Bibliothèques insolites

9782361951504FS

 

Titre : Bibliothèques insolites

Auteur : Alex Johnson

Éditeur : Jonglez

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 240

Genre : Documentaire

Prix : 19.9

 

 

 

Résumé : Des bateaux, des chameaux, des cabines téléphoniques, des gares, des hôtels, des constructions préfabriquées, des structures éphémères, des bars ainsi que votre propre jardin : bienvenue dans les bibliothèques du futur.

Critique : Petite présentation d’un livre que j’ai équipé dernièrement à mon travail. Je pense qu’il plaira et intriguera beaucoup d’amoureux du livre.

De suite, j’ai accroché avec sa couverture magnifique. Travaillant en bibliothèque, et aimant aussi tout ce qui se rapporte aux livres en général et à la lecture, je n’ai pu m’empêcher de le feuilleter.

Chaque page est illustrée d’au moins une photographie qui met en avant d’innombrables bibliothèques. Très vite, on se rend compte que ce qui se rapporte pour nous à un lieu dit « bibliothèque » peut être très différent dans un autre pays, dans une autre culture.

L’auteur va, sous différents chapitres, nous présenter de toutes petites bibliothèques à d’autres qui seront immenses. Il va aussi nous en montrer qui sont itinérantes, dites « en mouvement », et d’autres qui sont animales. Enfin, il va nous parler de ce qu’il appelle « anti-bibliothèque ». Pour lui, ce sont des lieux qui n’ont absolument rien à voir avec la lecture, la joie, le merveilleux, le plaisir et les livres (prison, hôpital, armement…). Mais qui peuvent, avec de la volonté, se révéler de parfaites bibliothèques et toucher des personnes qui n’auraient surement jamais eu l’occasion de lire.

Ce livre est vraiment intéressant. Il nous montre toute l’étendue de la culture de la lecture et des lieux qu’elle habite. Donc si vous voulez en savoir plus sur toutes les bibliothèques qui peuvent exister dans le monde, si vous voulez des idées originales de comment organiser votre propre bibliothèque personnelle, foncez lire ce livre.

Juste ne prenez pas peur devant son épaisseur, et l’effet un peu catalogue de tout ce qui existe.

9Note 4_5

Publicités

Blackfish

blackfish

 Titre : Blackfish

Réalisateur : Gabrielle Cowperthwaite

Acteurs principaux : acteurs inconnus

Nationalité : Américain

Durée : 1H23

Date de sortie : 01 juillet 2014

Genre : Documentaire

 

 Résumé : Tilikum est un orque agressif. En captivité dans un parc aquatique, il a tué trois personnes. Avec l’appuie d’images choquantes, Blackfish fait intervenir des spécialistes qui luttent pour le maintien de ces animaux à l’état sauvage.

Critique : Cela faisait un moment que j’avais envie de le voir tant je suis passionnée par les animaux et plus particulièrement par les animaux marins.

Quand j’étais plus jeune, une gamine, je suis allée une fois à Marineland et j’avais découverts ces magnifiques mammifères marins et j’avais été subjuguée. Le rêve était là, je n’avais pas à me poser plus de questions je n’étais qu’une enfant. Mais au fil du temps j’ai souvent repensé à ces baleines comment elles pouvaient vivre dans cet espace aquatique qui semblait si petit. Et bien ce film m’a apporté les réponses.

L’histoire de ce documentaire est centrée sur la vie d’un orque nommé Tilikum. On va le suivre de sa capture tout bébé aux premières attaques qu’il va faire ainsi que les relations qu’il avait avec ses congénères etc.

Le film est composé d’anciennes vidéos filmées par des professionnels des parcs aquatiques, par des particuliers assistant aux spectacles ainsi que des dialogues avec différentes personnes ayant un rapport avec les baleines tueuses. On y apprend beaucoup de choses sur ces baleines, sur leur façon de vivre et de communiquer.

