Confess

Confess

Titre : Confess

Auteur : Colleen Hoover

Éditeur : Hugo Roman

Année de publication : 2016

Nombre de pages : 347

Genre : Romance

Prix : 17

 

 

Résumé : Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu’elle franchit la porte d’une galerie d’art à Dallas pour un entretien, elle s’attend à tout sauf à l’irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu’elle risque bien plus gros qu’elle ne pensait. Elle n’a qu’une solution : s’éloigner d’Owen au plus vite.
Mais la dernière chose que souhaite Owen, c’est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeur que la vérité…

Critique : Depuis maintenant quelques mois je suis devenue fan de l’auteure Colleen Hoover, en particulier avec son livre Maybe someday (vous pouvez retrouver la chronique ici). Alors qu’en j’ai su que l’un ses livres allait être édité en France je ne pouvais que foncer l’acheter le plus rapidement possible.

C’est l’histoire d’Auburn Reed qui vient d’emménager au Texas, à l’âge de 20 ans en laissant derrière elle sa famille. Très vite, elle va faire la connaissance d’Owen Gentry, un artiste local, qui l’embauche pour la soirée. Il va alors se profiler une attirance mutuelle. Mais beaucoup de choses les séparent, en particulier les secrets issus de leurs histoires personnelles. Et quand viendra le temps des confessions, personne ne sait comment l’autre va réagir.

J’ai beaucoup aimé les deux protagonistes principaux. Owen et Auburn sont faits l’un pour l’autre, et vu les révélations finales on ne peut que dire que c’était écrit, que c’était le destin. Ils sont aussi bouleversants l’un l’autre avec leurs histoires respectives. A première vue ils semblent extrêmement fragiles mais par les décisions qu’ils prennent on se rend compte qu’ils ont énormément de force intérieure. Durant toute ma lecture j’avais envie de prendre Auburn par la main et de l’aider, de la pousser à s’émanciper. Quand à Owen, on sent qu’il terre dans son silence énormément de souffrance et là encore j’ai eu envie de l’aider à s’ouvrir aux autres.

Dés le prologue le ton est donné et les premières larmes versées. Avec ce livre, gardez toujours vos mouchoirs à portée de main car entre les révélations bouleversantes qui s’enchainent, les moments d’actions à faire froid dans le dos et une fin en apothéose vous n’allez pas arrêter de pleurer. Cette histoire c’est de l’émotion à l’état brut. Vous allez rire, sourire, être en colère et révolté mais surtout vous allez ressentir beaucoup de compassion.

Enfin, le dernier « petit plus » qui m’a encore plus subjugué c’est qu’Owen est un artiste. Mais l’auteure ne s’est pas contentée de nous le dire, elle nous l’a montré avec quelques illustrations qui se sont glissées dans le livre.

4b14623244cf404db724ee916c1f65f2

Ma préférée est la première, et la confession qui l’accompagne m’a elle aussi touché : Parfois, je me demande s’il ne serait pas plus facile d’être morte que d’être sa mère.

Je ne peux que vous encourager à lire ce livre. C’est une romance certes, mais bien loin des stéréotypes de ces dernières. Elle aborde des thèmes forts comme la mort, la maladie, l’abus de pouvoir et la maternité. Alors foncez !

 

11Note 5_5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s