Australia

Australia

Titre: Australia

Réalisateur: Baz Luhrmann

Acteurs principaux: Nicole Kidman, Hugh Jackman

Nationalité: Américain ; Australien ; Britannique

Durée: 2H35

Date de sortie: le 24 décembre 2008

Genre: Drame ; Romance ; Aventure ; Guerre

 

Résumé: Fin des années 30.
Lady Sarah Ashley, une aristocrate anglaise hautaine et renfermée, arrive au cœur des paysages sauvages du Nord de l’Australie pour y rejoindre son mari qu’elle soupçonne d’adultère, et qui tente – sans succès – de vendre l’immense domaine qu’ils possèdent sur place : Faraway Downs.
Elle ne tarde pas à découvrir que l’exploitation est au bord de la ruine et menacée par son propre contremaître, Neil Fletcher, un homme sans scrupules de mèche avec un puissant éleveur, prêt à tout pour précipiter la chute du domaine et s’en emparer.
Pour sauver Faraway Downs, Sarah n’a pas d’autre choix que de s’allier à un « cow-boy » local un peu rustre connu sous le seul nom de « Drover », et de parcourir avec lui des milliers de kilomètres à travers les terres aussi magnifiques qu’inhospitalières du pays afin de mener jusqu’à Darwin 1500 têtes de bétail.
Peu à peu transformée par la puissance et la beauté des paysages, touchée par la rencontre d’un jeune aborigène orphelin, Sarah découvre des sentiments qu’elle n’avait jamais éprouvés jusqu’alors.
Au terme de leur périple, la seconde guerre mondiale a rattrapé l’Australie, et la ville de Darwin doit désormais faire face aux bombardements japonais.
Pour la première fois de sa vie, Sarah sait pour qui et pour quoi se battre, et est prête à tout pour sauver ce qui compte désormais pour elle.

Critique: J’avais envie de voir ce film depuis un petit moment car il a été réalise par Baz Lurhmann. Cet homme a produit quelques films que j’adore comme par exemple Moulin rouge.

L’histoire est assez simple, une aristocrate anglaise débarque en Australie pour surveiller son mari et l’aider dans la gestion d’un domaine terrestre. Hélas elle apprend dés son arrivée que son mari a été assassiné, que leur affaire est au bord de la faillite et que certains employés abusent d’elle et de son mari. Elle va alors prendre la décision de diriger elle-même son domaine, et va se mettre à la tache. Avec l’aide du « Drover », un cow-boy pure souche, elle va traverser des milliers de kilomètres avec des bœufs.

J’ai été tout de suite séduite par les images du pays que nous dévoile ce film. Alors oui à certains moments cela fait un peu carte postale mais c’est un bon moyen d’avoir un aperçu d’un pays qu’au final je connais très peu. On y découvre une terre dure, sèche et inhospitalière. En tout cas c’est le premier regard que l’on peut avoir de l’Australie, car comme l’héroïne on se rend bien vite compte qu’il y a beaucoup de choses à voir et à découvrir dans cette contrée.

Même si j’adore Nicole Kidman j’ai eu beaucoup de mal à la voir dans cette histoire. J’ai trouvé qu’elle ne rentrait pas dans le rôle, et elle n’a pas réussi à m’émouvoir. Par contre, Hugh Jackman dans le rôle du « Droveur », est juste parfait. L’ambiance un peu à la western lui va très bien, et ce personnage correspond au rôle que je lui donnerai. La seule chose c’est que plus on avance dans le film, et plus on sent la romance venir plus il est propre (alors qu’ils sont dans le désert, avec des milliers de bœufs). Les autres personnages sont plus réalistes, et plus intéressants. On a envie de savoir leurs histoires, de les comprendre.

Ce film nous apporte beaucoup d’émotions. J’ai été horrifiée, charmée, terrifiée, énervée et éblouie. Les différents genres se mélangent à merveille, on passe du drame à la romance sans oublier le côté historique. L’intrigue est prenante, et quand on croit deviner un rebondissement c’est pour être mieux tromper. J’ai découvert un pays, mais aussi une partie de son histoire que je ne connaissais pas du tout. Je ne savais pas que ce pays avait autant subi la seconde guerre mondiale. Ce film réussit aussi l’exploit de traiter de nombreux sujets: l’amour familial, la pauvreté, l’abandon, la jalousie, la différence sociale, raciale et ethnique, la recherche d’identité.

Le seul point négatif c’est qu’on tombe quand même trop fréquemment dans des clichés. Le premier, et qui m’a le plus énervé est celui sur le chamanisme. Pour moi, cela a enlevé une partie au réalisme de ce film, et ça m’a aidé à me désintéresser de ce film. Autre petit point embêtant c’est que l’histoire dure longtemps, trop longtemps.

Un film que je recommande pour la découverte de l’Australie, après il ne faut pas tout prendre au sérieux.

Note 4_5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s