Quête noire

Half bad 3

Titre de la série : Half bad

Titre : Quête noire

Numéro du tome : 3

Auteur : Sally Green

Éditeur : Milan

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 374

Genre : Fantastique

Prix : 16.90

 

 

Résumé : L’Alliance des sorciers libres a été dispersée. Comme tous ses compagnons, Nathan se cache. Mais il ne renonce pas à la guerre, sa guerre. Une amulette secrète lui donnerait le pouvoir de sauver l’Alliance. Nathan part à sa recherche, au risque de s’y perdre, et de perdre tout ce qu’il aime.

Critique : Nous voilà pour la dernière chronique de la saga Half bad (vous pouvez retrouver mes critiques du tome 1 et du tome 2 ici et ici). Et je préviens de suite qu’il va y avoir des spoilers donc toi, oui toi, qui n’a ni lu le tome 1 ni le tome 2 passe rapidement ton chemin.

Dans ce troisième tome, on retrouve Nathan qui vient tout juste de voir mourir son père et ce à cause d’Annalise. Il vient d’acquérir tous les nombreux pouvoirs que Marcus avait passé sa vie à chercher. Et il n’a qu’une idée en tête c’est retrouver l’ancienne élue de son cœur afin d’en savoir plus sur son geste mais surtout afin de se venger. Il va alors commencer à délaisser ce qui reste de l’Alliance ainsi que ses anciens amis.

C’est avec beaucoup d’émotions que je viens vous parler du dernier tome des aventures de Nathan. J’ai tellement adoré cette saga que je n’étais pas prête à ce qu’elle se finisse tout de suite. Mais les meilleures choses ont toujours une fin. Et là encore ce dernier tome est juste un énorme coup de cœur. La plume de Sally Green est toujours aussi précise et incisive. Les pages se tournent et ne se ressemblent pas. Et personne, je dis personne ne peut arriver à déterminer comment cette quête se terminera.

Nathan est devenu beaucoup plus sombre depuis le début de cette saga. Il est toujours aussi imprévisible, brutal et têtu. Il ne s’écoute que lui-même. C’est un personnage que soit on adore soit on déteste. En tout cas moi j’ai choisi le premier camp. Et on ne peut pas parler de Nathan sans parler de Gabriel qui a lui aussi beaucoup changé depuis le tout début de l’histoire. Tous les deux ont gagné en maturité. Leur relation va atteindre un point culminant dans ce roman. Et Gabriel, toujours fidèle à lui-même, est l’incarnation de la gentillesse. Après, beaucoup de personnages secondaires mériteraient d’être évoqués comme Arran, Célia et même Ledger. Sally Green a vraiment réussi un coup de chef en arrivant à construire autant de personnages si différents et tous aussi intéressants.

Half bad reste une série que j’ai commencé réellement par hasard et sans en attendre beaucoup et elle se sera révélée un énorme coup de cœur. L’intrigue est originale, tous les personnages sont fouillés et l’écriture est parfaite. Et je vous dirai que la fin est très surprenant mais conclut à merveille cette superbe saga.

 

11Note 5_5

 

 

 

Publicités

Ne dites pas à ma mère que je suis voyante

Ne dites pas à ma mère que je suis voyante

Titre : Ne dites pas à ma mère que je suis voyante

Auteur : Eileen Cook

Éditeur : J’ai lu

Année de publication : 2011

Nombre de pages : 344

Genre : Chick-lit; Humoristique

Prix : 7.30

 

 

Résumé : On dit souvent que l’amour rend aveugle. Pas dans le cas de Sophie Kintock, qui, après une rupture, se découvre un don de double vue jusque-là insoupçonné ! Quand Doug la quitte après six ans de vie commune, Sophie, libraire à Vancouver, est prête à tout pour le récupérer. C’est pourquoi, lorsqu’elle apprend que sa nouvelle petite amie, la pulpeuse Melanie, s’intéresse au paranormal, elle a une idée aussi folle que diabolique : proposer à sa rivale une fausse consultation de voyance destinée à faire rompre les tourtereaux. Mais rien ne va se passer comme prévu, car Sophie se retrouve vite dépassée par le succès inattendu de ses nouveaux talents… Eileen Cook signe une comédie désopilante portée par une héroïne au caractère bien trempé, maladroite et attachante à souhait.

