Ne dites pas à ma mère que je suis voyante

Ne dites pas à ma mère que je suis voyante

Titre : Ne dites pas à ma mère que je suis voyante

Auteur : Eileen Cook

Éditeur : J’ai lu

Année de publication : 2011

Nombre de pages : 344

Genre : Chick-lit; Humoristique

Prix : 7.30

 

 

Résumé : On dit souvent que l’amour rend aveugle. Pas dans le cas de Sophie Kintock, qui, après une rupture, se découvre un don de double vue jusque-là insoupçonné ! Quand Doug la quitte après six ans de vie commune, Sophie, libraire à Vancouver, est prête à tout pour le récupérer. C’est pourquoi, lorsqu’elle apprend que sa nouvelle petite amie, la pulpeuse Melanie, s’intéresse au paranormal, elle a une idée aussi folle que diabolique : proposer à sa rivale une fausse consultation de voyance destinée à faire rompre les tourtereaux. Mais rien ne va se passer comme prévu, car Sophie se retrouve vite dépassée par le succès inattendu de ses nouveaux talents… Eileen Cook signe une comédie désopilante portée par une héroïne au caractère bien trempé, maladroite et attachante à souhait.

Critique : En été j’aime toujours lire énormément de romance et celle-là m’avait été vivement conseillé.

On y suit l’histoire de Sophie qui vient de se faire larguer par son ex, Douglas, et dont elle est encore follement amoureuse. Quand elle va découvrir qu’il a refait sa vie et que sa nouvelle compagne croit au paranormal elle va alors tout faire pour devenir une voyante et lui annoncer la vision de leur future rupture. Mais hélas tout vas dégénérer et Sophie va obtenir bien plus qu’elle ne désirait.

La plume d’Eileen Cook est vraiment délicieuse. C’est fluide, c’est précis et c’est très bien écrit. Les situations cocasses se succèdent sans pour autant perdre de leur attrait. Et on a droit à une jolie leçon de morale à la fin du livre.

Le personnage de Sophie est drôle, complétement fou à lier. Elle se retrouve toujours au mauvais endroit au mauvais moment, n’a pas les réactions qu’il faudrait avoir et ne dit jamais ce que l’on peut s’attendre à entendre. Après, je ne suis pas fan des héroïnes qui vivent tout le temps dans le passé et ne savent pas accepter que le clap de fin a été tiré. Elles trouvent toujours des raisons bancales de justifier leurs actes et de causer de la peine autour d’elles. Et Sophie n’échappe pas à cette règle. Oui c’est drôle mais oui c’est aussi très malsain.

Et autre petit défaut de ce roman c’est qu’il est complétement prévisible. A aucun moment je n’ai été surprise. Tous les éléments d’une romance basique sont là, et ne vont à aucun moment sortir de leur cadre habituel. 

 

7Note 3_5

Publicités

Une réflexion sur “Ne dites pas à ma mère que je suis voyante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s