Le voyage

Outlander 3

 

Titre de la série : Outlander

Titre : Le voyage

Numéro du tome : 3

Auteur : Diana Gabaldon

Éditeur : J’ai lu

Année de publication : 2015

Nombre de pages : 1020

Genre : Romance ; Historique

Prix : 16

 

 

Résumé : Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l’Ecosse du XVIIe siècle. Si l’infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu’elle apprend qu’il a survécu à la sanglante bataille de Culloden ayant marqué la défaite de l’armée écossaise, elle se trouve confrontée à un terrible dilemme.
En remontant une nouvelle fois le temps, retrouvera-t-elle celui qu’elle a quitté deux décennies auparavant ? Fuite, tempêtes, intrigues politiques et prophéties étranges : la suite d’une série incontournable !

Critique : On se retrouve avec le troisième tome d’une de mes sagas préférées (je vous laisse retrouver les chroniques du tome 1 et 2 ici et ici). Et je vous dis de suite que les personnes n’ayant pas fini le tome 2 ou la saison 2 vont devoir arrêter de lire cette chronique ici et maintenant.

Gros spoil à la ligne suivante.

A la fin du tome 2, Claire avait du retourner dans son époque d’origine, enceinte, et pensant Jamie mort à la bataille de Culloden. Suite à cela, elle va vivre pendant 20 ans auprès de Franck, son premier époux, et de sa fille Brianna qui lui rappelle cruellement son père Jamie. A la mort de son mari, elle va annoncer la vérité sur ses origines à Brianna et va aussi se rendre compte de la possibilité que Jamie ne soit pas mort. Elle va lors tout faire pour découvrir ce qu’il est advenu de lui et s’il existe une possibilité qu’ils se retrouvent. D’un autre coté, nous allons voir ce qu’il est advenu de Jamie et comment il a fait pour survivre mais aussi à quel prix.

Durant la première partie du roman, nous allons suivre à la fois Claire avec Brianna et Roger qui mènent l’enquête sur Jamie et et en même temps ce dernier qui n’en mène pas large pour survivre. Et pour savoir ce qui se passe durant la deuxième partie, il va falloir lire le livre.

Au niveau des personnages, je m’attache de plus en plus à Jamie. Malgré les énormes bêtises qu’il va commettre il se révèle fragile et vulnérable. On se rend vraiment compte que pour lui, il n’a que peu de valeur, tant que sa famille va bien. Et qu’il est prêt à tous les sacrifices pour les siens. Par toutes les pensées qu’il a durant sa fuite, on comprend vraiment à quel point pour lui c’est un déchirement d’avoir laissé sa famille, et de ne pas savoir ce qui advenu d’elle. On ne peut qu’être admirative devant lui. Il y a aussi Brianna, que je découvre de façon plus positive. Elle est douce, énergique, loyale et courageuse (comme ses parents). J’ai vraiment hâte de la revoir et d’en savoir plus sur elle. Enfin, on va aussi retrouver d’anciens personnages, pour notre plus grand plaisir et déplaisir.

Ce que j’apprécie vraiment avec cette série c’est que les tomes se succèdent mais ne se ressemblent pas et on prend vraiment plaisir à suivre les nombreuses et diverses aventures de ce duo magnifique.On découvre différentes périodes de l »histoire et dans des pays/continents éloignés.

Parlons maintenant de ce qui m’a déplu. Car oui, pour la première fois je crois je vais critiquer cette saga. Cela m’a vraiment déplu de me retrouver projeter 20 ans plus tard et de me dire que le couple Claire/Jamie a perdu ces 20 années là. Le monde où vit Jamie a changé, beaucoup de personnages que j’appréciais beaucoup ont disparu et surtout j’ai l’impression que l’on dit au revoir à l’Écosse définitivement. Quand le couple va finir par se retrouver je n’ai pas spécialement retrouvé toute l’alchimie de leur amour qui était présent dans les deux premiers tomes. J’ai trouvé qu’en plus ils n’avaient pas vraiment le temps de parler, de se confier et de se retrouver. Et clairement j’ai trouvé ça bizarre que leur histoire reparte là, comme ça, comme s’il s’était rien passé. Enfin voilà, tout ça pour dire que la période que j’affectionnais le plus est belle et bien terminée et cela me déçoit un peu. Après je peux me tromper et retrouver de nombreuses choses que j’appréciais dans les prochains tomes.

