Les 8 salopards

Titre original : The Hateful Eight

Titre : Les 8 salopards

Réalisateur : Quentin Tarantino

Acteur principaux : Samuel L. Jackson, Kurt Russell, Jennifer Jason Leigh

Nationalité : Américaine

Durée : 2h48

Date de sortie : 6 janvier 2016

Genre : Western

Résumé :Quelques années après la Guerre de Sécession, le chasseur de primes John Ruth, dit Le Bourreau, fait route vers Red Rock, où il conduit sa prisonnière Daisy Domergue se faire pendre. Sur leur route, ils rencontrent le Major Marquis Warren, un ancien soldat lui aussi devenu chasseur de primes, et Chris Mannix, le nouveau shérif de Red Rock. Surpris par le blizzard, ils trouvent refuge dans une auberge au milieu des montagnes, où ils sont accueillis par quatre personnages énigmatiques : le confédéré, le mexicain, le cowboy et le court-sur-pattes. Alors que la tempête s’abat au-dessus du massif, l’auberge va abriter une série de tromperies et de trahisons. L’un de ces huit salopards n’est pas celui qu’il prétend être ; il y a fort à parier que tout le monde ne sortira pas vivant de l’auberge de Minnie…

Critique : Un nouveau Tarantino ? Et en plus c’est un western ?! Je ne peux pas rater ça ! Vite une place de cinéma.

Les huit salopards est un film à huis clos. Huit personnages se retrouvent cloîtrés dans une auberge de montagne à cause d’un blizzard. Évidemment ils ne vont pas rester calme et se tourner les pouces. Très vite cela va dégénérer en trahisons et en tromperies…

Comme pour chacun de ses films Quentin Tarantino nous fait frissonner et vibrer avec un talent hors du commun. Les répliques sont cinglantes et dynamisent parfaitement le film. Comme l’indique le long métrage, on est en présence de salopards pourtant certains personnages peuvent nous sembler aimables et fort sympathique. L’exemple type est ce Major Marquis Warren (incarné par par Samuel L. Jackson) par lequel on suit l’histoire. D’emblée il nous ait présenté comme un « héros » de la guerre de Sécession avec des principes et une morale presque irréprochable. Mais, plus le film avance, plus on découvre son passé et on se rend compte qu’il n’est pas tout à fait l’homme qu’il prétend être… Ainsi, spectateurs et protagonistes doivent être méfiants comme le montre John Ruth dit le Bourreau, un chasseur de prime qui escorte sa prisonnière jusqu’à Ded Rocks. Durant son séjour à l’auberge, il restera sur ses gardes.

Le fait de ne pas savoir si les personnages disent la vérité ou non, m’a plongé complètement dans l’histoire. Pendant toute la séance j’ai essayé de décrypter les paroles des personnes. Mais pas facile d’élucider qui ment. Ajouter à cela une bonne dose de suspens qui m’a tenue en halène jusqu’au bout. Étant donné que c’est un Tarantino on sait qu’à un moment cela va dégénérer, mais on ne sait jamais quand.

Je noterai un petit point négatif : le début du film. C’est trop long ! Cette calèche qui avance dans la neige à n’en plus finir et ce gros plan sur ce crucifix m’ont sorti par les yeux ! Mais bon c’est le concept du western on filme des plan longs voir même des mouches qui volent…

Pour conclure, je vous recommande bien sur d’aller voir le huitième film de Quentin Tarantino. Il est parfaitement dans la lignée des précédents. Je ne suis pas une adepte du cinéma mais là, il n’y a pas à tortiller il fallait que j’aille le voir.

 

Note 4.5_5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s