Le chasseur et la reine des glaces

Le chasseur et la reine des glaces

 

Titre : Le chasseur et la reine des glaces

Réalisateur : Cedric Nicolas-Troyan

Acteurs principaux : Chris Hemsworth, Charlize Theron, Emily Blunt et Jessica Chastain

Nationalité : Américaine

Durée : 1H54

Date de sortie : 20 avril 2016

Genre : Action; Aventure; Fantastique

 

 

Résumé : Il y a fort longtemps, bien avant qu’elle ne tombe sous l’épée de Blanche Neige, la reine Ravenna avait dû assister, sans mot dire, à la trahison amoureuse qui avait contraint sa sœur Freya à quitter leur royaume, le cœur brisé. Celle que l’on appelait la jeune reine des glaces, à cause de son habilité à geler n’importe quel adversaire, s’employa alors à lever une armée de guerriers impitoyables, au fond d’un palais glacé.
Mais au sein même de ses rangs Eric et Sara allaient subir son impitoyable courroux pour avoir enfreint l’interdit : tomber amoureux.
Plus tard, à l’annonce de la défaite de sa sœur, Freya envoie ses guerriers récupérer le miroir dont elle est la seule à pouvoir catalyser les sombres facultés. Des tréfonds dorés de la psyché, elle réussit à ressusciter Ravenna. Les deux sœurs vont alors retourner leur puissance maléfique, décuplée par la rage, sur le royaume enchanté.
Leur armée s’avèrera désormais invincible…à moins que… les deux proscrits qui avaient jadis trahi la règle d’or, subissant l’exil et la séparation, ne parviennent à se retrouver…

Critique : Quand j’ai vu pour la première fois la bande-annonce de ce film j’ai su qu’il fallait que j’aille le voir au cinéma. Je n’avais certes pas vraiment apprécié le premier film mais celui-là me semblait bien plus prometteur.

Au tout début du film, nous sommes plusieurs années avant l’apparition de Blanche-neige. Ravenna est déjà une sombre sorcière et tueuse de rois, mais elle a une sœur Freya, qu’elle aime profondément. Cette dernière, amoureuse et enceinte, n’a pas encore découverts ses pouvoirs et doute d’en avoir. Jusqu’au jour où son amant va assassiner leur petite fille. Freya va alors voir ses pouvoirs se révéler à cause de la douleur et de la fureur qu’elle ressent. Elle devient alors la reine des glaces. Le cœur brisé, elle quitte sa sœur et va construire son propre royaume. Elle ordonne à ses soldats de kidnapper tous les enfants qu’ils trouvent et de tuer leur famille. Elle va ensuite entrainer les petits à devenir de parfaits chasseurs, de valeureux combattants. Elle ne leur demande qu’une seule chose : ne jamais éprouver un sentiment affectueux. Sauf que ses deux meilleurs chasseurs, Eric et Sara, sont amoureux l’un de l’autre.

Le scénario du film est, pour moi, réellement intéressant. J’aime beaucoup l’idée de la  méchante qui se construit dans la douleur et dans la colère alors qu’avant elle était aussi douce qu’un agneau. C’est pourquoi j’ai adoré le personnage de Freya. En une soirée elle va voir son monde s’écrouler, son amoureux ne l’aime pas, pire, il a été jusqu’à assassiner leur propre fille pour ne plus avoir rien à faire avec elle. Elle va alors sombrer dans un monde de chaos. Et pour elle, sa seule façon de s’en sortir, va être de protéger des enfants du même sort qu’elle a subi. Elle va alors tout leur arracher, pour en faire des soldats froids et méthodiques. L’actrice Emily Blunt joue son rôle à merveille, elle est vraiment bluffante.

Pour les autres personnages j’ai été plutôt déçue. L’histoire d’amour entre Eric et Sara est sans saveur. Eric est un personne plat, lisse. Je n’ai pas trouvé en quoi il apportait quelque chose au film. Quand à Sara, certes c’est un peu la femme badass du film et elle est un peu plus intéressante que son chéri. Mais là encore je reste déçue du rendu. J’aurais aimé qu’on aille encore plus loin dans son rôle de femme manipulée et manipulatrice. Quand à Ravenna je n’ai pas compris son grand retour de méchante. Encore qu’on la voit plus jeune, avant son histoire avec Blanche-neige cela peut être intéressant et nous en apprendre plus sur le personnage. Mais de là à la faire revivre juste parce qu’il faut une grande méchante je n’en vois pas l’intérêt. Un méchant ça se crée quand même assez facilement et cela aurait pu rendre un peu plus d’originalité et de saveur à ce film.

