Parfaite

Parfaite

Titre : Parfaite

Auteur : Caroline Kepnes

Éditeur : Kero

Année de publication : 2015

Nombre de pages : 460

Genre : Thriller

Prix : 19.9

 

Résumé : Lorsque Beck pousse la porte de sa librairie, Joe est immédiatement sous le charme. Ravissante, effrontée, sexy, elle est tout simplement tout ce qu’il cherche chez une femme. Et quand Joe aime, il est prêt à tout pour parvenir à ses fins… Quelques semaines plus tard, la vie de Beck n’a plus de secrets pour Joe. Il a trouvé son nom, son adresse, s’est procuré accès à ses emails, il la suit virtuellement sur les réseaux sociaux et physiquement dans les rues de New York. Avec un peu d’organisation, une « vraie » rencontre est vite provoquée, et comment résister à un garçon qui devance vos moindres désirs, semble deviner vos pensées les plus intimes ? Et lorsque des personnes de l’entourage de Beck sont victimes d’accidents macabres, c’est tout naturellement dans les bras de Joe que se réfugie la jeune femme. Mais si Beck ignore l’ampleur de l’obsession de son nouveau petit ami, Joe ne connaît pas non plus toutes les facettes de sa bien-aimée…

Critique : Voici un des thrillers qui me tentaient le plus cette année et voici ma chronique.

Nous allons suivre l’histoire de Joe qui va avoir un gros coup de cœur pour Beck, une jeune femme ravissante qui va un jour franchir la porte de sa librairie. Ils vont avoir une conversation très intéressante sur la lecture, leurs auteurs favoris. Suite à cette entrevue, Joe va alors tout faire pour en savoir le plus possible sur Beck: espionnage des réseaux sociaux, craquage des comptes mails, vols de téléphones portables, suite dans les rues de la ville, effraction dans son appartement…Il va mettre tout en œuvre pour la charmer, la combler et surtout pour la garder. Cependant on ne peut pas prétendre qu’à travers Facebook, des mails échangés on peut connaitre une personne et Beck va se révéler bien différente de l’idée que s’en faisait Joe.

J’ai bien accroché avec le concept de cette histoire, suivre l’intrigue de l’œil du psychopathe et saisir la moindre de ses pensées, de ses désirs. Joe peut vraiment nous faire froid dans le dos tant il se révèle perfide, maniaque et manipulateur. Mais ce qui est le plus inquiétant c’est la facilité avec laquelle il va réussir à s’introduire dans la vie privée de Beck. On ne peut s’empêcher de se demander si nous-mêmes sommes à l’abri, et si les rencontres hasardeuses que l’on fait dans la vie sont si hasardeuses que cela. Oui, avec ce livre vous allez devenir un brin paranoïaque.

Cependant, cette idée de synopsis s’est révélée très rapidement décevante. Nos deux personnages principaux sont égocentriques, au point que cela a finit par m’énerver. Et on finit par avoir envie que cela se finisse vite que soit Beck soit achevée par Joe soit que Joe soit arrêté par la police de New-York. De plus, le tiers du début du roman se révèle plutôt plat, sans véritable action et on se lasse très vite. Et même si la fin remet un peu de piquant à cette histoire je reste assez déçue et frustrée car l’idée était bonne mais a été mal traitée. Autre chose qui m’a aussi beaucoup dérangé c’est toutes ces scènes sexuelles qui s’enchainent et qui sont décries d’une façon vraiment crues.

En bref, un thriller décevant, une auteure qui fait durer son roman et pas grand chose de bien palpitant.

4Note 1.5_5

Skyfall

20264212.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre : Skyfall

Réalisateur : Sam Mendes

Acteurs : Daniel Craig, Judi Dench, Javier Bardem

Nationalité : Américaine, britanique

Durée : 2h23

Date de sortie : 26 octobre 2012

Genre : Action, espionnage, thriller

 

 

 

Résumé : Lorsque la dernière mission de Bond tourne mal, plusieurs agents infiltrés se retrouvent exposés dans le monde entier. Le MI6 est attaqué, et M est obligée de relocaliser l’Agence. Ces événements ébranlent son autorité, et elle est remise en cause par Mallory, le nouveau président de l’ISC, le comité chargé du renseignement et de la sécurité. Le MI6 est à présent sous le coup d’une double menace, intérieure et extérieure. Il ne reste à M qu’un seul allié de confiance vers qui se tourner : Bond. Plus que jamais, 007 va devoir agir dans l’ombre. Avec l’aide d’Eve, un agent de terrain, il se lance sur la piste du mystérieux Silva, dont il doit identifier coûte que coûte l’objectif secret et mortel…

Critique : J’ai enfin regardé le dernier James Bond ! (je viens juste de voir qu’il va bientôt en avoir un nouveau…). Il m’a fallu juste 3 ans ^^ ».