Je finis ma lecture en étant certes comme d’habitude charmée et avec l’impatience de lire la suite mais aussi avec une certaine déception.

 

8Note 3.5_5

 

 

Outlander (Série)

481757Titre : Outlander

Réalisateur : Ronald D. Moore

Acteurs principaux : Caitriona Balfe, Sam Heughan, Tobias Menzies

Nationalité : Américaine

Nombre de saison : 2 (pour le moment)

Nombre d’épisodes : 16

Date de sortie : 2014

Genre : Fantastique, Historique, Romance

En production

 

Résumé : Les aventures de Claire, une infirmière de guerre mariée qui se retrouve accidentellement propulsée en pleine campagne écossaise de 1743. Elle se retrouve alors mêlée à des histoires de propriétés et d’espionnage qui la poussent à prendre la fuite et menacent sa vie. Elle est alors forcée d’épouser Jamie, un jeune guerrier écossais passionné qui s’enflamme pour elle et la conduit à être déchirée entre fidélité et désir, étant partagée entre deux hommes dramatiquement opposés et deux vies irréconciliables.

Critique : Missgourmande me parlait souvent de cette saga comme étant super et donnant juste envie d’aller en Écosse (pour retrouver ses critiques littéraires c’est par  pour le tome 1 et ici pour le tome 2).  Le souci pour moi, c’est que chaque tome fait environ mille pages… Si je me lance dedans j’en ai pour environ 10 ans à les lire. Heureusement, j’ai découverts qu’elle est adaptée en série !

L’histoire nous raconte les aventures de Claire, une jeune infirmière mariée qui décide, avec son époux, de refaire leur lune de miel juste après la seconde guerre mondiale. Ils décident de se rendre en Écosse, terre des ancêtres de monsieur. Celui-ci fait des recherches sur sa généalogie. Mais Claire est subitement envoyée en 1743, époque des guerres entre britanniques et écossais. Elle se retrouve mêlée à des conflits politiques, de propriétés, de trahisons…

Je dois dire que les premiers épisodes ne m’ont pas du tout emballés ! Je les ai trouvé mous et la période de l’après guerre n’est vraiment pas une période que j’apprécie que ce soit en roman, film ou même historique. Du coup je n’ai pas été attentive à l’histoire.

Par contre du moment que Claire a été propulsée dans le temps, tout de suite mon attention a été monopolisé. Direct elle rencontre un personnage qu’elle connait bien, mais celui-ci est quelque peu différent… Je ne vous en dis pas plus.  Elle finit par être plus ou moins prisonnière du clan Mackenzie. De là elle doit s’adapté et arriver à gagner la confiance de ces écossais. Elle se lie d’amitié avec Jamie, un jeune écossais au grand cœur. D’ailleurs, celui ci ne reste pas indifférent au charme de Claire et réciproquement. Claire est contrainte de faire un choix entre désir et fidélité envers son mari. Elle est partagée entre deux hommes qui sont profondément opposés.

J’ai vraiment aimé le duo entre Claire et Jamie. Leur histoire évolue continuellement. Même si par moment elle ne comprend pas les us et coutumes, Claire reste forte et arrive rapidement à s’adapter. Elle est intelligente, et prête quasiment à tout pour rentrer chez elle. Quand à Jamie, il est quasiment l’homme parfait ! Il est protecteur, se met sans cesse à la place des autres pour mieux les comprendre et il est bien sur un homme d’honneur qui défend son pays. Leur duo est juste adorable, et m’a parfois fait beaucoup rire.