Quand au film en général il y a beaucoup d’incohérence au niveau du scénario, mais aussi des explications ou des moments qui passent trop vite. On a l’impression que le réalisateur avait son idée principale du film et qu’il n’a fait que broder autour en pensant que cela passerait. Il n’a pas exploité les bons filons. Et vu la fin du film on peut présumer d’une prochaine suite (avec, je le pressens, encore une fois Ravenna).

Bref, pour conclure à part un personnage que j’ai trouvé intéressant, tout le reste (personnages et film) est complétement fade. Je ne vous invite vraiment pas à aller le voir au cinéma.

 

Note 1_5

Le talisman

Outlander2

Titre de la série : Outlander

Titre : Le talisman

Numéro du tome : 2

Auteur : Diana Gabaldon

Éditeur : J’ai lu

Année de publication : 2014

Nombre de pages : 952

Genre : Aventure; Historique; Romance

Prix : 16

 

Résumé : 1968. A la mort de son mari, Claire Beauchamp emmène sa fille en Écosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d’extraordinaires aventures… Des aventures qui, dans ce second tome, vont conduire Claire et Jamie dans le Paris du siècle des Lumières. Leur but ? Empêcher Charles-Eduard Stuart d’accéder au trône, un événement qui marquerait le début d’une répression sanglante dans les Highlands.
Mais dans leur course effrénée, le couple découvrira à ses dépens qu’on ne peut modifier le cours de l’histoire impunément… La suite d’une série incontournable !

Critique : J’ai enfin réussi à trouver du temps pour me plonger dans cette saga que j’aime tant (vous pouvez retrouver la critique du tome 1 ici).

Dans le début du roman nous retrouvons Claire Beauchamp dans son époque d’origine avec sa fille. Elles viennent d’arriver en Écosse. Claire veut lui faire découvrir ce pays qu’elle chérit tant. Elle est là aussi pour essayer de découvrir ce qui a bien pu arriver à Jamie, son bel écossais et révéler à sa fille les extraordinaires aventures qu’elle a vécu ainsi que la réelle identité de son père. Après quelques déboires, nous replongeons dans le passé pour retrouver notre super duo pour partir avec eux à la découverte de Paris et empêcher Charles-Eduard Stuart d’accéder au trône.

Dans ce deuxième opus je me suis encore plus attachée au personnage de Claire. Elle devient de plus en plus une femme forte, une vraie battante. Elle est loyale, inventive mais se révèle aussi très touchante. A certains moments du roman on se rend compte qu’elle a aussi ses défauts, et elle n’en ressort que plus humaine, réelle. Jamie, quand à lui, devient plus sérieux. Les nombreuses blagues qu’il faisait disparaissent au fur et à mesure que leur situation s’assombrit. C’est aussi un homme brisé suite aux évènements qui l’ont concerné dans le tome 1.

J’ai été très surprise du début du roman, je ne m’attendais pas à retourner dans l’époque de naissance de Claire et d’y découvrir sa fille. Je ne voyais pas du tout où l’auteure avait voulu nous emmener. Par conséquent, j’ai eu du mal à avancer dans ma lecture. Du moment que l’on bascule dans l’époque de Jamie, ma lecture est devenue plus captivante. On découvre de nouvelles villes et de nouveaux personnages, qui étaient plutôt nombreux. Et surtout on progresse dans la construction de l’histoire de l’Écosse. C’est un de mes points préférés de ce roman. En le lisant, on apprend vraiment des choses sur l’Écosse. L’auteure nous parle de son histoire, mais aussi de ses coutumes, de ses personnages importants, de ses croyances.

A la fin de ce deuxième tome, je suis encore plus accro à cette saga et j’ai vraiment hâte de lire la suite. Je la recommande à tous les passionnés d’histoires, d’aventures et d’amour aussi.