Ce film sur le très célèbre agent 007 commence par une poursuite spectaculaire dans les rues d’une ville du Maghreb. Cascades, explosions, rebondissements et grosse surprise sont au rendez-vous. S’enchaîne ensuite le générique du début. Face à cet incident plusieurs agents se retrouvent en danger. De plus le MI6 est attaqué par un mystérieux ex-agent. L’autorité de M est contredite et elle est remise en cause par le nouveau président. M n’a plus qu’un allié fidèle et de confiance : Bond. Celui-ci va tout faire pour déjouer les plans de ce Sylva.

J’ai aimé ce nouveau James Bond qui rafraichie un peu la série tout en gardant les valeurs des anciens. On retrouve l’univers caractéristique des Bond avec du suspens, de l’action (bien maitrisée et modérée). Les personnages sont à leur place et les codes d’un bon film d’espionnage sont présents. De plus on assiste à de belles images de paysages et de beaux plans de caméra qui nous permettent une totale immersion dans l’histoire. Cette dernière est très divertissante, elle nous emmène dans un monde sombre, truffé de mensonges. Par moment des pointes d’humour permettent de décompresser un peu.

Le moment que j’ai préféré dans ce film est celui où Bond se rend avec M dans sa maison d’enfance en Écosse. Le réalisateur a choisit de nous en dire un peu plus sur le passé de 007. Jusqu’à maintenant on ne savait que très peu de choses sur cet agent (normal c’est un espion ^^). Le fait de dévoiler une partie de sa vie m’a permis d’encore plus l’apprécier. J’ai trouvé que cela le rendait encore plus charismatique mais aussi plus fragile.

Le méchant qui est interprété par Javier Bardem m’a tout d’abord choqué. Malgré cela je reconnais qu’il joue parfaitement bien le criminel psychopathe et ex-agent secret. Beaucoup de mystère plane autour de lui et sa haine pour M est très bien amenée (on pourrait presque le comprendre et avoir de la pitié). Même si je ne suis pas une adepte de Batman, j’ai trouvé qu’il y avait une petite ressemblance entre Sylva et le Joker. Leurs plans machiavéliques se ressemblent et ils emploient les mêmes techniques (par exemple de se faire emprisonner).

Mais malgré un bon scénario, de très bons acteurs, ce film a un défaut qui m’a beaucoup dérangé. Même si, James Bond est considéré comme un super héros, il y a des limites ! Il se prend deux balles et fait une chute d’au moins 50 mètres pour revenir comme si de rien n’était. Plus loin on le voit se retirer des résidus de balles sans éprouver vraiment de douleur. Enfin il combat un homme qui est en train de l’étrangler dans un lac gelé. Je passe aussi le détail de la maison où il réchappe aux tirs d’un hélico… Bref je trouve que cela est un peu exagéré même si c’est James Bond !

Autre petit point négatif, lorsque Bond revient dans sa maison, on découvre la tombe de ses parents. Le nom de son père est aussi Bond, pour un agent secret c’est quand même bizarre d’avoir gardé son nom…

En résumé ce dernier James Bond est un bon film. On retrouve bien l’ambiance des vieux films et les acteurs incarnent leurs personnages à la perfection. Pour ma part j’ai juste été un peu déçue par la surcharge d’actions, le petit manque d’espionnage et l’explosion de l’aston martin!

 

 

Note 3.5_5

Ex_Machina

517724.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre : Ex_Machina

Réalisateur : Alex Garland

Acteurs principaux : Domhnall Gleeson, Alicia Vikander, Oscar Isaac

Nationalité : Britannique

Durée : 1h48

Date de sortie : 3 juin 2015

Genre : Science fiction, thriller

 

 

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs 

Résumé :À 26 ans, Caleb est un des plus brillants codeurs que compte BlueBook, plus important moteur de recherche Internet au monde. À ce titre, il remporte un séjour d’une semaine dans la résidence du grand patron à la montagne. Mais quand Caleb arrive dans la demeure isolée, il découvre qu’il va devoir participer à une expérience troublante  : interagir avec le représentant d’une nouvelle intelligence artificielle apparaissant sous les traits d’une très jolie femme robot prénommée Ava.