Cependant je dois admettre que Claire m’a parfois « courre sur le haricot » (pardon pour cette expression). Non mais c’est vrai, elle a la chance de remonter le temps de trouver un protecteur, de vivre une extraordinaire aventure mais non madame se plaint, et n’a qu’une envie c’est de rentrer ! Qu’elle me donne sa place il y a pas de soucis.

Je vous ai parlé pour le moment que du côté romantique et historique de cette série. Mais il y a aussi un côté, comment dire… Choquant ? Oui en quelques sortes. Cette série n’est pas une série à l’eau de rose où tout se passe bien. Oh que non ! Il y a de la torture, du sang et des morts (pas autant que Game Of Thrones hein mais quand même). Je ne vais pas dire que j’ai aimé bien sur mais au moins cela dynamise et rend moins nian nian la série.

Bref, je ne peux que vous recommander cette série ! Juste un conseil : ne faites pas comme moi, attendez au moins que la saison 2 soit sortie car l’attente est longue… Ou bien lisez les romans ! =)

 

Le talisman

Outlander2

Titre de la série : Outlander

Titre : Le talisman

Numéro du tome : 2

Auteur : Diana Gabaldon

Éditeur : J’ai lu

Année de publication : 2014

Nombre de pages : 952

Genre : Aventure; Historique; Romance

Prix : 16

 

Résumé : 1968. A la mort de son mari, Claire Beauchamp emmène sa fille en Écosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d’extraordinaires aventures… Des aventures qui, dans ce second tome, vont conduire Claire et Jamie dans le Paris du siècle des Lumières. Leur but ? Empêcher Charles-Eduard Stuart d’accéder au trône, un événement qui marquerait le début d’une répression sanglante dans les Highlands.
Mais dans leur course effrénée, le couple découvrira à ses dépens qu’on ne peut modifier le cours de l’histoire impunément… La suite d’une série incontournable !

Critique : J’ai enfin réussi à trouver du temps pour me plonger dans cette saga que j’aime tant (vous pouvez retrouver la critique du tome 1 ici).

Dans le début du roman nous retrouvons Claire Beauchamp dans son époque d’origine avec sa fille. Elles viennent d’arriver en Écosse. Claire veut lui faire découvrir ce pays qu’elle chérit tant. Elle est là aussi pour essayer de découvrir ce qui a bien pu arriver à Jamie, son bel écossais et révéler à sa fille les extraordinaires aventures qu’elle a vécu ainsi que la réelle identité de son père. Après quelques déboires, nous replongeons dans le passé pour retrouver notre super duo pour partir avec eux à la découverte de Paris et empêcher Charles-Eduard Stuart d’accéder au trône.

Dans ce deuxième opus je me suis encore plus attachée au personnage de Claire. Elle devient de plus en plus une femme forte, une vraie battante. Elle est loyale, inventive mais se révèle aussi très touchante. A certains moments du roman on se rend compte qu’elle a aussi ses défauts, et elle n’en ressort que plus humaine, réelle. Jamie, quand à lui, devient plus sérieux. Les nombreuses blagues qu’il faisait disparaissent au fur et à mesure que leur situation s’assombrit. C’est aussi un homme brisé suite aux évènements qui l’ont concerné dans le tome 1.

J’ai été très surprise du début du roman, je ne m’attendais pas à retourner dans l’époque de naissance de Claire et d’y découvrir sa fille. Je ne voyais pas du tout où l’auteure avait voulu nous emmener. Par conséquent, j’ai eu du mal à avancer dans ma lecture. Du moment que l’on bascule dans l’époque de Jamie, ma lecture est devenue plus captivante. On découvre de nouvelles villes et de nouveaux personnages, qui étaient plutôt nombreux. Et surtout on progresse dans la construction de l’histoire de l’Écosse. C’est un de mes points préférés de ce roman. En le lisant, on apprend vraiment des choses sur l’Écosse. L’auteure nous parle de son histoire, mais aussi de ses coutumes, de ses personnages importants, de ses croyances.