Blackfish fait partie pour moi des films qui sont à voir tant il marque les esprits, tant il vous pétrifie sur place et vous coupe le souffle. Lorsque j’ai regardé ce film j’ai pleuré pour ces baleines qui attaquent les humains alors que c’est l’homme qui est responsable de cet immense gâchis. J’ai eu énormément de peine tant ces baleines peuvent souffrir. Ce film vous montrera parfaitement la cruauté humaine, sa lâcheté, ses mensonges ainsi que son orgueil de se croire capable de contrôler des éléments bien plus forts que lui.

Ce film a fait part d’une importante polémique car soit-disant les discours des anciens soigneurs de Tilikum avaient été mal placés. Mais quand un soigneur affirme que ses baleines devraient être relâchées, que les accidents avec les soigneurs n’en sont pas et sont en fait des attaques, que Tilikum est un tueur. Que ces phrases aient été bien ou mal placées cela n’aurait rien changé à ce qu’elles affirment. Et oui nous n’avons pas, ou très peu, l’avis de l’organisation Seaworld. Les membres ont refusé de communiquer et de participer pour ce film.

Je vous encourage tous vivement de prendre un peu de temps pour regarder cet époustouflant documentaire qui ne pourra pas vous laisser indifférent. Et vous faire votre propre avis concernant les nombreuses polémiques qui ont agité le message véhiculé.

Note 5_5

 

Rainbow cakes

Rainbow cakes

 

Titre: Rainbow cakes – 30 gâteaux spectaculaires pour instants gourmands extraordinaires

Auteur: Aude Royer

Éditeur : Larousse

Année de publication: 2015

Nombre de pages: 72

Genre: Documentaire

Prix: 7.9

 

Résumé : Pour profiter pleinement de la tendance des Rainbow cakes, voici 30 recettes toutes plus bluffantes les unes que les autres ! Structurez vos gâteaux en superposant des couches de différentes couleurs et surprenez vos invités au moment de la découpe : un arc-en-ciel constitué de génoise apparaît, l’effet est garanti !Des pas à pas pour bien comprendre comment superposer les couches de génoise et de crème.
Des conseils pour réussir le glaçage et surprendre au moment de la découpe. Des variantes : le principe du rainbow cake peut être décliné sur différents types de recettes. Découvrez comment réaliser des biscuits et de glaces sur le même principe. Toutes les recettes sont très joliment illustrées.

Critique: Bon je vais pas m’étendre sur ce genre de livres mais je tenais à en parler. Je trouve ça sympa de vous faire découvrir nos coups de cœur pour des documentaires, qu’ils soient sur la cuisine ou non.

Déjà j’apprécie beaucoup le format de ce type de livres de cuisine, je trouve ça plus sympa et donne plus envie de le feuilleter. Ensuite, j’avais vraiment envie de faire en ce moment des rainbow cakes, ça doit être du au retour du soleil. Les recettes sont assez simples, et sont très bien expliquées et illustrées.

Donc si vous cherchez un livre de cuisine de gâteaux très beaux (ils sont bons aussi ne vous inquiétez pas) et pas chers, je vous invite à vous le procurer.

9Note 4_5

Tokyo Sisters : Dans l’intimité des femmes japonaises

Tokyo+sister

 

 

Titre : Tokyo sister : dans l’intimité des femmes japonaises

Auteurs : Raphaëlle Choël, Julie Rovéro-Carrez

Editeur : Autrement

Nombre de pages : 194

Année de publcation : 2010

Prix : 17€30

Genre : documentaire, témoignage

 

 

 

Résumé :Une femme en kimono monte un escalator, son portable vissé à l’oreille. Un couple endimanché donne la becquée à une peluche dans un restaurant chic. Une longue file de jeunes femmes attendent sagement leur tour dans une vente privée de luxe. Scènes ordinaires du Tokyo des années 2000. Une ville si loin de nos références occidentales, une culture que l’on juge souvent trop vite, faute d’en cerner la complexité.

Tombées sous son charme, Raphaëlle Choël et Julie Rovéro-Carrez tentent un décryptage, fruit de leur rencontre avec des centaines de Japonaises de 15 à 60 ans, mariées ou célibataires, femmes au foyer ou businesswomen, killeuses ou soumises. Tour à tour drôles, tendres, espiègles ou émouvantes, ces chroniques nous convient, autour d’une bière Asahi, au détour d’un bar à ongles ou d’un love hotel, à un véritable voyage de l’intérieur.