Critique : En voyant la bande annonce de ce film, j’ai eu très envie de le voir. Il m’intéressait fortement puisque, pour une fois, le film montrait l’expérience et le test d’une intelligence artificielle.

L’histoire nous raconte comment Caleb, un jeune homme brillant dans le codage, va participer à une des plus troublantes expériences de sa vie. Son patron, le dirigeant de BlueBook a développer une nouvelle intelligence artificielle. Il souhaite la tester pour savoir si elle agît comme un humain et Caleb semble le mieux placé pour le savoir. Mais des complications arrivent et la frontière entre homme / machine est de plus en plus abstraite…

J’ai aimé ce film car le récit qui nous ait présenté est très intéressant. Le réalisateur situe l’action dans un huis-clos ce qui accentue fortement le côté oppressant et confiné. Également on est encore plus intrigué par le mystère de cette maison et par son occupant qui m’a paru très louche dès le départ.

Le scénario sort vraiment des sentiers battus de par son genre, son originalité ainsi que par sa morale philosophique tacite. Autre chose innovante et qui m’a beaucoup plut, le récit est à la première personne. J’entends par là que le regard du spectateur évolue en même temps que celui du personnage principal. On est enfermé dans cette maison tout comme Caleb et on découvre les secrets de cette base en même temps que lui. Les découvertes nous choquent, on se perd. Qui est l’humain ? Qui est la machine ?

J’ai trouvé que le jeu des acteurs était excellent ! Oscar Isaac, qui joue Nathan, un personnage ô combien ambigu, est vraiment parfait. On n’arrive pas à le cerner et finalement on ne s’attache pas à lui. Caleb, lui, est méfiant et il réfléchit beaucoup à ce qu’il lui arrive. Quand à Ava il est difficile de la décrypter. Malgré son apparence, elle est finalement beaucoup plus humaine que l’on peut penser.

Pour conclure ce film sort un peu de l’ordinaire et permet de se poser quelques questions sur les I.A. Je le conseille à celles et ceux qui aiment l’univers de la robotique et les avancées de la technologie (et même aux autres d’ailleurs) Moi j’ai adoré !

Note 3.5_5

Mais c’est à toi que je pense

Mais c'est à toi que je pense

 

 

Titre : Mais c’est à toi que je pense

Auteur : Gary A. Braunbeck

Éditeur : Bragelonne

Année de publication : 2010

Nombre de pages : 358

Genre : Thriller

Prix : 20

 

 

Résumé : Pour Thomas, Arnold, Rebecca et Christopher, c’est la fin du supplice. Ils viennent d’échapper à leur tortionnaire, un tueur en série pédophile qui les séquestrait depuis des années. Mais une nouvelle épreuve les attend: et si on les avait oubliés? Et si on ne les aimait plus? Horriblement défigurés et mutilés, ils ont besoin d’un adulte pour les ramener à leurs parents, que certains n’ont pas vus depuis dix ans… et ils ont choisi Mark.

Critique : J’ai profité de mes dernières vacances pour faire le vide dans ma PAL et j’ai  enfin pu lire ce thriller.

J’avais très envie de lire ce livre à cause de ce résumé qui m’avait donné l’impression qu’on allait découvrir des victimes d’un psychopathe après les drames qui leurs seraient survenus. Car oui je trouve qu’on ne parle pas assez dans les romans policiers de l’après, une fois que les victimes qui ont survécu rentrent chez elle et essaient de se reconstruire.

Le début de l’histoire va très vite, on est pris de suite dans les divers événements qui vont arrivés à Mark, notre personnage principal, c’est d’ailleurs lui qui nous raconte l’histoire.