Critique : En été j’aime toujours lire énormément de romance et celle-là m’avait été vivement conseillé.

On y suit l’histoire de Sophie qui vient de se faire larguer par son ex, Douglas, et dont elle est encore follement amoureuse. Quand elle va découvrir qu’il a refait sa vie et que sa nouvelle compagne croit au paranormal elle va alors tout faire pour devenir une voyante et lui annoncer la vision de leur future rupture. Mais hélas tout vas dégénérer et Sophie va obtenir bien plus qu’elle ne désirait.

La plume d’Eileen Cook est vraiment délicieuse. C’est fluide, c’est précis et c’est très bien écrit. Les situations cocasses se succèdent sans pour autant perdre de leur attrait. Et on a droit à une jolie leçon de morale à la fin du livre.

Le personnage de Sophie est drôle, complétement fou à lier. Elle se retrouve toujours au mauvais endroit au mauvais moment, n’a pas les réactions qu’il faudrait avoir et ne dit jamais ce que l’on peut s’attendre à entendre. Après, je ne suis pas fan des héroïnes qui vivent tout le temps dans le passé et ne savent pas accepter que le clap de fin a été tiré. Elles trouvent toujours des raisons bancales de justifier leurs actes et de causer de la peine autour d’elles. Et Sophie n’échappe pas à cette règle. Oui c’est drôle mais oui c’est aussi très malsain.

Et autre petit défaut de ce roman c’est qu’il est complétement prévisible. A aucun moment je n’ai été surprise. Tous les éléments d’une romance basique sont là, et ne vont à aucun moment sortir de leur cadre habituel. 

 

7Note 3_5

Blacklistée

Blacklistée

Titre : Blacklistée

Auteur : Cole Gibsen

Éditeur : Hugo&Roman

Année de publication : 2015

Nombre de pages : 336

Genre : Contemporain

Prix : 17

 

 

Résumé : En apparence, Regan Flay a tout ce dont on peut rêver. A 17 ans, elle est populaire, étudie dans l’un des meilleurs lycées du monde, et ses parents ont les moyens de satisfaire le moindre de ses souhaits. Mais sa vie bascule le jour où, en arrivant en cours, Regan découvre ses textos et messages privés Facebook placardés sur les murs du lycée. Vacheries, mensonges, insultes, manipulations : tout est là, exposé aux yeux de chacun.
En une seconde, elle passe du statut de princesse à celui de véritable paria. Ses amis lui tournent le dos, et les autres élèves du lycée commencent à lui faire vivre un véritable enfer. Elle trouve du soutien auprès de Nolan, un jeune homme plutôt beau garçon mais légèrement dysfonctionnel socialement. Ce dernier découvre vite que Regan est tout sauf la miss Parfaite qu’elle voulait bien montrer.
Sous sa carapace, c’est une jeune fille angoissée, qui a du mal à supporter les exigences de sa mère concernant son avenir. Car rester toujours au top demande une sacrée dose d’énergie, et aucun échec n’est envisageable. Pourtant, la chute de Regan n’est qu’un début, et personne n’en sortira indemne…

Critique : Nous revoilà avec un autre livre traitant harcèlement scolaire (quand je vous dis que c’est une grosse tendance actuelle).

Ici dans ce roman nous allons suivre les aventures de Regan. Elle est issue d’une famille riche et populaire. Elle est belle et obtient tout ce qu’elle souhaite. Et s’il faut qu’elle joue la peste pour arriver à ses fins elle n’hésite pas. Mais un beau jour toute sa côte de popularité va disparaitre en même temps que son vrai visage va être révélé à tout le lycée. Abandonnée par ses deux meilleures amies, elle va devenir à son tour la victime d’harcèlement scolaire. Seul Nolan va lui tendre la main afin de l’aider à ne pas sombrer.