 

11Note 5_5

El Capitan S01

510621

 

Titre original : Las aventuras del capitan alatriste

Titre français : El Capitan

Réalisateur : José Manuel Lorenzo

Acteurs principaux : Aitor Luna, Natasha Yarovenko, Marcos Ruiz

Nationalité : Espagnole, allemande

Nombre d’épisodes : 18

Date de sortie : 2013

Genre : Aventure, Drame, Historique

 

Résumé : Madrid, 1623. Les guerres incessantes menées par la dynastie des Habsbourg ont appauvri le pays. Fine lame, Diego Alatriste, surnommé «El capitan», gagne sa vie en protégeant des aristocrates ou en jouant les tueurs à gage. Lors d’un guet-apens visant deux Anglais, il sauve finalement la vie des deux hommes qui ne sont autres que le prince de Galles et le duc de Buckingham. Ceux-ci viennent pactiser avec l’Espagne en œuvrant pour le mariage entre l’infante MarieAnne et le prince, considéré comme «hérétique» par une Église décidée à empêcher cette alliance. Pour les avoir épargnés, Diego s’attire les foudres de monseigneur Emilio Bocanegra, le commanditaire de l’embuscade. Comme si cela ne suffisait pas, il croise l’une de ses anciennes maîtresses, l’actrice María de Castro, alors qu’il vit avec la belle Caridad. Il tente aussi de décourager un jeune orphelin qui l’a choisi pour maître, Íñigo Balboa, fils d’un de ses anciens compagnons d’armes…

Critique : Depuis maintenant septembre je suis plongée dans l’époque médiévale, renaissance grâce à ma découverte d’une association d’escrime artistique (je vous en parlerais dans un autre article). Du coup j’ai cherché des films et séries portant sur ces époques, en voici une.

Cette série se passe à Madrid dans les années 1600. Afin de créer une alliance et ainsi éviter une guerre, l’Espagne décide de marier la sœur du roi, MarieAnne, au prince de Galle. Diego Alatriste, un ancien capitaine, gagne sa vie en protégeant les nobles ou en devenant un tueur. Le prince de Galle et le duc de Buckingham sont pris dans un guet-apen. Diego finit par les sauver et s’attire la colère de Bocanegra, un prêtre qui ne souhaite en aucun cas l’union d’un hérétique avec une infante d’Espagne. Le capitaine se retrouve mêlé à un grand conflit politique. Il recroise également Maria de Castro une ancienne maîtresse qui a des ennuis. Et pour finir un jeune orphelin décide de se mettre à son service afin de devenir soldat comme son père…

J’ai très vite accroché à cette série. L’intrigue est vite présente : le mariage aura-t-il lieu ? Il y a des rebondissements, et, à plusieurs reprises j’ai été surprise par la tournure que prenait l’histoire.Car oui forcément, le mariage ne se passe pas comme prévu, la religion s’en mêle, certains nobles de la cour du roi ne veulent pas de ce mariage. Du coup des complots se mettent en place, et puis la France vient aussi mettre son grain de sel.

Les acteurs jouent bien. J’avais lu qu’il était préférable de regarder la séries en VO car les doublages étaient quelques fois foireux. J’ai trouvé la série uniquement en français, et au final je n’ai pas été déçue de la VF. De plus les personnages sont forts en caractères. J’ai eu un réel coup de cœur sur Diego et Caridad. Cette dernière est vraiment une femme forte qui à endurer des choses difficiles. Elle gère toute seule une taverne où elle loge gratuitement Diego et Inigo. Malgré qu’elle soit indépendante, on ressent qu’elle a besoin de Diego et qu’elle s’est attaché à lui tout comme à Inigo.

Un seul point négatif, que j’ai découvert à la fin la saison : il n’y aura aucune suite. La série a fait un gros bide en Espagne, du coup les producteurs n’ont pas souhaité tourner la suite. Néanmoins il existe les romans qui sont au nombre de six. Du coup je pense que je vais les lire pour retrouver le capitaine Alatriste.

Pour conclure je vous conseille la série, si vous êtes fan de cape et d’épées.