A la fin de ce deuxième tome, je suis encore plus accro à cette saga et j’ai vraiment hâte de lire la suite. Je la recommande à tous les passionnés d’histoires, d’aventures et d’amour aussi.

 

11Note 5_5

El Capitan S01

510621

 

Titre original : Las aventuras del capitan alatriste

Titre français : El Capitan

Réalisateur : José Manuel Lorenzo

Acteurs principaux : Aitor Luna, Natasha Yarovenko, Marcos Ruiz

Nationalité : Espagnole, allemande

Nombre d’épisodes : 18

Date de sortie : 2013

Genre : Aventure, Drame, Historique

 

Résumé : Madrid, 1623. Les guerres incessantes menées par la dynastie des Habsbourg ont appauvri le pays. Fine lame, Diego Alatriste, surnommé «El capitan», gagne sa vie en protégeant des aristocrates ou en jouant les tueurs à gage. Lors d’un guet-apens visant deux Anglais, il sauve finalement la vie des deux hommes qui ne sont autres que le prince de Galles et le duc de Buckingham. Ceux-ci viennent pactiser avec l’Espagne en œuvrant pour le mariage entre l’infante MarieAnne et le prince, considéré comme «hérétique» par une Église décidée à empêcher cette alliance. Pour les avoir épargnés, Diego s’attire les foudres de monseigneur Emilio Bocanegra, le commanditaire de l’embuscade. Comme si cela ne suffisait pas, il croise l’une de ses anciennes maîtresses, l’actrice María de Castro, alors qu’il vit avec la belle Caridad. Il tente aussi de décourager un jeune orphelin qui l’a choisi pour maître, Íñigo Balboa, fils d’un de ses anciens compagnons d’armes…

Critique : Depuis maintenant septembre je suis plongée dans l’époque médiévale, renaissance grâce à ma découverte d’une association d’escrime artistique (je vous en parlerais dans un autre article). Du coup j’ai cherché des films et séries portant sur ces époques, en voici une.

Cette série se passe à Madrid dans les années 1600. Afin de créer une alliance et ainsi éviter une guerre, l’Espagne décide de marier la sœur du roi, MarieAnne, au prince de Galle. Diego Alatriste, un ancien capitaine, gagne sa vie en protégeant les nobles ou en devenant un tueur. Le prince de Galle et le duc de Buckingham sont pris dans un guet-apen. Diego finit par les sauver et s’attire la colère de Bocanegra, un prêtre qui ne souhaite en aucun cas l’union d’un hérétique avec une infante d’Espagne. Le capitaine se retrouve mêlé à un grand conflit politique. Il recroise également Maria de Castro une ancienne maîtresse qui a des ennuis. Et pour finir un jeune orphelin décide de se mettre à son service afin de devenir soldat comme son père…

J’ai très vite accroché à cette série. L’intrigue est vite présente : le mariage aura-t-il lieu ? Il y a des rebondissements, et, à plusieurs reprises j’ai été surprise par la tournure que prenait l’histoire.Car oui forcément, le mariage ne se passe pas comme prévu, la religion s’en mêle, certains nobles de la cour du roi ne veulent pas de ce mariage. Du coup des complots se mettent en place, et puis la France vient aussi mettre son grain de sel.

Les acteurs jouent bien. J’avais lu qu’il était préférable de regarder la séries en VO car les doublages étaient quelques fois foireux. J’ai trouvé la série uniquement en français, et au final je n’ai pas été déçue de la VF. De plus les personnages sont forts en caractères. J’ai eu un réel coup de cœur sur Diego et Caridad. Cette dernière est vraiment une femme forte qui à endurer des choses difficiles. Elle gère toute seule une taverne où elle loge gratuitement Diego et Inigo. Malgré qu’elle soit indépendante, on ressent qu’elle a besoin de Diego et qu’elle s’est attaché à lui tout comme à Inigo.

