Half bad

Half bad

Titre: Half bad    halloween

Auteur: Sally Green

Éditeur : Milan

Année de publication: 2014

Nombre de pages: 381

Genre: Fantastique; Young adult

Prix: 16.9

 

Résumé: «Tout le monde l’ignore, mais notre monde abrite des sorciers. Des sorciers blancs, qui sont bons. Et des noirs, qui incarnent le Mal. Au milieu, il y a Nathan. Nathan, dont le père est le plus puissant des sorciers noirs. Et dont la mère, grande sorcière blanche, est maintenant morte. Nathan fait peur, car il est différent. Bon ? Mauvais ? Nul ne le sait. À tel point que le Conseil des sorciers lui enlève de plus en plus de libertés.
Pour finir par l’enfermer et le torturer. Nathan sait qu’il doit s’échapper avant ses 17 ans. Car, à 17 ans, tous les sorciers reçoivent leur don à travers une cérémonie. Et le seul à pouvoir pratiquer cette cérémonie est Marcus, son père. Nathan parvient à s’échapper, mais le plus dur reste à faire : retrouver son père. Comment faire quand tout le monde vous traque, et que vous ne pouvez avoir confiance en personne – pas même en votre famille ou en la fille que vous aimez ?»

Critique: Au départ, quand j’ai vu pour la première fois ce livre je me suis dis qu’il n’était pas pour moi. Cependant, plus je voyais des critiques sur lui et plus j’en entendais parler plus il m’intriguait. Du coup, j’ai profité du HallowOctober pour l’acheter et je viens juste de le finir. Et maintenant je suis triste que l’auteure ne nous en est pas donné plus à lire, et aussi de voir que la sortie du tome 2 n’est seulement qu’en mars prochain. Ce roman, si vous ne l’avez pas compris, est une pépite.

Pour commencer, je vais mettre les choses au clair. Ce livre a été vendu avec un service communication qui l’a fait passer comme le nouveau phénomène du type Harry Potter. Or, ce livre n’a rien à voir avec HP. Et si vous le lisez seulement pour retrouver une ressemblance d’univers et d’histoire vous serez tout simplement déçu. Alors oui, Half Bad parle de sorcellerie dans notre monde actuel avec des sorciers bons (les blancs) et des moins bons (les noirs). Mais c’est surtout l’histoire de Nathan qui va essayer de survivre dans l’univers de ce roman.

Nathan est le fils d’une sorcière blanche et du plus mauvais des sorciers noirs. Sa mère se suicide quelques temps après sa naissance et son père ne s’est jamais manifesté.  Il est donc élevé par sa grand-mère ainsi que son frère et ses deux sœurs. Sauf que comme il est un sang-mêlé il est méprisé, battu par ses semblables. A ses 14 ans, il est arraché à sa famille car il est jugé potentiellement dangereux. Il est alors enfermé dans une cage comme un animal et on lui apprend à se battre. Sauf que lui ne perd jamais espoir de pouvoir s’échapper.

Nathan, on va l’aimer, mais surtout on va le prendre en pitié. On veut qu’il survive, qu’il ne souffre plus et qu’il trouve sa place et le bonheur. Après, j’aimerais bien que dans le tome 2 on le voit moins comme un petit malheureux et que l’on ressente autre chose pour lui que de la pitié.

L’autre point essentiel de ce roman c’est la relation de Nathan et de son père. Malgré son absence durant tout le long du roman Nathan s’imagine que son père va venir l’aider, qu’il l’aime sauf qu’il n’a pas le choix que de l’éviter et de se cacher. Il va s’imaginer que son père n’est pas si mauvais que ça, qu’à chaque fois qu’il a tué c’était parce qu’il y était contraint. Il va le mettre sur un piédestal et le vénérer de loin en s’imaginant plein de choses. On suppose que la déception dans les prochains tomes sera rude.

Ce que j’ai aimé avec ce roman c’est que tout du long de l’histoire il y a de l’action. Je n’ai pas eu l’impression que l’auteure nous laisse tomber et nous laisse nous ennuyer à un moment.  Les éléments s’enchainent de façon à ce que l’on comprenne bien comment fonctionne cet univers, que l’on découvre et apprenne à connaitre Nathan et qu’on en sache plus sur lui, son histoire, sa famille. L’univers est très bien, la seule chose qui m’a dérangé c’est que l’on parle quand même de magie et j’ai trouvé que sa place dans l’histoire était faible. Il n’y a pas de combats de sorcellerie, il n’y a pas de sorts, de rituels ou très peu. J’en attends plus de ce coté-là pour la suite.

Ce que j’ai adoré aussi dans l’histoire c’est qu’à la base l’auteure veut nous faire croire que nous sommes dans un univers manichéen. Seulement, plus on avance dans le récit et plus on se rend compte qu’en fait elle veut nous amener à réfléchir sur la notion du bien et du mal. Est-ce qu’au nom du bien d’un peuple on peut écraser une autre civilisation? Est-ce que l’on peut torture, tuer? C’est des questions que nous sommes amenés à nous poser à de nombreuses reprises durant le roman.

Un roman qui est une super découverte, je regrette d’avoir mis tant de temps à me motiver à le lire. Je vous le conseille mais par contre ne le lisez pas en pensant à Harry Potter.

10Note 4.5_5

Et un lien vers mon challenge: https://mapetitecritique.wordpress.com/2014/10/05/challenge-jeunesseyoung-adult/

Publicités

9 réflexions sur “Half bad

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s