Mark c’est un type très gentil, qui va se retrouver dans toute cette historie morbide à cause de son bon cœur. Il est toujours là pour aider, pour dépanner, pour soutenir et encourager ses proches. Et même aux portes de la mort il va continuer à n’être que bonté. C’est aussi une personne loyale, intelligente, courageuse et curieuse. J’ai vraiment accroché à ce personnage déjà car c’est grâce à ses qualités que se fait l’histoire mais aussi parce qu’il est très attachant. Les 4 « grands » enfants que nous rencontrons ne m’ont pas plus touché que ça. Oui leur histoire est juste abominable mais l’horreur était tellement poussée que je n’ai pas pu rentrer dans l’histoire.

Et le problème est bien là, je n’ai pas réussi à croire à ce roman. L’auteur a voulu partir dans une surenchère d’horreur qui m’ont primo juste dégoutée et deuxio empêchée de ressentir la moindre émotion (sauf de l’écœurement) durant la lecture. Ce livre n’est vraiment pas à la portée de tous à cause de toutes les horreurs présentes, les propos sont crus, c’est juste du hard. Même les moments censés être touchants m’ont laissé de glace. J’ai trouvé que les personnages partaient dans une aventure juste irréalisable.

Bref, vous l’aurez compris, je ne recommande pas du tout ce roman.

3Note1_5

Les nouveaux sauvages

nouveaux sauvages

Titre : Les nouveaux sauvages

Titre original : Relatos salvajes

Réalisateur : Damián Szifron

Acteurs principaux : Ricardo Darín, Oscar Martinez, Leonardo Sbaraglia

Nationalité : Argentin , espagnol

Durée : 2h02

Date de sortie : 14 janvier 2015

Genre : Thriller , Comédie , Drame

 

 

Résumé : L’inégalité, l’injustice et l’exigence auxquelles nous expose le monde où l’on vit provoquent du stress et des dépressions chez beaucoup de gens. Certains craquent. Les Nouveaux sauvages est un film sur eux.

Vulnérables face à une réalité qui soudain change et devient imprévisible, les héros des Nouveaux sauvages franchissent l’étroite frontière qui sépare la civilisation de la barbarie. Une trahison amour, le retour d’un passé refoulé, la violence enfermée dans un détail quotidien, sont autant de prétextes qui les entraînent dans un vertige où ils perdent les pédales et éprouve l’indéniable plaisir du pétage de plombs.

Critique : Comme vous pouvez le lire sur l’affiche, ce film est tordant, à mourir de rire et hilarant. Et en effet, en le regardant je ne m’attendais pas du tout à ça…

Tout d’abord il faut savoir que ce long métrage est en fait une série de petits films avec des personnages différents. C’est un peu comme un roman de nouvelles, on passe d’une histoire à l’autre. J’ai trouvé cela assez sympa et original.

Donc ce film nous raconte des pétages de plombs de différentes personnes. On passe d’un jeune homme psychologiquement fragile à une vengeance de longue date à une profonde injustice à un accident d’une nuit et enfin à une révélation qui fait mal le jour d’un mariage. Bref des situations bien différentes qui demandent un minimum de sang froid. Cependant pour la plupart des personnages ce ne sera pas le cas, ils vont réagir de manière violente voir complètement délirante ! C’est ce que j’ai le plus aimé dans ce film, ce côté complètement déjanté et allumé des personnages.

Parmi les 6 films il y en a deux qui ont beaucoup retenus mon attention. Le premier se nomme La bombe ou Bombita (en espagnol). Il raconte l’histoire d’un père de famille, chargé de faire exploser des bâtiments,et qui va avoir quelques inconvénients pour rentrer chez lui le jour de l’anniversaire de sa fille. Sa femme va lui reprocher d’être très peu présent et va demander le divorce. S’enchaîne alors toutes une multitude de désagrément (voiture en fourrière, bouchons sur le périphérique, licenciement…). Bref il va craquer en beauté ! J’ai aimé ce récit car il montre bien la vie dans les grandes villes. Les gens sont stressés, agressifs, violents. De même, les administrations sont pas mal critiquées aussi : les procédures doivent être respectées et c’est tout ! Je pense que je me saurais retrouvé dans la même situation, j’aurais fait la même chose.

