Arena 13

Arena 13

Titre : Arena 13

Auteur : Joseph Delaney

Éditeur : Bayard jeunesse

Année de publication : 05/11/2015

Nombre de pages : 390

Genre : Fantasy

Prix : 15.9

 

 

Résumé : Les temps sont funestes pour l’humanité, qui a presque disparu de la Terre, vaincue par des machines douées de conscience. Les derniers humains vivent confinés dans le pays de Midgard, entouré par une infranchissable barrière de brouillard. Au-delà, personne ne sait ce qu’est devenu le monde. Dans les arènes de Gindeen, la seule ville du pays, des combats se succèdent toute la journée. Dans l’Arène 13, on mise sur celui qui, le premier, fera couler le sang, on parie sur celui qui trouvera la mort… Un jour, un jeune garçon, Leif, arrive à Gindeen… Son ambition?: combattre dans l’Arène 13 et défier Hob qui terrorise les habitants et vole leurs âmes. Il veut prendre sa revanche sur l’infâme créature qui a détruit sa famille, devrait-il y laisser la vie.

Critique : Bon étant une fan inconditionnelle de la saga l’épouvanteur de Joseph Delaney, je ne pouvais absolument pas passer à côté de sa toute dernière parution. Surtout quand on m’a précisé qu’il se lançait dans la dystopie.

Dans cette histoire, l’humanité s’est presque éteinte à cause de la technologie et de robots un peu trop intelligents. Les derniers humains se sont repliés dans le pays de Midgard, et une barrière infranchissable les protège du reste du monde. Et c’est là que notre jeune héros fait son entrée, Leif, voulant être formé afin de devenir un gladiateur. Et il ne veut bien sûr que combattre dans l’arène la plus dangereuse, celle où on joue vraiment sa vie, l’arène 13. Sa motivation ? La vengeance de sa famille qui a été détruite par le terrible Hob, un djinn maléfique, qui règne sur l’arène 13.

Bon le premier point positif de cette histoire c’est son originalité, je n’avais pas encore lu d‘histoires sur ces thèmes-là, et encore moins une dystopie. Cette dernière change vraiment du moule Hunger games et Divergent. Ensuite, elle est super bien écrite. On entre facilement dans l’histoire, le style est simple, fluide. Mais bon ce n’est pas vraiment surprenant de la part de l’auteur de la saga l’épouvanteur (oui, je l’aime d’amour).

Le personnage principal, Leif, est vraiment surprenant. Il est vindicatif, animé par la colère et la vengeance, têtu, intelligent, honnête et courageux. On s’attache facilement à lui car on le comprend et il est vraiment humain. Il pourrait être vous ou quelqu’un de votre famille, un ami.

Le seul point négatif de ce premier tome c’est qu’on ne sait pas grand-chose sur comment s’est déroulé la fin de l’humanité, comment s’est créé le pays de Midgard. J’ai beaucoup de questions qui restent en suspens, et vu le déroulement du tome 1 je n’ai pas l’impression que la priorité de l’auteur soit de répondre à ces interrogations-là. Pour lui, j’ai la sensation que le monde est créé, point on ne doit pas plus se poser de questions.

En définitive, je recommande énormément ce livre. Il est prenant, surprenant et dynamique. Et moi là j’ai juste hâte d’avoir la suite.

10Note 4.5_5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s