L’auteure a su produire un livre criant de réalisme. On ne va pas dans les extrêmes que l’on peut retrouver dans certains autres ouvrages traitant d’harcèlement scolaire. Mais toutes les situations sont réellement bien écrites ainsi que les émotions ressenties par Regan. L’auteure arrive à faire le tour complet du thème de son roman avec brio. Et enfin, il y a bien sur une romance dans l’histoire, elle est toute mignonne et ne prend jamais le pas sur le sujet principal du roman.

Regan est un personnage que j’ai détesté au tout début du roman. Pour obtenir ce qu’elle veut et faire plaisir à sa famille elle n’hésite pas à être une garce aux apparences sympathiques. Quand la situation se renverse, je n’arrêtai pas de me dire qu’elle l’avait bien cherché. Mais entre perdre sa côte de popularité et se persécuter à longueur de journée il y a une grande différence. Regan va avoir alors tout le temps de réfléchir à la portée de ses actes et de se repentir. Au fil des pages, on en découvre aussi beaucoup sur elle, et sur ses vulnérabilités. Et on s’attache sans en avoir réellement le choix.

Un roman que je recommande tellement il est touchant et dont le message principal est plein d’espoir.

 

11Note 5_5

Les héritiers

les outrepasseurs 1

Titre de la série : Les outrepasseurs

Titre : Les héritiers

Numéro du tome : 1

Auteur : Cindy Van Wilder

Éditeur : Gulf Stream

Année de publication : 2014

Nombre de pages : 347

Genre : Fantasy

Prix : 18

 

Résumé : Londres, 2013. Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat. Il découvre que l’attaque le visait personnellement et qu’elle a été préméditée par de redoutables ennemis : les fés. Emmené à Lion House, la résidence d’un dénommé Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis huit siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Ces derniers lui révèlent un héritage dont il ignore tout.

Critique : J’ai beaucoup entendu parler de la série des Outrepasseurs déjà de par son sucés mais ensuite parce qu’elle a beaucoup de choses qui devraient me plaire.

C’est l’histoire de Peter qui en rentrant chez lui va se faire attaquer par des sortes de gros chiens. Un renard va alors venir l’aider et une fois le combat terminé le renard va alors se métamorphoser en sa mère. Elle lui promet alors que de nombreux secrets familiaux lui seront révélés le soir-même à Lion House, la maison d’une certaine personne se nommant Noble. Il va alors rencontrer quelques familles ayant elles aussi le pouvoir de se transformer en un animal et appartenant à une étrange société secrète. S’il veut en faire partie aussi il va devoir comprendre et découvrir l’héritage de ses pairs.

En commençant ma lecture je ne m’attendais réellement pas à ça. Toute la mythologie qui nous est expliqué dans ce premier roman est tout simplement captivante. Je n’ai pas pu m’arrêter de lire (et j’ai aussi, au passage, enchainé dans la même après-midi avec le tome 2). La lecture se fait facilement, les pages se tournent souvent avec beaucoup de fébrilité et on ne sait jamais à quoi s’attendre.

Peter est un personnage très intéressant car vraiment complexe. Il aspire à une vie toute simple mais n’est pas contre être une personne exceptionnelle. Il passe son temps à remettre en question les vérités qu’on lui assène et ne sait pas vraiment qui est le camp des gentils et celui des méchants mais surtout il n’est pas sur du clan auquel il appartient. C’est aussi un personnage têtu, fier et loyal.

Je ne peux que recommander cette lecture tant elle est captivante et intéressante. Et je pense que malgré tous les résumés que vous allez lire, vous serez toujours au final surpris de là où nous emmène Cindy Van Wilder.