Un seul point négatif, que j’ai découvert à la fin la saison : il n’y aura aucune suite. La série a fait un gros bide en Espagne, du coup les producteurs n’ont pas souhaité tourner la suite. Néanmoins il existe les romans qui sont au nombre de six. Du coup je pense que je vais les lire pour retrouver le capitaine Alatriste.

Pour conclure je vous conseille la série, si vous êtes fan de cape et d’épées.

Note 3.5_5

Lady liberty T1

couv55897853

Titre de la série : Lady liberty

Titre du tome : Le secret du roi

Auteur :  Jean-Luc Sala

Illustrateur : Aurore

Editeur : Soleil

Année de publication : 2014

Nombre de pages : 56

Genre : Bande dessinée, historique

Prix : 14€50

 

 

Résumé : Suivez les trépidantes aventures de Lady Liberty, agent spécial de Louis XVI ! « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs. » La Fayette. Secrets d’État, espionnage, complots et trahisons, duels à l’épée, feu des mousquets et des canons, étreintes fougueuses sous la soie, répliques cinglantes. Liberté, Égalité, Fraternité ! Connaissez-vous les véritables origines de notre Révolution ? Saviez-vous que notre plus grande épopée nationale a commencé avec la guerre secrète des espions de Louis XVI pendant la Révolution américaine ? Saviez-vous que le plus redoutable de ces espions était une femme ? On l’appelait Liberty ! Lady Liberty !

Critique : Voilà un bout de temps que je ne m’étais pas plongée dans une petite bande dessinée. Et bien voilà c’est chose faite !

Cette BD raconte l’histoire de la révolution américaine au XVIIe siècle. Et oui il y a bien eu une révolution en Amérique à cette époque là. Cette révolution a également déclenché la notre qui a commencé par la guerre secrète des espions de Louis XVI. Parmi ces espions, un se démarqua, il était redoutable et très discret. Je dirais même discrète puisque cet espion est une femme qui se faisait appeler Lady Liberty !

Ce premier livre nous raconte les aventures de cette lady. On rencontre la chevalière d’Eon et sa fille adoptive Lya de Beaumont. Ses deux femmes font partie du « Secret du Roi », le réseau d’espionnage de Louis XV. Mais malheureusement ce dernier meurt et entraine ainsi la dislocation de leur organisation. Louis XVI qui accède au trône, demande impérativement que les documents possédés par la chevalière lui soit remis. Mais celle-ci est très entêtée, elle refuse catégoriquement, ce qui la met, elle et sa fille en grand danger.

Derrière tout cela il y a la révolution américaine, avec des conflits d’intérêts, géopolitiques, etc. La bande dessinée est truffée de combats épiques au mousquet. Et au premier plan on a de merveilleuses et belles femmes fortes qui se battent encore mieux que des hommes mais qui savent aussi usées de leurs atouts pour charmer.

Lady liberty va vraiment à l’encontre des clichés que l’on peut lire sur ce genre d’évènement. Je ne me suis pas du tout ennuyée en lisant ce livre. Il y a de l’action, du rebondissement, de la sensibilité. Je ne l’ai pas lâché avant de l’avoir terminer et même après je l’ai ré-ouvert pour admirer le graphisme.

En effet j’ai beaucoup aimé ce style graphique qui n’est pas commun. Je trouve que cela contraste bien avec le thème de la BD et lui permet d’être fluide et dynamique. Je pourrais même dire qu’il a quelques ressemblances avec le style manga.

