Un livre qui va plaire aux écolos

Un livre qui se plante pour faire pousser un arbre

pequeno-editor-tree-book-tree-outdoor-direct-marketing-design-pr-371807-adeevee-1024x683

L’arbre donne naissance au livre et le livre redonne vie à l’arbre… Tel est le nouveau concept qui nous vient tout droit d’Argentine. Un éditeur a créé un livre que l’on peut planter après lecture pour faire pousser un arbre.

En Argentine, 1 500 nouveaux livres sont publiés par an, avec 6 millions de copies par mois et 45 millions de pages par jour. Pour donner une seconde vie à ces livres qui terminent jetés ou rangés au fond d’un placard, l’éditeur Pequeño Editor a lancé un projet original et innovant qui rappelle à tous que le livre trouve son origine avant tout dans les arbres : Tree Book Tree. Une fois le livre lu et relu, les lecteurs de ce tout nouveau livre peuvent le planter, à la manière d’une graine, ce qui fera pousser un arbre.

Le livre, ou plutôt un album dédié aux enfants entre 8 et 12 ans, est fabriqué à la main, à l’aide d’un papier sans acide, d’une encre écologique et de matériaux biodégradables. Intégrées à l’intérieur du papier qui constitue les pages, des graines de jacarandas permettent ensuite au livre de devenir cet arbre subtropical haut de 10 à 20 mètres.

« Mi papá estuvo en la selva » est le premier livre, lancé en mars 2015, qui peut se planter et donner naissance à un arbre. Un bon moyen de rendre son bien à la nature, mais également de sensibiliser les jeunes en alliant la lecture au respect de l’environnement. Sera-t-il possible bientôt de fabriquer d’autres objets du quotidien capables de rendre ses forêts à la Terre ?

Article trouvé sur : Citizenpost.fr

 

Necronomi’Con

necronomicon

Si vous êtes un fan de fantastique horrifique, d’histoires à vous faire glacer le sang et pâlir comme celles de Lovecraft ne manquez pas ce salon littéraire.

La première convention Lovecraft française dédiée à l’univers d’H. P. Lovecraft sous tous ses aspects s’annonce les 4 et 5 juillet 2015 à Lyon. Sous l’égide d’AOA production, auteurs, artisans, musiciens et autres spécialistes et amateurs du mythe de Cthulhu se retrouveront donc à la Maison Ravier. Venez nombreux.

Le site officiel ici

Without a Paddle

18412517.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Without a Paddle

Titre français : Jusqu’au cou

Réalisateur : Steven Brill

Acteurs principaux : Antony Starr, Matthew Lillard, Seth Green

Nationalité : Americaine

Durée : 1h38

Date de sortie : 13 avril 2005

Genre : Comédie

 

 

Résumé :Trois jeunes gens partent au fin fond de l’Oregon à la recherche d’un trésor perdu. Ils remontent une rivière en canoë où les pires aventures les attendent. Poursuivis par deux cultivateurs arriérés, ils devront affronter des rapides meurtriers, des filles babas cool endurcies et un vieil excentrique des montagnes.

Critique : J’ai regardé ce film sur le conseil de mon copain qui l’avait vu à sa sortie. Il avait beaucoup apprécié en particulier les répliques.

Donc ce film raconte l’histoire de trois jeunes hommes qui se retrouvent lors de l’enterrement d’un de leurs amis. Ils se remémorent leur enfance et leur souvenirs, notamment celui de trouver le trésor de DB Cooper. Du coup pour rendre hommage à leur copain, ils décident de partir à l’aventure sur les traces de ce Cooper. Ils ne s’attendent vraiment pas à vivre une telle aventure : poursuite par des cultivateurs complètement tarés, descente de rapides meurtriers, rencontre avec des filles babas cool ainsi qu’avec un vieil homme des montagnes…

J’ai apprécié ce film car il est dynamique, hilarant et on ne s’ennuie pas en le visionnant. Les répliques sont présentes tout au long du film et elles sont vraiment à mourir de rire ! Je vous en cite une :

« – Ce qui fait que j’ai passé les meilleurs années de ma vie assis dehors devant ma porte à jouer de l’harmonica, espérant une vie meilleure. Et les années ont passé de plus en plus vite toujours plus vite, et tout d’un coup je me suis rendu compte que j’étais un vieillard.

– Ouai mais vous devez drôlement bien jouer de l’harmonica. »

J’ai beaucoup aimé la petite référence à Peter Pan avec l’ours et cette magnifique retombée en enfance de la part de nos trois adultes. Ils vont redécouvrir les liens qui les unissaient et également apprendre de nombreuses choses d’une valeur inestimable. Ce voyage leur permettra aussi de réparer des erreurs qu’ils ont pu commettre dans leur vie, comme le mensonge.

Je dirais que parmi les 3 mecs, j’ai eu une petite préférence pour Billy et Dan. Le premier est le casse-cou de la bande mais aussi celui qui met l’ambiance. L’histoire est assez centré sur lui car même si c’est un adulte il reste encore très gamin. C’est grâce / à cause de lui que ces deux amis vont se retrouver dans cette galère. A la fin du film on voit vraiment qu’il a évolué, il a muri.

Dan quand à lui est tout le contraire de Billy (autant sur le caractère que sur le physique). Il a toujours été le plus trouillard de la bande. Je l’ai trouvé très touchant mais aussi un peu énervant par moment. Les deux autres vont le secouer plus d’une fois et il va finir par aussi évoluer pour devenir un homme.

Quand à Jerry c’est le personnages qui m’a un peu déçu. Je l’ai trouvé égoïste et un peu monsieur je sais tout. J’irais même jusqu’à dire qu’il est lâche. Mais comme pour ses deux amis il va évolué (et dans le bon sens), il va surmonté et résoudre ses problèmes.

En résumé je dirais que Without Paddle est le film parfait pour des vacances. Il est simple, drôle, touchant et très agréable à regarder. Je vous le conseille pour passer un bon moment.

 

Note 3.5_5