Play

Play

Titre: Play

Auteur: Franck Parisot

Éditeur : Albin michel

Année de publication: 2014

Nombre de pages: 576

Genre: Policier

Prix: 20

 

 

Résumé:  » Un serial-killer sévit sur New York. Sur chaque scène de crime, la police retrouve une clé USB contenant un message qui leur est adressé. Le point commun entre les victimes : toutes aimaient exposer leur vie sur internet… Les inspecteurs Brigde, Alves et Morgans se mettent à la recherche de celui qu’ils nomment  » le cyclope « , en raison de la caméra frontale qu’il utilise pour filmer le calvaire qu’il fait endurer à ses victimes avant de les mettre à mort.
Mais le tueur les observe… »

Critique: Alors ce livre là m’avait vraiment intriguer de par son titre et de par son résumé.

J’ai eu énormément de mal à aller jusqu’au bout, et je m’y suis vraiment forcée pour avoir le fin mot de l’histoire. Avec un peu de recul je suis assez partagée sur ce roman tout simplement parce que l’histoire est géniale mais que la façon d’écrire ma vraiment dérangé.

L’intrigue que l’auteur a mis en place est brillante, on y trouve une bonne critique des personnes qui utilisent trop ou de mauvaises manières les réseaux sociaux. Sa façon d’écrire est directe, sans chichis et il narre extrêmement bien. Mais dans sa façon de raconter il y a un truc qui m’a vraiment déplu c’est les descriptions des tortures infligées aux victimes et ces mêmes descriptions des cadavres. Concrètement, pour moi un bon roman policier c’est une intrigue qui va me souffler jusqu’au bout, de bons retournements de situation, une angoisse pour le personnage principal. Là je n’ai pas eu peur, à aucun moment je n’ai été angoissée, mais j’avais un profond sentiment de malaise. J’ai refermé ce livre un bon nombre de fois en me disant que c’était trop sadique, trop violent.  On peut dire que l’auteur est bon dans ce style, mais je ne relirai plus jamais un de ces livres si c’est pour retrouver ce genre de descriptions. C’est une chose que je reproche à de nombreux auteurs de romans policiers actuels c’est qu’ils pensent de plus en plus qu’un bon roman policier doit être bien pervers, bien violent, bien dégueulasse. Sachez que non, ce n’est pas le crime en lui-même qui doit faire frissonner mais le pourquoi, et la façon dont le tueur est proche sans qu’on le sache.

Bref, passons à autre chose. L’équipe qui a en charge l’enquête est attachante. On va rire avec eux, s’inquiéter avec eux et en découvrir de plus en plus sur ces personnes qui font un métier difficile et qui sont pourtant restaient humaines.

Pour ce roman, je vais mettre la moyenne pour l’intrigue et les personnages mais je fais vraiment un effort pour dépasser ce style trop cru.

 

6Note 2.5_5

Publicités

3 réflexions sur “Play

  1. Comme toi, j’ai du refermer ce livre plusieurs fois tant je trouvais certaines scènes insoutenables : et pas seulement quand il torture : pour moi la scène où Rosita se défait de ses menottes était atroce à lire !
    Me suis permis de faire un lien vers ton billet à la fin du mien 🙂
    Cajou

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s