 

11Note 5_5

C’est pas moi, c’est toi

c'est pas moi c'est toi.jpg

Titre : C’est pas moi, c’est toi

Auteur : Mhairi McFarlane

Éditeur : Milady

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 620

Genre : Romance

Prix : 18.20

 

 

Résumé : Quand Delia découvre que l’homme qu’elle a demandé en mariage la trompe avec une autre, elle se dit que c’est sa faute. Si rien n’est plus comme avant, c’est aussi sa faute. Mais dans ce cas, pourquoi son ex remue-t-il ciel et terre pour la récupérer ? N’aurait-il pas lui aussi sa part de tort dans cette sombre histoire ? De Newcastle à Londres, entre les boulots louches, les patrons excentriques et les journalistes si séduisants que c’en est indécent, une nouvelle version de Delia voit le jour.
L’amour est mort, vive l’amour !

Critique : Durant l’été, en règle générale, je ne lis que des romances. J’aime leur coté tout mignon tout gentil et surtout je ne veux pas être triste ou dépitée devant une histoire. Je me suis beaucoup intéressée à l’auteure Mhairi McFarlane et toutes les romances qu’elle a publié. Et j’ai donc commencé mon exploration par son dernier roman.

C’est l’histoire de Délia qui va faire sa demande en mariage à son chéri avec qui elle est en couple depuis dix ans. Mais la soirée ne va pas se passer comme elle l’entendait. Son chéri lui répond positivement mais elle va finir par découvrir qu’il la trompe depuis quelques mois. Elle va alors remettre tout en question dans sa vie et la voilà partie pour se découvrir elle et ses attentes.

Le résumé m’avait beaucoup plu et m’avait vraiment donné envie de lire cette histoire car j’ai envie en ce moment de lire des romans qui traitent de l’infidélité dans le couple. Mais pas forcément de l’acte de trahison en lui-même mais plus de comment un couple se reconstruit-il après. Et du coup j’ai été énormément déçue de ce roman. J’ai trouvé qu’il tombait dans tous les clichés possibles avec une héroïne qui change de métier et de villes pour oublier mais qui va retourner avec son ex au premier regard larmoyant, avec bien sur la présence d’un potentiel futur petit ami complétement différent de l’ancien, et d’un cocufieur qui veut récupérer sa belle tout en continuant à lui mentir. Bref, des clichés et des facilités de partout.

Après le roman est très bien écrit, l’auteure a su créer quand même de belle émotions. En plus notre héroïne dessine et écrit une bande dessinée et nous avons donc droit dans le livre a de très belles planches pour illustrer ce qu’elle fait. Mais en tout cas pour moi ça n’a pas fonctionné du tout.

Une romance que je ne recommande pas, qui n’approfondit presque rien et qui je sais, sera très rapidement oubliée.

 

4Note 1.5_5

Fairfield Ohio

Fairfield ohio.jpg

Titre : Fairfield Ohio

Auteur : Mia Topic

Éditeur : Milady

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 475

Genre : Contemporain; Romance

Prix : 7.90

 

Résumé : Pour Jamie, tout a basculé le jour du décès de ses parents. Lui qui rêvait de partir étudier à New York, se retrouve à devoir élever son petit frère de cinq ans, dans une ville perdue de l’Ohio. À la suite d’un accrochage de voitures, Jamie rencontre Logan. Ce jeune avocat est tout ce qu’il n’est pas : sûr de lui, brillant et fier. Il ne fait pas mystère de l’intérêt qu’il porte à Jamie, mais celui-ci se demande comment il pourrait intéresser quelqu’un comme Logan.
Pourtant, alors qu’il s’est toujours suffi à lui-même, Logan se surprend à rêver d’avoir sa place dans le petit monde des deux frères…

Critique : Durant mes vacances j’ai pu emprunter cette lecture à un ami qui est lui aussi un très bon lecteur et qui s’est mis depuis quelques temps à la romance.