Ce qui m’a beaucoup surpris c’est que cette BD s’inspire de faits réels. Certes le personnage de la chevalière d’Eon n’existe pas mais elle est inspirée d’une espionne qui a bien existé. Je ne pensais pas qu’a cette époque là des femmes pouvaient autant s’immiscer dans la politique et la guerre.

Je noterai un petit point négatif : j’ai trouvé que la BD manquait un peu de texte. J’aurai aimé en avoir un peu plus pour découvrir un peu plus les personnages, en savoir plus.

En résumé, cette bande dessinée est juste un petit bijoux ! Les dessins sont magnifiques et l’histoire me semble vraiment intéressante. J’ai hâte d’avoir la suite qui devrait bientôt sortir.

Je conseille vivement cette bande dessinée à tous et toutes, je suis quasiment sure qu’elle vous plaira si vous aimez bien sur les BD.

 

 

Snow et Lady Liberty

Kinderzimmer

kinderzimmer

Titre : Kinderzimmer

Auteur : Valentine Goby

Éditeur : Actes sud

Année de publication : 2013

Nombre de pages : 224

Genre : Contemporain : Historique

Prix : 7.8

 

 

Résumé : En 1944, le camp de concentration de Ravensbrück compte plus de quarante mille détenues. Dans les baraquements, chaque femme doit trouver l’énergie de survivre, au plus profond d’elle-même, puiser quotidiennement la force d’imaginer demain. Quand elle arrive là, Mila a vingt ans. Elle est enceinte mais elle ne sait pas si ça compte, si elle porte une vie ou sa propre condamnation à mort. Sur ce lieu de destruction, comme une anomalie, une impossibilité : la Kinderzimmer, une pièce dévolue aux nourrissons, un point de lumière dans les ténèbres.

Critique : Je me suis lancée dans cette lecture grâce au book club organisé sur Livraddict autour du sujet « Femmes fortes ou au destin particulier ».

Ce livre va nous raconter l’historie de la déportation d’une femme Mila accompagnée de sa cousine Lisette au camp de Ravensbrück en 1944. Ces deux femmes sont emmenées de force dans ce camp car elles ont aidé les résistants. Et dans toute cette horreur Mila est en plein doute, elle pense être enceinte mais n’a pas reçu d’éducation sexuelle et du corps féminin pour en être sure. Elle va décider alors d’ignorer le problème et tenter de survivre dans cet enfer. Elles sont très peu nourries et hydratées, dorment peu, travaillent énormément et surtout vivent des conditions inimaginables, entassées les unes sur les autres. Très vite des maladies se propagent. Mais jusqu’au bout Mila va tenir, jusqu’au jour où elle va accoucher d’un petit garçon et va découvrir la kinderzimmer, une pièce où les bébés sont gardés mais où ils n’échappent pas à l’horreur ambiante.

Ce roman est ma toute première lecture sur le thème des camps de concentration. Déjà de une parce que je préfère les sujets plus légers, et ensuite de deux parce que ce n’est pas une époque historique qui m’intéresse beaucoup.

Lorsque j’ai commencé à lire ce livre j’ai eu énormément de mal avec le style de l’auteure. Les phrases étaient hachées, je ne les comprenais pas toutes. Je me suis dis que Valentine Goby avait voulu refléter dans sa façon d’écrire la folie qui pouvait nous gagner dans ce genre d’endroits. Cependant cela a eut un effet repoussant pour moi et j’ai vraiment eu envie d’abandonner ce livre. Mais le challenge du book club et la petitesse de ce livre m’ont poussé à le finir. Et j’ai bien fais.

Plus on avance dans le livre plus le style change et s’améliore pour très vite devenir un style lambda, simple. Et puis on a tellement envie de finir ce livre pour savoir si Mila et son petit garçon vont réussir à s’en sortir. Les détails du camp, des conditions de vie et l’avancée des Alliés sont très bien représentés. On sent que l’auteure connait son sujet sur le bout des doigts et a su très bien l’expliquer et nous le faire vivre. Le seul petit point négatif c’est que j’attendais d’en savoir plus sur cette kinderzimmer et sur ces femmes qui accouchaient en camp de concentration.
Quand Mila arrive au camp elle est une jeune femme naïve, simple. Mais confrontée à de nombreux calvaires elle va devoir grandir, évoluer, devenir une femme plus forte, autonome et volontaire.