La deuxième histoire que j’ai le plus adoré et celle qui parle d’un mariage. Le titre est  Jusqu’à ce que la mort nous sépare (Hasta que la muerte nos separe). On débarque directement dans la fête du mariage. Le couple est heureux, parents, amis sont tous contents et se réjouissent de cette union. Mais quelque chose interpelle la mariée et là, c’est le drame ! Elle pète un plomb, mais pas comme dans les autres histoires, non elle ne veut tuer personne (enfin presque personne). J’ai vraiment apprécié ce personnage. Au départ on l’a sent fragile et très attachée à son nouveau mari. Puis quand elle apprend cette nouvelle elle change complètement. Sa réaction m’a fait beaucoup rire malgré la situation dans laquelle elle est. Je trouve qu’elle affronte ce moment plutôt bien même si elle pète un cable.

Les autres récits m’ont un peu moins emballés, je les ai trouvé moins crédibles et également moins drôles. Celui avec l’accident provoqué par un jeune issu d’une famille aisée m’a le plus scandalisé ! La fin m’a vraiment choquée ; le pire c’est que c’est surement vrai dans ce milieu.

Bref, cette série de films est très surprenante. Le réalisateur a réussi à mélanger le drame à l’humour ce qui donne un film très explosif. Par contre les âmes sensibles devraient s’abstenir car certaines scènes sont assez choquantes.

Note 4_5

Angor

Angor

 

Titre: Angor

Auteur: Franck Thilliez

Éditeur: Fleuve noir

Année de publication: 2014

Nombre de pages: 624

Genre: Thriller

Prix: 21.9

 

Résumé: Camille Thibault est gendarme dans le nord de la France. Depuis sa greffe du cœur, ses collègues s’inquiètent pour elle. Chaque nuit, elle fait des cauchemars où une femme séquestrée l’appelle au secours. Un rêve tellement vrai, comme un souvenir… celui de son donneur ? Camille n’a plus qu’une obsession : retrouver son identité et découvrir quel drame il a vécu… Au même moment, à une centaine de kilomètres de là, deux employés de l’Office National des Forêts constatent les dégâts des orages violents survenus en ce mois d’août.
Dans une cavité laissée par un arbre déraciné, ils croient apercevoir une ombre. L’un d’eux s’approche. Deux yeux presque blancs, dépourvus d’iris, c’est tout ce qu’il aura le temps de voir avant qu’une main venue des entrailles de la terre ne lui agrippe les cheveux. Lucie et Sharko sont en train de donner le biberon à leurs jumeaux quand Franck est appelé sur une nouvelle affaire : une femme, victime d’une longue séquestration.
Presque aveugle, tant elle est restée dans le noir… sous un arbre. L’enquête prend des proportions inhabituelles lorsque Sharko s’aperçoit qu’à chacune de ses découvertes, il a été devancé par une jeune femme, gendarme dans le Nord… Pour cette quatrième aventure de Lucie et Sharko, dans la droite lignée du Syndrome E, de GATACA et d’Atomka, Franck Thilliez pousse l’art de l’énigme scientifique jusqu’à son paroxysme.

Critique: Je me suis enfin lancée dans la lecture de ce thriller qui me tentait depuis un petit moment. J’avais très envie de le lire à cause de sa couverture captivante, et de ce résumé alléchant. Je voulais également découvrir cet auteur dont j’avais beaucoup entendu parler.

Avec ce roman nous plongeons dans une affaire criminelle complexe et sombre. Une femme est retrouvée vivante après un long moment de séquestration dans une caverne. Très vite, notre enquêteur en chef se rend compte que l’affaire est beaucoup plus complexe qu’un simple enlèvement avec séquestration et qu’une jeune femme, une autre enquêtrice, est sur la même longueur d’ondes que lui.

Malgré le caractère violent et noir de cette enquête j’ai énormément pris de plaisir à lire ce livre. Avec Franck Thilliez quand on croit avoir compris l’affaire, on en est encore loin et on a juste fait fausse route. Les pages se tournent très vite, le suspense nous prend au ventre et on a qu’une envie c’est d’avoir le dernier mot de l’histoire. Une écriture captivante, surprenante avec un univers extrêmement complet.