Note 3.5_5

Les cœurs brisés

Les coeurs brisés

 

Titre : Les cœurs brisés

Auteur : Amelia Kahaney

Éditeur : Robert Laffont

Année de publication : 2015

Nombre de pages : 456

Genre : Fantastique ; Aventure

Prix : 17.9

Résumé : Fille de la haute société de Bedlam, ballerine talentueuse, Anthem ne sait pas encore qu’elle sera bientôt arrachée à son cocon doré. Tic… tac… tic…. tac… tic… tac… tic… Elle va payer de sa vie sa passion aussi brève qu’intense pour un jeune homme des bas-fonds… Tac… Et lorsqu’elle se réveille avec un coeur hybride, la rendant capable de prouesses surhumaines, le désespoir laisse vite place à la fureur vengeresse.

Tic-tac-tic-tac-tic-tac ! L’apprentissage d’Anthem ne fait que commencer. L’espoir s’apprête à renaître. Le Syndicat du crime de Bedlam n’a qu’à bien se tenir.

Critique : J’avais très envie de lire ce livre depuis sa parution et je l’ai reçu dans un swap. Depuis qu’il avait rejoint ma PAL il me tardait de le commencer.

Ce livre nous raconte l’histoire d’Anthem et comment son destin va basculer du jour au lendemain. Anthem n’est pas une jeune adolescente comme toutes les autres, elle fait partie d’une des familles les plus puissantes et riches de sa ville. Elle s’entraine depuis son plus jeune âge à la danse classique pour pouvoir rentrer dans des ballets et avoir les premiers rôles. Toute sa vie est réglée comme du papier à musique, et elle ne s’autorise que très peu d’écarts. Et c’est justement un de ces écarts qui va la conduire à devoir changer d’existence. Elle va accompagner sa meilleure amie à une fête dans un des quartiers les plus pauvres de la ville, et va faire la rencontre d’un jeune homme extrêmement charmant, Gavin. Ils vont très vite avoir de forts sentiments l’un pour l’autre et une idylle va naitre entre une nantie et un pauvre artiste romantique. Cette romance cachée va déraper le jour où Gavin est kidnappé et qu’Anthem perde la vie avant de se réveiller avec un cœur hybride.  Elle va alors vite se rendre compte qu’elle est dotée de dons surnaturels et qui vont l’aider dans sa quête de retrouver Gavin et de le sauver.

J’ai adoré le personnage d’Anthem. Une jeune adolescente qui va devoir apprendre très vite à devenir indépendante, courageuse, forte et va se transformer sous nos yeux en une battante et va laisser derrière elle son enfance. Elle a des réactions que, la plupart du temps, je comprends. Elle est humaine, sensée, avec des qualités et des défauts. Et j’ai eu beaucoup d’attachements pour elle et ce qu’elle va traverser. Certains personnages secondaires sont aussi très attachants comme Serge et Ford, et j’espère en savoir plus sur eux dans le tome 2.

La plume de l’auteure est dynamique, fluide et j’ai pris beaucoup de plaisir à la lire. Cependant, j’ai trouvé qu’il y avait trop de facilité dans les dénouements, certaines actions m’ont semblé complètement irréelles. Tous ces dérapages ont fait que par moment je décrochais de l’histoire. J’ai été aussi déçue de ne pas avoir plus d’informations sur ce monde futuriste, sur la famille d’Anthem et sur ce cœur bionique (un peu plus de détails scientifique n’auraient pas fait de mal). Peut-être dans le second tome?

Il y a de nombreux rebondissements pour ce roman mais le principal reste tellement évident, en même temps l’auteure nous donne énormément d’indices, que la fin n’est pas vraiment spectaculaire. Elle est même plutôt plate, cependant elle nous laisse présager de très bonnes choses pour la suite de cette histoire.

En résumé j’ai bien aimé mais sans plus et cela faute de trop de simplicité et de prévisibilité. J’ai quand hâte de lire le second tome même si j’en attends beaucoup de lui.

 

6Note 2.5_5

Barracuda T5

Couv_242157

Titre de la série : Barracuda

Titre du tome : Cannibales

Nombre de tome : 5

Auteur : Jean Dufaux

Illustrateur : Jérémy

Editeur : Dargaud

Nombre de pages : 56

Année de publication : 2015

Prix : 13€99

Genre : aventure

 

 

Résumé :Tandis que Raffy est otage des Espagnols, Maria, Goudron, Jean Coupe-Droit et Emilio fuient vers l’île des Ranelagh. La joie de retrouver le Barracuda est de courte durée. Cette île n’est pas plus hospitalière que Puerto Blanco : les tortures des Espagnols sont bien civilisées face au cannibalisme de la tribu des Moori ! Blackdog résistera-t-il à leur sorcier ? Le diamant du Kashar n’a pas fini d’éveiller les convoitises…
Un tome 5 rempli de rebondissements et de scènes de combats où l’on retrouve l’impressionnant Barracuda !