«Comme l’air que l’on respire, on doit être là tout en sachant se faire oublier», disent les Japonaises. Elles se livrent ici sans retenue, nous offrant des tranches de vie choisies, leurs vies, dans lesquelles nous nous glissons avec délice.

Critique : En fouinant sur le site Livraddict, je suis tombée sur ce livre. J’ai lu le résumé, et là ce fut tout de suite le coup de foudre ! En effet je suis très attirée par le Japon et le documentaire donne une vision originale de sa population. J’ai aussi voulu lire ce livre pour en apprendre plus sur ces femmes énigmatiques qui nourrissent les fantasmes de la femme asiatique aux longs cheveux noirs, timide et soumise.

Donc parlons un peu du contenu : il est écrit sous la forme de chroniques ce qui rend la lecture plus attractive et plus aisée. Les chroniques sont alimentées par les rencontres et les temoignages collectés par les auteures durant leur voyage. Tout les aspects de la vie quotidienne de la tokyoïte est retranscrit et passé au peigne fin dans ce recueil. L’accent est particulièrement mis sur le croisement entre tradition et modernité. C’est, selon les auteures, une des principales caractéristiques du Japon. Par exemple le port du kimono est encore très présent, mais cela n’empèche pas la tokoïte d’être à la pointe de la technologie.

Le passage sur les loisirs, en particulier sur le karaoké m’a beaucoup intrigué. J’ai du mal à m’imaginer des salles où il est possible de chanter tout en étant dans un jacuzzi. Et pas de panique si on a oublié son maillot de bain les bars à karaoké vous en prête un ! Adorant boire du thé, j’ai été fascinée par la description de la cérémonie du thé. La lenteur et la précision du geste pour plus de perfection me semble tellement iréel. Etant une gourmande et une aventurière de la cuisine, les descriptions de certains plats m’ont juste fait saliver. Après ce passage je n’ai pu résister ; le lendemain je me suis commandée un plateau de sushi. Egalement, j’ai été surprise par temps d’organisation. Au Japon tout est réglé : le shopping, la crèche, la circulation… Et attention si vous arrivez à un rendez vous (même entre copines) en retard d’une minute, c’est très mal vu. On s’inquiète déjà pour vous. On est bien loin de notre quart d’heure de retard français. En résumé cette lecture m’a encore plus donné envie d’aller au Japon !

Cependant, j’ai trouvé que ce documentaire avait deux petits défauts. Les sources sont trop peu citées à mon goût. C’est sur, ce n’est pas un guide de voyage, ou le « guide du routard », mais de temps en temps une petite citation  ça aurait pu être sympa. L’autre point négatif est qu’il commence à dater, des choses ont peut être changé… Mais bon ça on y peut rien

Passé ces deux détails, cette lecture fut très agréable, enrichissante et vivante. Le format que les auteures ont choisi est vraiment adapté au sujet. J’ai passé un très bon moment à lire les confidences rares de toutes ces femmes. Ce livre n’est pas une analyse sociologique pointue, mais plutôt un recueil de conversations entre femmes de différentes origines. Je le conseille à toutes les femmes et à tous les hommes qui sont curieux d’en savoir plus sur la culture japonaise.

 

9Note 4_5

La guerre invisible

La guerre invisible

 

Titre: La guerre invisible

Auteurs: Leila Minano et Julia Pascual

Éditeur : Coédition Les Arènes/Causette

Année de publication: 2014

Nombre de pages: 301

Genre: Documentaire

Prix: 19.8

 