Les personnages principaux, qui font en fait partie d’une saga (je l’ignorais), sont dotés de leur propre caractère, et aspirations. Camille Thibaut est une femme forte malgré ses handicaps physiques. Elle n’a pas peur de la violence et de la cruauté et sait même en abuser. Mais elle a aussi un côté humain, fragile. Ce mélange complexe en fait d’elle un personnage explosif, surprenant et plein de mystères.  Le couple composé de Lucie et Sharko est sympathique. On sent que les deux, malgré des caractères indépendants fonctionne beaucoup ensemble. Lucie est une mère impulsive, qui est passionnée par son métier. Elle a des failles, et est retrouvée souvent par ses doutes et ses peurs. Sharko est lui aussi quelqu’un de très humain car il vit beaucoup dans le passé et dans la peur. C’est une personne qui fait attention aux autres, courageux et loyal. Il y a aussi Nicolas, leur chef à tous, qui au fil de l’histoire va passer de dur à cuire à un homme fragile et touchant. Ils vont nous composer un très beau quatuor qui arrivera à déjouer tous les pièges de cette affaire.

La fin, malgré la conclusion à l’enquête, reste ouverte et j’attends de lire la suite (Pandemia???) pour avoir une vraie fin comme je les aime.

Je recommande ce livre à toutes les personnes aimant les thrillers. C’est très, très bien écrit et l’enquête est vraiment prenante.

 

11Note 5_5

L’écorchée

L'écorchée

Titre: L’écorchée

Auteur: Donato Carrisi

Éditeur : Le livre de poche

Année de publication: 2014

Nombre de pages: 519

Genre: Policier ; Thriller

Prix: 7,9

 

 

Résumé: Sept ans après s’être mesurée au Chuchoteur, Mila Vasquez travaille aux Limbes, le département des personnes disparues. Incapable d’éprouver la moindre émotion et portant dans sa chair la marque des ténèbres, Mila excelle dans la recherche de ceux qui, un jour, se sont évanouis dans la nature. Elle seule ne peut oublier ces  » victimes potentielles d’homicides « . Soudain, l’un d’eux réapparaît et tue.
Un à un, ceux dont les portraits ornent les murs des Limbes, reviennent, transformés en assassins. Epaulée par l’agent spécial Simon Berish, expert en interrogatoires et féru d’anthropologie, Mila devra échafauder une hypothèse convaincante, solide, rationnelle. Une  » hypothèse du mal « .

Critique: Il y a quelques jours je vous parlais du roman « Le chuchoteur », ayant juste adorée je viens de finir la suite de ce roman. J’avais un peu peur d’être déçue, de ne pas retrouver le même suspense et le même effroi que dans le premier livre. Cependant, ce livre a su vaincre mes craintes tant il est bon.

Nous retrouvons notre héroïne Mila Vasquez sept ans après l’affaire du chuchoteur. Elle travaille au département des Limbes où son but est de retrouver les personnes disparues. Sauf que de nouveau tout va partir de travers. Certains disparus, des personnes perçues comme des victimes, réapparaissent et tuent (de façon généralement violente). Avec l’aide de son nouveau coéquipier Simon Berish ils vont essayer de comprendre les raisons de cette violence, et surtout ce qui a bien pu leur arriver pendant leur disparition. La réponse est là encore effroyable.

Déjà ce que j’ai apprécié dans ce roman c’est que Mila a évolué depuis l’affaire du chuchoteur. Elle se connaît mieux, sait gérer le stress et la peur et a maintenant une petite fille. C’est un personnage que j’aime beaucoup. Elle est intelligente, vive, forte et courageuse et en même temps elle a ce coté un peu petite fille qui a peur du noir. Elle a besoin d’être protégée. Simon Berish est lui aussi très intéressant, et prend une grande place dans l’histoire et sa narration.

Encore une fois l’auteur maîtrise super bien son sujet. Il sait jouer avec nos petits cœurs sensibles, nous faire douter, trembler. Ce roman je l’ai lu d’une traite tant il fallait que je sache les réponses à cette enquête. Là encore il nous présente de nouveaux tueurs comme le pyromane, ou encore d’autres serial killers.

L’hypothèse du mal (je ne vous dirai pas ce que c’est) est juste super intéressante, et me fait encore réfléchir. Elle se justifie très bien dans notre société. Elle m’a un peu rappelé l’effet papillon.

Le roman se termine de façon grandiose, et je n’ai qu’une envie avoir la suite car vu la fin ce n’est pas terminé.

Encore une fois je recommande ce livre à tous, en particulier à tous les fans de policier et de sueurs froides. Il n’est pas impératif d’avoir lu le tome 1 pour tout saisir de l’enquête mais certains détails vous échapperont en particulier la fin.

 11Note 5_5