Critique : Ayant commencé cette série (ma critique des précédents tomes se trouve ici), j’étais très impatiente de retrouver toute l’équipe du Barracuda.

Attention pour ceux qui n’ont pas lu les 4 premiers tomes, je vous conseille de passer votre chemin au risque d’avoir de mauvaises surprises (attention Spoiler !).

Donc, après s’être fait tiré dessus Raffy est devenu l’otage des espagnols afin de demander, comme rançon, le diamant du Kashar à Blackdog. Quand à Maria, Goudron, Jean Coupe-Droit et Emilio, ils se dirigent vers l’île des Ranelagh. Sur celle-ci se trouve le Barracuda en piteux état. L’île est loin d’être déserte et ses habitants, les Moori sont de vrais barbares (bien pire que les tortures des espagnols à Puerto Bianco) ! Blackdog est retenu prisonnier par leur sorcier qui est bien décidé à savoir où est caché le diamant.

Bon après presque un an d’attente ce fut pas facile de me replonger dans cette histoire. Mon cerveau avait comme qui dirait fait un formatage sur cette BD sans sauvegarde bien sur (Oh le méchant !). J’ai finis par repêcher quelques souvenirs…

L’univers est toujours aussi fascinant. Contrairement aux premiers tomes le récit est beaucoup plus accéléré, on ne s’ennuie vraiment pas. L’histoire devient de plus en plus intéressante, le suspens est bien là tout au long de la bande dessinée pour nous donner des sueurs froides.

J’ai beaucoup aimé la découverte de l’île des Ranelagh, car jusqu’à maintenant le récit se passait essentiellement à Puerto Bianco. On y découvre un peuple de cannibales qui sont eux aussi à la recherche du Kashar. Sur cette île on voit également la puissance du diamant pour celui qui le possède.

Enfin, dans ce tome on assiste à un peu de combat, mais une révélation nous est dévoilée sur ce mystérieux diamant que tout le monde veut posséder… (Je vous laisse la découvrir).

 

 

9Note 4_5

Jurassic world

Jurassic world

Titre : Jurassic world

Réalisateur : Colin Trevorrow

Acteurs principaux : Chris Pratt, Bryce Dallas Howard ; NickRobinson ; Ty Simpkins

Nationalité : Américain

Durée : 2H05

Date de sortie : 10 juin 2015

Genre : Aventure ; action ; science-fiction

 

Résumé : L’Indominus Rex, un dinosaure génétiquement modifié, pure création de la scientifique Claire Dearing, sème la terreur dans le fameux parc d’attraction. Les espoirs de mettre fin à cette menace reptilienne se portent alors sur le dresseur de raptors Owen Grady et sa cool attitude.

Critique : S’il y a bien un film que j’attends depuis de longs mois, de très longs mois c’est bien celui-là. J’ai découverts le tout premier Jurassic Park étant petite et j’ai adoré. Et même si depuis ces immenses et dangereux dinosaures ne m’effraient plus, j’adore encore me regarder ces films.

Dans ce quatrième opus nous nous retrouvons plusieurs dizaines d’années après les événements des autres films. Le parc d’attraction autour des dinosaures a bel et bien ouvert ses portes et Claire Dearing en est la manageuse. Alors qu’elle reçoit ses deux neveux pour un week-end la dernière créature, l’Indominus Rex, fabriquée en laboratoire s’échappe. Elle doit alors demander l’aide D’Owen Grady, le dresseur de raptors, afin d’éviter le massacre.

Nous retrouvons dans ce film tous les ingrédients des précédents volets qui ont fait la réussite de cette franchise. On redécouvre les dinosaures, l’évolution de la biologie et de la génétique qui ont permis de créer ces créatures, les bons coups de speed avec le dinosaure qui vous traque pour vous croquer, la bande son… Et il y a de nombreux clins d’œil au tout premier film. Cependant, tout ceci est vraiment mal exploité. Il y a beaucoup de scènes de déjà vues, des humains complètement débiles, des musiques mal placées et une fin épouvantable…Si vous ne vous laissez pas porter par le film, vous pouvez être sur de passer complètement à côté.

