Virtuosity

Virtuosity

 

Titre: Virtuosity

Auteur: Jessica Martinez

Éditeur : Blackmoon

Année de publication: 2011

Nombre de pages: 313

Genre: Contemporain; Romance; Drame

Prix: 16

 

Résumé: Carmen, 17 ans, mène une vie passionnante. Considérée comme l’une des meilleurs violonistes de sa génération, elle vient de gagner un Grammy. Poussée par sa mère, ancienne chanteuse d’opéra à la carrière brisée, elle travaille sans relâche pour gagner le prix Guarneri, un concours de violon dont le vainqueur remporte une tournée mondiale. La pression de ce coach maternel impitoyable, le stress de la compétition, l’abus de bêtabloquants pour éviter le trac sur scène.
Carmen est au bord du « burnout ». Sans compter que la partie va être difficile avec pour rival l’énigmatique Jeremy King.

Critique: Ces derniers temps j’avais très envie de relire ce livre car c’est le seul de tous les livres que j’ai lu qui traite autant de musique. Et ayant une baisse de motivation pour lire, ce roman a fait l’affaire pour me remotiver.

Carmen est une virtuose, elle joue du violon depuis son plus jeune âge et est arrivé à un stade où elle reconnue mondialement pour son talent. Et elle va bientôt avoir l’opportunité de concourir à un des prix les plus célèbres du monde, le prix Guarneri. La seule menace c’est ce jeune homme, Jeremy King, qui égale son talent, voire qui le supplante. Poussée par la curiosité, elle va commencer à s’intéresser à Jeremy, à assister à ses concerts et les deux protagonistes vont finir par tenter de nouer une relation entre eux. Mais leur relation, ainsi que le talent et la vie de Carmen est gâchée par sa mère qui lui met une importante pression.

J’avais beaucoup aimé ce livre, et je l’aime encore beaucoup tant il nous fait plonger dans l’univers des violonistes. A chaque page on entend parler de certains compositeurs, de gammes et de noms (ou marques) de violons. J’avoue qu’en lisant ce livre, j’ai souvent ouvert une page internet pour écouter telle ou telle musique pour comprendre de quoi les héros parlaient. En fait ce livre se lit, mais s’écoute aussi.

La relation que crée Carmen et Jeremy est très belle. Les deux ont des caractères complètement opposés et ont vécu des vies tout à fait différentes mais ils se complètent. Ils n’ont pas une relation simple, posée et souvent ils ne se comprennent pas. Il y a beaucoup de compétition entre eux à cause du prix Guarneri et en même temps ils s’admirent beaucoup. On assiste à des échanges, au départ, très tendus mais qui vont évoluer vers une relation de confiance et de partage.

Les difficultés que Carmen et Jeremy rencontrent sont très bien amenées et beaucoup de d’éléments m’ont surpris tel que le comportement de la mère de Carmen.

Après j’ai trouvé que certains point étaient mal amenée et sonnaient faux. Un exemple, Carmen appelle sa mère par son prénom et j’ai trouvé que leur relation manquait de sentiments alors que la mère de Carmen agit toujours dans les intérêts de sa fille car elle l’aime énormément. Du coup, à chaque dialogue entre elles, j’étais déçue car je n’avais pas le ressenti de la relation qu’elles auraient du avoir, et qui du coup aurait paru logique par rapport à certains dénouements.

Je recommande ce livre pour la plongée dans l’univers des violonistes et de leurs musiques. On passe un agréable moment avec Carmen et Jeremy et j’aurais aimé en avoir plus sur la fin, que l’auteure la fasse continuer un peu.

8Note 3.5_5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s