Valentine Goby nous plonge dans un monde d’horreur mais aussi dans un monde d’espoir, de solidarité entre femmes, de compassion et d’humanité.

Malgré un style compliqué ce livre est un coup de poing, un boomerang sur la nature humaine et ce qu’elle est capable de faire (autant en mal qu’en bien).

 

8Note 3.5_5

Noces d’éternité

Noces d'éternité

 

Titre: Noces d’éternité

Auteur: Aude Réco

Éditeur : Le petit caveau

Année de publication: 2014

Nombre de pages: 80

Genre: Fantastique; Historique

Prix: 7.9

 

Résumé : Angleterre, année 1890…Ellen Covert vit dans un manoir victorien sujet à d’étranges manifestations : empreintes de pas mouillés, robe de mariée qui saigne,… L’atmosphère se charge de mystère jusqu’au jour où son futur époux est retrouvé mort au matin de ses noces. En dépit des conventions, Ellen enquête sur le mystère de la demeure et sur celui qui entoure sa propre personne. Dépourvue de droits, elle se heurte aux secrets de son père et à la mort mystérieuse d’une esclave. Perdue entre intimes convictions et troubles, elle s’apercevra que le plus grand danger ne vient pas d’où elle pense…

Critique: J’ai acheté ce petit livre sur un coup de tête au salon du livre Grésimaginaire car la couverture m’avait vraiment tapé dans l’œil.

Ellen Covert vit dans un ancien manoir avec son père en attendant son mariage qui va se dérouler dans quelques jours. Elle est triste à l’idée de laisser son père seul et de quitter le seul foyer qu’elle est connue. Mais de mystérieuses et macabres découvertes se produisent dont celle du cadavre de son futur mari. A partir de là, tout l’univers qu’Ellen a toujours connu va s’effondrer. Son père va devenir froid, autoritaire et méfiant et les domestiques vont la fuir. Ellen est prête à tout pour découvrir l’assassin de son fiancé et comprendre toutes ces mystérieuses apparitions.

Une lecture sympathique, et qui se lit très rapidement, du fait du nombre de pages et de l’addictivité que sa lecture produit. Mais j’ai eu un important problème au niveau du style. L’histoire va beaucoup trop vite, les éléments s’enchainent trop rapidement et à la fin de la nouvelle il nous manque encore des réponses à certaines intrigues. D’autres éléments sont aussi passés trop vite alors qu’ils mériteraient d’être approfondis. Et enfin les dialogues m’ont semblé absurdes, en particulier ceux d’Ellen et de son père. L’héroïne nous décrit un père aimant et à aucun moment je n’en ai eu la preuve. Pire, j’ai trouvé que tout était exagéré. Les réactions d’Ellen par exemple sont décuplées, pour un non limite elle va faire un caprice alors qu’en fait l’auteure nous la décrit comme une jeune femme très bien éduquée de l’aristocratie.

Autre point négatif c’est Ellen en elle-même. Elle a tellement un caractère soumis, sa réaction à la fin je ne l’ai toujours pas comprise. Et en même temps, elle est capricieuse pour un rien et complètement sotte. L’auteure a voulu lui donner du caractère, mais l’a surement très mal retranscrit car elle n’a rien de crédible.

Le seul point positif c’est qu’il y a une très bonne intrigue, et qu’on a envie de comprendre pourquoi des choses mystérieuses et étranges se produisent. On a du coup une facilité à tourner les pages et à être captivé par l’histoire.

Au final, une lecture qui m’a déçu malgré un très bon départ.4Note 1.5_5