C’est l’histoire de Jamie, un homme extrêmement beau, travaillant dans la mode et qui surtout élève son petit frère de 5 ans depuis le décès de leurs parents. Un beau jour, il va rencontrer Logan, jeune avocat très séduisant. Tout de suite cela va être le coup de foudre pour les deux jeunes hommes. Mais entre Logan qui n’a jamais eu de relations sérieuses dans sa vie, le petit frère de 5 ans et la timidité extrême de Jamie arriveront-ils à se séduire et à ne pas gâcher leur belle histoire?

Je n’ai pas réellement eu de coup de cœur pour ce livre mais c’est une romance vraiment touchante et magnifique. J’ai trouvé que l’on sortait un peu des romances traditionnelles avec tous les rebondissements que cela implique. Là de la première à la dernière page on va assister à une rencontre qui va bouleverser deux hommes au plus profond de leur cœur et qui va les changer irrémédiablement. On les voit évoluer dans leur histoire mais on les voit aussi grandir et murir dans leur histoires personnelles.

Une histoire toute simple, toute mignonne pour les plus grands romantiques. Juste il ne faut pas s’attendre à avoir des drames, des revirements de situation et des cris dans cette histoire. Il ne s’agit purement et simplement que de sentiments d’amour et de comment on s’y prend pour former une famille.

 

10Note 4.5_5

La vérité sur Alice

La vérité sur alice.jpg

Titre : La vérité sur Alice

Auteur : Jennifer Mathieu

Éditeur : Pocket

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 204

Genre : Drame

Prix : 16.90

 

Résumé : « Les gens ne deviennent pas méchants du jour au lendemain. Mais laissez leur un temps d’adaptation, et ils seront capables du pire.  » Au lycée de Healy, la vérité est une question de point de vue. Alice Franklin est une traînée. Tout le monde le sait. C’est forcément vrai puisque c’est écrit partout sur les murs du lycée. On dit qu’elle a couché avec deux garçons d’affilée… Tout le monde a sa Vérité sur Alice : son ancienne meilleure amie, son admirateur secret…
Quelle sera la vôtre ?

Critique : Voici un livre dont j’attendais impatiemment la sortie. Pourquoi? Parce que l’auteure a voulu traiter d’un sujet d’actualité mais d’une façon originale.

C’est l’histoire d’Alice qui subit un véritable enfer au lycée. On l’accuse de nombreuses choses. Mais sont-elles réelles? Ou n’est-ce que des rumeurs? On va suivre son histoire, non pas à travers son regard, mais par ceux de quatre protagonistes.Et on va pouvoir découvrir qui est vraiment Alice, ce qu’elle a réellement fait et pourquoi a t’elle été choisie pour être la personne la plus détestée de son lycée?

On sait tous qu’en ce moment le harcèlement scolaire est un sujet d’actualité autant que dans les politiques et les médias mais aussi dans les romans jeunesse.  Ici, l’auteure a voulu partir sur une narration complétement différente. On ne va pas suivre les ressentis du personnage principal qu’est Alice mais celui de quatre autres protagonistes qui la harcèlent plus ou moins. On va pouvoir y découvrir les raisons de ce harcèlement, savoir si les bourreaux ont eu à un moment des remords, la raison de leurs agissements…L’auteure a su mettre en place une palette de personnages tous plus intéressants les uns que les autres et qui font vraiment bien réfléchir car à un moment dans notre vie nous avons tous endossé le ou les rôles d’un de ces personnages.Nous aurons droit quand même d’entendre durant le tout dernier chapitre les pensées d’Alice.

Le point négatif de ce roman est au niveau de l’écriture. C’est écrit avec un style vraiment simpliste. J’ai trouvé qu’à de nombreuses reprises l’auteure faisait dans la facilité en essayant de nous donner une sorte d’happy end. Et j’aurais bien aimé avoir quelques pages de plus traitant du regard des adultes comme les professeurs et les parents des bourreaux.

En conclusion, une lecture rapide et facile et qui traite d’un sujet d’actualité mais de façon surprenante. L’auteure a su mettre en place une très bonne analyse psychologique et émotionnelle.

 

8Note 3.5_5