Résumé:  » Une enquête inédite au sein des armées de Terre, d’Air et de Mer, dans la Gendarmerie et jusqu’en opération extérieure au Mali. L’armée française est la plus féminisée d’Europe, avec 15 % de femmes sur ses 230 000 engagés. La fin du service militaire en 1996 a bouleversé son recrutement. Mais on ne change pas les mentalités du jour au lendemain. Dans ce monde clos et viril, des soldates endurent en silence des violences sexuelles, verbales ou physiques.
En caserne, brigade ou opérations extérieures (Afghanistan, Mali, Centrafrique), les femmes de l’armée française sont trop souvent vécues comme des intruses et parfois traitées comme des objets sexuels. Dans les pays scandinaves, en Israël, en Australie ou aux Etats-Unis, ce problème a été traité vigoureusement. « Une femme dans l’armée américaine a plus de risques de se faire violer que de tomber sous le feu de l’ennemi », dénonçait ainsi un rapport interne, en Irak en 2004.
En France, le tabou demeure, et les forces armées préfèrent occulter le problème. Pour la première fois, au terme d’une enquête rigoureuse et soigneusement étayée, ce livre dévoile le traitement réservé aux soldates et l’ostracisme dont elles sont victimes quand elles osent affronter l’omerta. « 

Critique: Parlons un petit peu de ce livre que j’avais hâte de lire depuis le temps que les medias en parlaient.

Alors cette lecture était un peu particulière, et c’est pour ça que je ne vais pas mettre de note à ce documentaire. J’ai lu ce livre pour en savoir plus sur un sujet où il n’y avait rien ou très peu de choses (que je qualifierai de mensonges). Je n’ai pas ouvert ce document pour juger d’une enquête, ou d’un style mais pour en savoir plus, avoir des réponses. Et pour des réponses, il y en a. Ce livre est une grande claque dans la gueule. Et quand je vois derrière le peu de réactions du gouvernement je me dis que soit ils jouent la politique de l’autruche soit ils s’en moquent.

Pour préciser ce documentaire est divisé en plusieurs grands chapitres. Dans lesquels à chaque fois vous retrouverez des témoignages d’hommes et de femmes, des chiffres, des résultats d’enquête dans d’autres pays, des spécialistes qui viendront donner leur avis, et surtout ce qu’a fait le gouvernement français à chaque fois.

Je conseille de lire ce livre, pas comme une lecture avant d’aller se coucher, mais vraiment pour en savoir plus sur nos armées françaises et comment les femmes sont représentées, traitées dans cette institution.

Mug cakes

mug-cake-sucrés

 

Mug cakes salés

 

 

 

Titre: Mug cakes

Auteur: Lene Knusden

Éditeur : Marabout côté cuisine

Année de publication: 2013 et 2014

Nombre de tomes: 2

Nombre de pages: 70

Genre: Documentaire cuisine

Prix: 7.99

 

Résumé: « Qu’est-ce que ça veut dire « mug cake » : un gâteau tasse, ça sonne tout de suite beaucoup moins sympa que l’anglais. Qu’est-ce que c’est ? Un gâteau cuisiné directement dans une tasse au micro-onde. Pour quelle occasion ? Entre 2 séries, au retour du lycée, au retour de l’école, une soirée entre filles, juste une envie de sucré… Les gâteaux individuels prêts en 5 minutes chrono. À cuire dans des « mugs ». Cuisson au micro-ondes. Recettes données pour 2 mug cakes. 30 recettes originales avec des ingrédients de base : des fondants, des brownies, des minis crumbles, des carottes cakes et même des cookies… pour des envies de gâteaux minute. »

Critique:  Je vais vous parler brièvement de ces deux petits documentaires. Première chose que l’on se dit en les voyant c’est qu’ils sont mignons, que ça a l’air bon et facile à faire, que j’ai envie d’essayer.

J’ai d’abord lu mug cakes sucrés. Je l’ai trouvé top. Les recettes sont faciles, elles ne se ressemblent pas et les photographies donnent très envie. Les instructions sont simples, sans fioritures en trop. Bref, j’étais conquise.

Sauf que j’ai lu ensuite son petit frère, mug cakes salés, est là j’ai vécu une grosse déception. Les recettes sont basiques, il y en avait que j’avais déjà fait juste avec mon imagination. Ce livre je l’ai ressenti comme un ouvrage qui essaie de profiter de l’actualité sans proposer quelque chose de neuf. Après, les photographies sont très alléchantes, et le descriptif des recettes très simples. Mais non je n’ai pas accroché.

 

6Note 2.5_5