmande

Publié le 29 mai 2015

S’il y a bien une bande dessinée que j’avais très envie de lire c’était celle-ci. La couverte est magnifique et bien sur qui dit réécriture de contes dis pour moi.

Clochette en voulant suivre Peter Pan se retrouve plonger dans l’histoire d’Alice au pays des merveilles. Hélas pour elle, dans cet univers sa magie ne fonctionne pas et pire sa présence perturbe le bon déroulement du conte initial. Alice va alors l’aider à quitter son conte et rejoindre le sien.

Pour commencer cette BD est juste sublime. La couverture est un travail magnifique avec des parties veloutées et d’autres plus rugueuses, plus nervurées. A l’intérieur les dessins sont très bien faits, et apportent une touche d’originalité sur des personnages bien connus. D’un point de vue esthétique, tout est parfait.

C’est au niveau du synopsis que tout se gâte. Alice et Clochette vont devoir traverser le pays de Wonderland, et se font alors guider par Mister Trump et sa fouine. Des personnages qui n’existent pas initialement dans les deux contes mélangés. Quand aux méchants, Oberon et la méchante reine, ont ne comprend pas trop leurs motivations. J’ai été très déçue de ne pas voir certains personnages du conte d’Alice au pays des merveilles être plus impliqués dans la découverte de Wonderland. L’histoire m’a paru très complexe et difficile à lire, et même si la fin de la BD semble annoncer une suite je ne suis pas sure de vouloir la lire.

Une BD magnifique mais qui pêche au niveau de son scénario, à voir la suite.

5Note 2_5

Critique Eilarock

Publié le 17 août 2015

J’ai reçu cette magnifique bande dessinée lors du swap image organisé sur le Livraddict. Contrairement à Missgourmande je ne suis pas une adepte de la réécriture de conte. Ce fut donc pour moi une agréable lecture, de voyager dans le monde d’Alice à travers les yeux de Clochette.

La fée Clochette est à la poursuite de Peter qui ère dans les librairies en quête d’histoire. Clochette se fait piéger dans l’histoire d’Alice au pays des merveilles par un vieux libraire grincheux. Dans ce monde elle ne peut plus voler et pire encore, sa présence dérange le déroulement du conte initial. Elle fait la rencontre d’Alice qui décide de l’aider à retourner au pays imaginaire.

La couverture m’a tout de suite tapé dans l’œil. On aperçoit une Clochette très différente de l’adaptation de Disney (voir même très adulte). Dans la BD j’ai beaucoup aimé les paysages et l’ambiance qui refflète parfaitement Wonderland. Par contre j’ai beaucoup moins accroché au graphisme des personnages, en particulier ceux d’Alice et de Clochette.

Au sujet de l’histoire, je rejoins que partiellement la critique de Missgourmande. Je l’ai trouvé peu approfondi surtout par rapport aux projets des méchants Obéron et la reine. Les auteurs ont choisi d’intégrer des nouveaux personnages ce qui permet une certaine originalité et ne dérange pas pour la lecture.

Pour ce qui est de l’écriture, je n’ai eu aucune difficulté à lire et comprendre l’histoire. Les bulles ne sont pas trop chargées et permettent d’apprécier les illustrations. Le découpage des vignettes est correct quoiqu’il aurait été intéressant d’avoir un peu plus de grandes vignettes pour mieux admirer le travail du dessinateur.

Pour conclure je dirais que ce livre mérite quand même d’être lu même si le scénario manque un peu de peps et d’originalité. J’attends de voir la suite…

6Note 2.5_5