Par contre le gros point positif de ce film c’est qu’il dénonce les pratiques humaines. Déjà de une en voulant créer des dinosaures toujours plus effrayant les uns que les autres sans se soucier vraiment de la dangerosité de l’animal. Mais surtout ce film dénonce à quel point l’humain est prêt à tout pour gagner plus d’argent, plus de pouvoir et finir en maître du monde.

L’autre point positif c’est les graphismes. Les dinosaures sont très bien réalisés et ont un coté très réalistes. Les effets spéciaux sont très bien amenés et le parc en lui-même est magnifique. Lors du début du film on découvre avec les deux enfants les infrastructures et il est vrai que ça donne réellement envie d’aller y faire un petit tour.

Les personnages sont relativement peu intéressants car bien trop caricaturaux au possible. Les gamins surtout sont insupportables : égocentriques, râleurs, pleurnicheurs. Après Owen Grady nous offre de belles scènes avec ses raptors.

Un film qui se regarde, qui permet de se détendre car il ne demande surtout pas de réfléchir et peut rappeler de bons souvenirs aux fans mélancoliques mais ne placez pas vos espoirs trop hauts car ils risqueraient de fondre plus les minutes du film avancent.

6Note 2.5_5

Le Visiteur du futur : L’élu des Dieux

Couv_190436

Titre général : Le Visiteur du futur

Titre : L’élu des Dieux

Auteurs : François Descraques

Illustrateur : Gosh

Éditeur : Ankama

Année de publication : 2013

Nombre de pages : 48

Genre : Bande dessinée, cience fiction, aventure

Prix : 12€90

 

 

Résumé :En 2550, La Terre sera ravagée. Enfin, pour les survivants de 2550, elle est déjà ravagée. Sauf si on remonte le temps et qu’on annule les catastrophes qui l’ont menée à sa perte! Mais quand on veut sauver l’Humanité, il faut savoir bien s’entourer… Et l’avantage de voyager à travers l’Histoire, c’est de pouvoir recruter son équipe parmi les plus grands. Et il n’y a pas plus grand… qu’Alexandre le Grand !

 

Critique : Après avoir vu la série (critique ici), joué au jeu de société et avoir lu le roman (et celle là est par là), je me devais de lire la BD !

Nous retrouvons donc notre Visiteur dans une nouvelle aventure accompagné de son fidèle ami : le docteur Henry Castafolte. Dans cette BD le Visiteur cherche à recruter un fin stratège pour l’aider dans sa mission : annuler les catastrophes ! Il décide donc de remonter le temps pour trouver Alexandre le Grand. Hélas cela ne se passera pas comme prévu car ce dernier est très attiré par ce pouvoir…

Pour ce qui est de mon avis, j’ai été un peu surprise… Je m’attendais à une aventure digne de la série et malheureusement je ne l’ai pas retrouvé. L’histoire n’a pas vraiment de fil conducteur et l’humour ne m’a pas vraiment atteint.

Autre point négatif, la légèreté de la bande dessinée ! Malgré un dessin fort sympathique je me suis ennuyée ! Certes l’histoire se déroule entre la saison 1 et 2 de la série, ce qui laisse peut de marge de manœuvre mais quand même. L’idée de recruter un nouveau membre était très bonne, mais pas du tout assez exploité à mon goût ! J’aurai trouvé ça normal que la BD s’étire sur plusieurs tomes afin que l’intrigue se développe et devienne plus consistante.

Egalement, je m’attendais à retrouver Raph, Matéo et tous les autres… Et bien non le récit se focalise essentiellement sur le Visiteur et Henry. On aperçoit vite fait Raph et c’est tout. Cela m’a vraiment déplu car les personnages secondaires sont vraiment importants et construisent l’univers du Visiteur.

Au final il y a quand même quelque chose qui m’a plut dans cette BD : la couverture qui donne vraiment envie et la page 46 introduisant Judith…

Fan du Visiteur du Futur, je vous déconseille d’acheter cette bande dessinée car elle ne vaut pas vraiment son prix (ou alors acheté la juste pour embellir votre bibliothèque et votre collection). Par contre si vous hésitez à vous lancer dans le roman, je ne peux que vous dire de FONCER !